Revenir à la rubrique : Faits divers

« Ça ne me dérange pas d’aller en prison, comme ça on efface l’ardoise »

Deux jeunes hommes, Cédric D. 22 ans et Jordan L. 23 ans, étaient présentés cet après-midi devant le tribunal judiciaire de Saint-Denis pour des faits de vols commis en réunion dans un local d’habitation le 15 mars dernier. À première vue, ils semblent bien se connaître si on s’en rapporte à leur complicité à la […]

Ecrit par zinfos974 – le mercredi 18 mars 2020 à 18H03

Deux jeunes hommes, Cédric D. 22 ans et Jordan L. 23 ans, étaient présentés cet après-midi devant le tribunal judiciaire de Saint-Denis pour des faits de vols commis en réunion dans un local d’habitation le 15 mars dernier. À première vue, ils semblent bien se connaître si on s’en rapporte à leur complicité à la barre. En réalité, Cédric D. n’est autre que le neveu de Jordan L. malgré une différence d’âge de 1 an. 

Après une journée plutôt tranquille, ils décident d’aller faire le tour des grosses maisons dans le quartier de Bois-de-Nèfles à Saint-Denis histoire de « voir s’il n’y a pas quelques business à se faire » disent-ils. Ils finissent par trouver une maison paraissant inhabitée et pénètrent à l’intérieur sans effraction en remontant un des volets roulants. Ils font leurs petites emplettes avec l’idée d’embarquer le maximum de choses dans la voiture qui est dans le garage. 

Au final, les deux hommes, dérangés par l’alarme, s’enfuient par le jardin

Dans le même temps, la fille des propriétaires est informée du déclenchement de l’alarme par la société de surveillance et se rend sur les lieux avec un ami. À son arrivée, ils entendent du bruit à l’étage et comprennent que les voleurs sont toujours là. Au final, les deux hommes, dérangés par l’alarme, s’enfuient par le jardin. La police ayant été alertée les interpelle rapidement avec l’équivalent de 108€ en Dollars. Ils reconnaissent les faits et se montrent coopératifs lors des auditions. 

Avec un casier plutôt chargé, Jordan L. avoue que « s’il faut rentrer en prison, ça ne me dérange pas » quand on lui évoque une peine alternative. Son neveu lui, moins chargé au niveau des condamnations, va plus loin, expliquant « ça ne me dérange pas d’aller en prison, comme ça on efface l’ardoise, le sursis, ça tombe trop ». Ils avouent de concert « voler pour revendre » et indiquent avoir pris les Dollars « pour les échanger ». 

Ce n’est pas si grave, car on a volé des personnes qui ont de l’argent 

« On peut voir le caractère normal de leur façon d’agir, il y a une volonté de voler. C’était consciencieux, préparé, ils sont entrés sans effraction. Ils avaient l’intention de voler la voiture et mettre les biens dedans. En garde à vue, ils disent même : « Ce n’est pas si grave, car on a volé des personnes qui ont de l’argent ! On ne vole pas les pauvres comme nous ! Je vous demande 6 mois de prison pour Cédric D. et 1 an de prison pour Jordan L. ainsi qu’un maintien en détention pour les deux » requiert la procureure. 

Avec un comportement quelque peu désinvolte qui n’a sans doute pas échappé au tribunal, le tonton et son neveu sont, sans beaucoup de surprise, reconnus coupables des faits de vol. Maintenu en détention, Jordan L. passera les 2 prochaines années en prison accompagné pendant 18 mois de Cédric D. 

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Korbey d’or : L’entreprise mise KO par les malversations de son dirigeant et de ses proches

Nouvelle comparution en correctionnelle pour Sergio Toinette, l’ancien dirigeant de Korbey d’Or, pour abus de biens sociaux, corruption et blanchiment. Six de ses proches sont également poursuivis dans cette affaire d’infractions économiques et financières dont le montant des détournements et des tours de passe-passe entre la société de services à la personne et ses satellites fait tourner la tête. Petit exemple d’un florilège, les 457.000 euros d’espèces qui se sont volatilisées pour se retrouver sur le compte des dirigeants via une porteuse d’enveloppes.