Revenir à la rubrique : Santé

Covid + Vacances = Danger

Un couvre-feu a été instauré à La Réunion à la veille des vacances scolaires. Les autorités ont été claires sur les risques d’emballement de l’épidémie de Coronavirus dans les prochaines semaines à cause de cette période propice aux retrouvailles et où il devient parfois dur de faire respecter les gestes barrière.

Ecrit par zinfos974 – le jeudi 11 mars 2021 à 18H35

Le Préfet de La Réunion a décidé de la mise en place d’un couvre-feu entre le 5 et le 21 mars, sur l’ensemble des vacances scolaires. L’objectif est d’éviter une nouvelle accélération de l’épidémie de Coronavirus alors que les contaminations n’ont jamais été aussi nombreuses et que la pression hospitalière est aussi très forte.

Les Réunionnais doivent tous rentrer chez eux avant 18 heures pendant les deux prochaines semaines sauf ceux qui disposent de motifs impérieux. Une situation provoquée par un niveau d’alerte quasi-maximal concernant l’épidémie de Coronavirus : il ne reste qu’une seule étape après celle-ci, le confinement.

Mais La Réunion se trouvait encore loin de telles mesures restrictives il y a encore un mois et demi. Plusieurs questions se posent alors et Zinfos974 vous apporte les réponses.

Comment la situation sanitaire a-t-elle basculé en un mois sur notre île ?

Dans le vert début janvier
La Réunion n’a semble-t-il rien à craindre au début du mois de janvier. De nombreuses mesures sont encore en vigueur comme l’interdiction de pique-niquer et le port du masque obligatoire en public.

Mais le Coronavirus circule à ce moment-là à bas bruit. Des taux qui n’avaient pas été vus depuis la première vague épidémique du mois d’août. La situation sanitaire est sous contrôle. Entre 200 et 300 personnes sont contaminées chaque semaine. Les dépistages sont encore très nombreux : 10.000 sont réalisés de façon hebdomadaire.

Le taux d’incidence de La Réunion est jalousé au début du mois de janvier : 24 cas pour 100.000 habitants, soit moitié moins que le seuil d’alerte national.

Dans le rouge début février
Mais comme pour les deux précédentes vagues épidémiques. La situation empire au moment de la rentrée des classes. Le nombre de contaminations hebdomadaires double à deux reprises.

On passe de plus de 200 cas par semaine à plus de 600 en un mois. Le taux d’incidence grimpe et bascule dans le rouge début février. 

L’augmentation de la circulation de l’épidémie est la même que lors des deux premières vagues (août et novembre).  

Les cas importés
Le taux de cas importés augmente drastiquement depuis le début du mois de janvier. Il tourne autour de 20% jusqu’à la veille de la rentrée scolaire alors que le Coronavirus ne circule pas encore de façon très importante.

Les autorités sanitaires ont pointé du doigt un relâchement des gestes barrière au mois de février, pendant les hausses des contaminations. Il s’agit bien sûr d’un des éléments majeurs qui ont permis la propagation du Coronavirus : même si un passager est contaminé, si la distanciation est respectée, le virus ne circule pas.

Mais les voyageurs ont bien ramené dans leurs valises le virus et notamment, le variant sud-africain qui a joué un rôle principal dans la troisième vague de Coronavirus.

Pourquoi les variants ont-ils changé la donne ?

Des variants britanniques et brésiliens apparaissent mais c’est le sud-africain qui fait son lit à La Réunion. Les premiers cas viennent de Mayotte dès la mi-janvier et finissent par devenir majoritaires dans les contaminations locales.

Cette version du Coronavirus est réputée beaucoup plus contagieuse. Et les chiffres le montrent. On passe de 11 cas en un mois (janvier-février) à 500 cas en une semaine (début mars).

C’est à l’apparition du variant sud-africain que les autorités décident d’hausser le ton. On assiste au retour des motifs impérieux entre Mayotte et La Réunion sur la dernière semaine de vacances et entre notre île et la métropole à la fin de la première semaine de la rentrée. La procédure devient aussi plus stricte fin février avec des vérifications par l’Etat avant l’embarquement.

Et le Préfet de La Réunion met en place une nouvelle stratégie de lutte contre le Coronavirus dès le début du mois de février. Son plan abaisse les seuils d’alerte et rend plus rapide un déclenchement des grandes mesures restrictives comme le couvre-feu à 22 heures.

