Revenir à la rubrique : L'Edito de Pierrot

?? [Pierrot Dupuy] Il y a des coups de pied au derrière qui se perdent

Vous voulez un exemple de gaspillage d’argent public ? Je vais vous en donner un bien beau. 8 millions jetés par les fenêtres, uniquement pour satisfaire les délires mégalomaniaques d’un maire.   En l’occurrence, il s’agit de Roland Robert, l’ancien maire de La Possession, aujourd’hui décédé. Paix à son âme.   Au début de la décennie, […]

Ecrit par zinfos974 – le mercredi 15 mai 2019 à 07H05

?? [Pierrot Dupuy] Il y a des coups de pied au derrière qui se perdentVous voulez un exemple de gaspillage d’argent public ? Je vais vous en donner un bien beau. 8 millions jetés par les fenêtres, uniquement pour satisfaire les délires mégalomaniaques d’un maire.
 
En l’occurrence, il s’agit de Roland Robert, l’ancien maire de La Possession, aujourd’hui décédé. Paix à son âme.
 
Au début de la décennie, Roland Robert donc, décide de créer un « complexe sportif d’altitude » dédié aux sportifs de haut niveau, qui devait comprendre, tenez-vous bien, des salles pouvant accueillir des formations et des séminaires, un hammam, un sauna, un espace de restauration, un boulodrome, une piscine et des jeux pour enfants.
 
Et pourquoi pas une piste d’atterrissage pour avions, tant qu’on y était ?
 
Coût initial de l’opération : plus de 6 millions d’euros portés aujourd’hui, je vous l’ai dit, à 8 millions ! Rien que ça… Un coût partagé entre la mairie de La Possession et le TCO qui a été obligé, contraint et forcé, par Roland Robert de participer à ce projet pharaonique.
 
Plus grave encore : le coût de fonctionnement estimé, au bas mot, à 800.000€ annuels, un coût qui devait être supporté par la commune de La Possession.
 
A son arrivée aux commandes de la mairie en 2014, Vanessa Miranville, courageusement, prend la décision de sortir le projet, entre-temps rebaptisé « Pôle de loisirs nature », des priorités de la commune. Avant de se retirer du financement du projet, laissant le TCO seul aux commandes. Et à la tête d’un projet dont plus personne ne voulait.
 
Car entre-temps, une fois Roland Robert parti avec sa capacité de persuasion -et de chantage- très forte, les réalités se sont imposées. Les personnes en charge du dossier se sont aperçues que ce projet n’était ni fait, ni à faire.
 
Par exemple, ils se sont aperçus qu’aucune étude de faisabilité n’avait été effectuée. Un comble pour un projet de cette importance ! De même, pour vous donner une idée de l’amateurisme des concepteurs, aucune arrivée d’eau n’avait été prévue pour l’alimentation de la piscine…
 
Et tout était du même tonneau.
 
C’est donc tout à fait logiquement que le TCO décida en 2015 l’arrêt de la construction pour mettre un terme aux pertes qui ne faisaient qu’empirer de jour en jour.
 
La collectivité se mit alors à la recherche de repreneurs, mais sans résultats. Vous pensez bien, quel fou allait se risquer à reprendre un tel projet ?
 
Depuis, le projet est à l’abandon et le TCO s’apprête à vendre aux enchères le complexe, en l’état, pour essayer de récupérer ce qu’il peut.
 
Or, à quoi assiste-t-on depuis quelques jours ? Le fils de Roland Robert, Philippe, conseiller départemental, ancien adjoint de son père et candidat déclaré à la mairie l’an prochain, et Erick Fontaine, lui aussi ancien adjoint de Roland Robert aujourd’hui dans l’opposition à Vanessa Miranville, au lieu de faire profil bas et de tenter de se faire oublier, montent au créneau dans Le Quotidien pour protester contre cette vente et exiger, tenez-vous bien, « la mise en place d’une commission ad hoc qu’il se propose de présider afin de juger ce dossier sur pièces ».
 
Il y a vraiment des coups de pied au derrière qui se perdent !

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Pierrot Dupuy – Quand le préfet s’emmêle les pinceaux concernant les nouvelles modalités d’entrée à Gillot

Le 11 juillet dernier, la préfecture publiait un communiqué intitulé : « Fin de l’état d’urgence sanitaire : Nouvelles modalités d’entrée à La Réunion et recommandations sanitaires », censé informer la population des dernières mesures mises en place pour voyager depuis la métropole ou Mayotte puisque ce sont pour le moment les seules destinations ouvertes, vers La Réunion.