Revenir à la rubrique : Justice

Serial escroc: Il vole pour indemniser les victimes de vols précédents

« Je ne vois pas la fin de votre affaire », avoue la présidente du tribunal correctionnel de Champ Fleuri ce mardi, Stéphanie Blin Dumouchel. Car Jean Fred Payet est connu de la justice depuis de nombreuses années. Depuis longtemps, il pratique l’escroquerie, l’usage de chèques sans provisions, l’usage de fausse monnaie… Il a été condamné tant […]

Ecrit par – le mercredi 10 janvier 2018 à 09H57

« Je ne vois pas la fin de votre affaire », avoue la présidente du tribunal correctionnel de Champ Fleuri ce mardi, Stéphanie Blin Dumouchel. Car Jean Fred Payet est connu de la justice depuis de nombreuses années. Depuis longtemps, il pratique l’escroquerie, l’usage de chèques sans provisions, l’usage de fausse monnaie… Il a été condamné tant de fois que l’on peut se demander s’il a déjà payé quelque chose avec de l’argent qui existe.
 
Cette fois, Jean Fred Payet est devant le tribunal pour le vol de près de 88.000 euros de biens en seulement quelques jours, en 2016. Machines à laver, habits de sports, groupes électrogènes, une Polo, du matériel électronique, du matériel de jardinage et même un cacatoès… Une liste presque interminable « achetée » avec des chèques de la Banque Postale sans provision d’un compte qu’il venait d’ouvrir. Il a également un bordereau de la Caisse d’Épargne dont il n’est même pas client. Il comptait tout revendre, comme à son habitude, sur Freedom et en postant des annonces sur internet. En cinq jours, il en a pour 87.925 euros. Une somme nécessaire, selon lui, pour régler ses dettes : les indemnités dues aux parties civiles d’escroqueries précédentes (45.000 euros) et autres particuliers et huissiers.
 
Ce père de famille de 47 ans, agent de pompes funèbres, ne cache rien et reconnaît les faits depuis le début. Il explique le procédé avec aise et honnêteté. Il n’a également jamais cherché à cacher son identité aux banques et vendeurs. Et il a toujours été claire avec la justice, comme si c’est la seule manière pour lui de s’en sortir, une mauvaise habitude presque maladive. Donc lorsqu’il assure qu’il n’a pas menacé de mort celui qui lui a vendu la Polo et qui finira par porter plainte au commissariat, on a envie de le croire. Car il n’est pas décrit comme quelqu’un de violent et en effet aucun fait de violence ne figure sur son casier judiciaire.
 
Il est en effet relaxé pour les faits de menaces. Il est néanmoins condamné à 4 ans de prison ferme sans mise à l’épreuve et obligation de travailler. Cette fois, les parties civiles sont Leader Price, SFR, Gamm Vert, Mr Bricolage, Weldom, Bourbon Pièces Auto… Décidera-t-il enfin à les indemnisant en travaillant ? Ce n’est pas certain.

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique