Revenir à la rubrique : Justice

Love story : Sa copine « guerrière » le poignarde, lui toujours amoureux

Le stress, la fatigue et les « mauvaises paroles » qu’elle ne supporte plus… Voilà comment M.F, 38 ans et mère de 4 enfants, explique le coup de couteau asséné à son copain il y a une semaine à Saint-Denis. Cela fait 4 mois qu’ils sont ensemble et comme à leur habitude, ils étaient chez elle, mardi […]

Ecrit par – le mardi 16 janvier 2018 à 17H26

Le stress, la fatigue et les « mauvaises paroles » qu’elle ne supporte plus… Voilà comment M.F, 38 ans et mère de 4 enfants, explique le coup de couteau asséné à son copain il y a une semaine à Saint-Denis. Cela fait 4 mois qu’ils sont ensemble et comme à leur habitude, ils étaient chez elle, mardi dernier, en train de boire un coup. Un coup de trop car la prévenue, amatrice de rhum, supporte mal les propos de son chéri, part dans la cuisine et s’arme d’un couteau. Lui est sur le canapé et se prend un coup au bras.
 
Éloquente face au tribunal en comparution immédiate, elle explique : « J’ai du mal depuis quelques temps à supporter les mauvaises paroles. Et avec le stress, la fatigue… j’ai besoin de voir un psy ». Si elle reconnaît être colérique, elle ne manque pas d’ajouter qu’ « il a sa part de responsabilité ». Son avocat tente de rattraper le coup en lui rappelant qu’elle regrette, qu’elle a eu tort… Mais l’agressivité est peut-être innée : son casier judiciaire porte déjà une condamnation pour violences. Et le plus jeune de ses enfants a été placé en foyer. « Vous avez un comportement de guerrière ? » demande le président du tribunal, faisant allusion à sa salopette au motif camouflage sur un t-shirt au même motif. « Non, répond-elle, je suis juste fatiguée ».
 
« Qu’elle se débarrasse de ses couteaux de cuisine et qu’elle arrête de boire »
 
De cette « guerrière », il est manifestement toujours amoureux. Il n’a pas porté plainte ; c’est elle qui a appelé les secours. Il s’est néanmoins constitué partie civile car la blessure est grave mais il ne demande aucune indemnité. La solution ? « Qu’elle se débarrasse de ses couteaux de cuisine et qu’elle arrête de boire », relate l’avocat de la victime, Me Louis Ropars.
 
L’amour de son copain a peut-être joué en sa faveur. Elle a été condamnée à 12 mois de prison dont 10 avec sursis. Ils attendront donc avant de pouvoir se retrouver.
 

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique