Revenir à la rubrique : Politique

Vidéo – Patrice Selly : « Saint-Benoit évite le naufrage »

Patrice Selly peut avoir le sourire. Peu avant le conseil municipal qui se tient ce soir, le maire de Saint-Benoit vient d’annoncer que le bateau communal a évité le naufrage.

Ecrit par Samuel Irlepenne – le jeudi 14 avril 2022 à 17H13

« En 2020, le bateau Saint-Benoît té pou Chap dan’ fond. Eh bien le naufrage a été évité », lance tout heureux Patrice Selly. À deux heures d’un nouveau conseil municipal, l’édile partage la bonne nouvelle à sa population tout en saluant « l’effort collectif des élus, des agents et des cadres » qui a permis de redresser la barre. 

« Chacun sait que nous avons hérité en 2020 d’une situation catastrophique avec une dette de 19 millions d’euros », introduit-il son propos. Une manière de rappeler que la mise sous tutelle guettait la ville de l’Est comme l’avait été Saint-Louis dans le Sud au milieu des années 2010. 

« Le désastre arrivait à grands pas »

Au-delà du langage administratif, la mise sous tutelle se serait traduite par une très probable augmentation des impôts, une réduction drastique des effectifs de la commune et une détérioration des services publics. 

« Nous n’aurions plus été maîtres de notre destin », résume-t-il les conditions d’une mise sous tutelle. « Notre première et principale mission était de redresser la trajectoire financière de Saint-Benoit pour éviter le désastre qui arrivait à grands pas. Bref, à la clé : une catastrophe ! »

« Ce travail nous l’avons annoncé et nous l’avons fait ! », s’exclame-t-il. La majorité bénédictine se paye même le luxe d’atteindre son objectif d’assainissement une année avant la date imaginée. 

« Nous nous étions projetés sur un retour à l’excédent dans la section de fonctionnement à l’horizon 2023. Cette objectif est d’ores et déjà atteint avec un an d’avance. C’est une victoire budgétaire. Je dirais même que c’est une victoire politique. Le naufrage a été évité et le bateau reprend une belle vitesse de croisière », salue le capitaine du navire bénédictin.

Cette rigueur a semble-t-il rassuré les magistrats de la chambre régionale des comptes et par extension le gouvernement puisque la ville a été la seule ville réunionnaise à bénéficier d’une subvention de 840.000 euros du dispositif COROM (le Contrat de Redressement Outre-Mer).

L’augmentation des impôts évitée

Par ailleurs, la ville s’est vue accepter un étalement de sa dette vis-à-vis de la CGSS sur huit années. Un tour de force réalisé sans même activer le tant redouté levier fiscal. 

Quelques chiffres viennent illustrer cette gestion définit comme « sérieuse » par le principal intéressé. « Le poids de la masse salariale repasse cette année sous la barre des 70% », affirme Patrice Selly. Il était de 71% en 2020 et affiche désormais 61% en 2022. « Chaque poste est aujourd’hui un poste utile à la population », indique le maire entouré de quelques élus de sa majorité. Les économies réalisées sur les charges à caractère général, les économies faites sur la restauration scolaire (-500 000 euros) ne font pas oublier que « ce travail va se poursuivre par étape ».

Les opposants seront déçus

Cette sortie de la zone rouge permet à la municipalité de retrouver des ambitions en termes d’investissements. La commune pourra ainsi amplifier son action sociale en faveur du CCAS, vers les séniors ou encore sur la rénovation des écoles.

Cette année, grâce à cette maîtrise des dépenses de fonctionnement couplée à une dynamique des recettes (+730.000 euros plus une hausse de la Dotation globale de fonctionnement) va permettre de dégager un excédent en section d’investissement d’1,3 million d’euros.

« Certains ou certaines espéraient, pour des raisons politiques, que Saint-Benoit soit placée sous tutelle ou en banqueroute par calcul politique. Dommage pour eux. Poursuivons nos efforts pour notre population », conclut-il son intervention avec une petite pique.

SUR LE SUJET :

31 juillet 2020 : Le budget voté en déséquilibre pour la première fois : Le spectre de la tutelle plane sur St-Benoît

29 septembre 2020 : St-Benoît: Pas de miracle, le préfet saisit la CRC sur les comptes de la commune

30 juin 2021 : Vidéo – La CRC dit oui au plan de redressement de Saint-Benoît

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Philippe Naillet s’exprime au sujet du Chlordécone et du Fipronil à La Réunion

Le 29 février 2024, cinq propositions de loi, dont une visant à renforcer la protection des mineurs dans le sport et d’autres concernant le soutien aux TPE, l’encadrement des frais bancaires et la lutte contre les pénuries de médicaments, ont été adoptées. Philippe Naillet s’est exprimé sur la responsabilité de l’État dans le scandale du Chlordécone, également examiné à cette occasion.