Revenir à la rubrique : Politique

Question écrite d’Ericka Bareigts : « Pour un étiquetage nutritionnel simplifié »

La députée Ericka Bareigts a adressé une question écrite à la ministre des Affaires sociales et de la Santé pour demander une simplification de l'étiquetage nutritionnel. Voici le communiqué ainsi que la question écrite d'Ericka Bareigts:

Ecrit par – le jeudi 26 juin 2014 à 15H51
En préfecture demain, vendredi 27 juin 2014, plusieurs acteurs économiques de l’île iront en réunion plénière de l’Observatoire des prix, des marges et des revenus (OPMR) afin de faire un point sur la loi de régulation économique et notamment le bouclier qualité prix. Ils reviendront sur de nombreux produits considérés comme trop salé, trop gras ou trop sucrés.
Cette problématique d’une alimentation saine et équilibrée préoccupe Madame la députée. Ainsi, et en vue du prochain projet de loi de santé publique qui donnera les grandes orientations de santé pour les dix années à venir, Ericka Bareigts a adressé une question écrite à la ministre des Affaires sociales et de la Santé, qu’elle présentera devant l’OPMR. La question porte sur la simplification de l’étiquetage nutritionnel, afin de lutter contre les maladies chroniques liées à une mauvaise alimentation et notamment le diabète très problématique à La Réunion.
Ericka Bareigts a déjà obtenu le soutien de nombreuses associations de consommateurs. Reste aux industriels des grandes surfaces à se positionner sur cette question qui relève d’un enjeu de santé publique.

La Question écrite en intégralité: 

 

Question écrite d'Ericka Bareigts :

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Philippe Naillet s’exprime au sujet du Chlordécone et du Fipronil à La Réunion

Le 29 février 2024, cinq propositions de loi, dont une visant à renforcer la protection des mineurs dans le sport et d’autres concernant le soutien aux TPE, l’encadrement des frais bancaires et la lutte contre les pénuries de médicaments, ont été adoptées. Philippe Naillet s’est exprimé sur la responsabilité de l’État dans le scandale du Chlordécone, également examiné à cette occasion.