4 communes y sont soumises dès la semaine suivante : Saint-Louis, Saint-Leu, La Possession et Le Port. 3 autres les rejoignent 7 jours plus tard : Sainte-Suzanne, Salazie et l’Entre-Deux. Le couvre-feu est finalement généralisé à 22 heures dès le 24 février avant d’être abaissé à 18 heures le 5 mars.

Le nombre de contaminations hebdomadaires venait, fin février, à peine de passer le pic de la deuxième vague (il y avait à ce moment-là environ 900 cas actifs). Aucun couvre-feu n’avait pour autant été prononcé à l’époque (en novembre et décembre). C’est parce qu’il y a une autre donnée importante à prendre en compte : la pression hospitalière.

Quel est l’impact des évacuations issues de Mayotte ?

Le taux d’occupation des lits de réanimation devient un indicateur primordial. Et il inquiète les autorités sanitaires.

Pour rappel, au pic de la vague de novembre, il y avait en moyenne 17 personnes Covidées hospitalisées en réanimation.

Début février, elles étaient encore 3 en moyenne par semaine. Fin février, plus de 50 personnes étaient en réanimation. Les évacuations sanitaires de Mayotte vers La Réunion sont au coeur de cette augmentation très forte.

L’épidémie a explosé dans l’île aux Parfums et La Réunion a apporté son soutien en accueillant chaque jour 4 nouveaux malades en réanimation à La Réunion.

La pression hospitalière devient forte et provoque la mise en place d’une première mondiale sanitaire : une évacuation de 4 malades de La Réunion vers la métropole.

La situation s’approche donc d’un seuil critique et mène le préfet à de nouveau serrer la vis.

Pourquoi les autorités craignent-elles que la situation empire ?

Les 3 vagues épidémiques de Coronavirus sont survenues suite aux vacances. Et le mois de mars est marqué par 2 nouvelles semaines de vacances scolaires. C’est pourquoi le couvre-feu a été abaissé à 18 heures pendant cette période.

Les autorités ont donc décidé de ne pas prendre de risque : La situation sanitaire et la pression hospitalière ne le permettent pas.

Le préfet a donc annoncé clairement : “Nous sacrifierons ainsi le mois de mars, pour retrouver au plus vite des jours plus heureux et plus libres.

 
 

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Une campagne de communication à l’occasion de la journée du don d’organes

Afin de marquer la Journée nationale de réflexion sur le don d’organes, la greffe et la reconnaissance du donneur qui aura lieu le 22 juin, le CHU de La Réunion, l’Agence Régionale de Santé La Réunion et l’Agence de la Biomédecine, en partenariat avec la Région Réunion, lancent une campagne de communication locale « Parlons don ! ». La Direction Générale du CHU et ses partenaires ont organisé une conférence de presse ce jour pour le lancement de cette campagne inédite.

Point épidémiologique régional du 3 au 9 juin 2024 : La dengue et la leptospirose toujours en baisse

Depuis six semaines, Santé publique France observe une baisse continue des cas hebdomadaires de leptospirose. De plus, le nombre de cas de dengue diminue, bien que le sud de l’île reste majoritairement concerné. Par ailleurs, les consultations pour infections respiratoires aiguës (IRA) connaissent une hausse, selon le réseau des médecins sentinelles. Les autres indicateurs sanitaires restent stables.

3e édition de la Journée mondiale des donneurs de sang à CIMENDEF ce vendredi

La 3e édition de la Journée mondiale des donneurs de sang se tiendra à Saint-Paul ce vendredi. Elle permet de remercier les donneurs, tous ceux qui s’engagent pour le don de sang, et rappeler le caractère essentiel de ce geste avant une période délicate pour l’Établissement français du sang (EFS) : celle des grandes vacances scolaires à la Réunion.

[Communiqué] ViaTrajectoire.fr, le nouveau service qui facilite l’inscription des personnes âgées en structures d’hébergement

À partir du 11 juin 2024, ViaTrajectoire, une plateforme facilitant l’orientation et les demandes d’admission des personnes âgées en structures d’hébergement, sera accessible aux patients, familles et professionnels de santé à La Réunion. Ce service est déployé dans l’île par l’ARS en collaboration avec le Conseil Départemental et le GCS TESIS.