Revenir à la rubrique : Politique

La conférence Climat Energie officiellement ouverte

Hier soir, aux environs de 19 heures, la conférence Climat Energie a été officiellement ouverte en présence de Nicolas Hulot. Retour en images sur la 2ème journée de déplacement de l'envoyé spécial de François Hollande pour la protection de la planète, dans notre île.

Ecrit par – le mercredi 25 juin 2014 à 06H42

Voici le discours du président de la Région Réunion, Didier Robert:

Mesdames et messieurs, distingués invités,

Je suis particulièrement heureux de pouvoir vous accueillir ici à l’occasion de cette Conférence Internationale sur les Iles et le changement climatique.
Je voudrais vous souhaiter une nouvelle fois la bienvenue à tous. Je voudrais aussi adresser mes plus vifs remerciements au Président du Climate Group, Mark KENBER, saluer et remercier Nicolas BARITO, représentant du R20, partenaire également de cette conférence.

Saluer encore nos amis du groupe Akuo Energy, de NRG 4 SD, ceux du groupe DCNS et de l’IUCN, organisation à laquelle nous avons souhaité également intégrer, une demande en ce sens est en cours de finalisation. Je veux bien sûr aussi souligner la présence à nos côtés de Nicolas HULOT, envoyé spécial pour la protection de la planète.

Permettez moi encore une mention particulière pour Mélanie LAURENT, Cyrille DION et toute l’équipe de tournage du film « Demain » qui sera
sans aucun doute une superbe réalisation, l’occasion de mettre en avant les meilleurs exemples de réussites ici et dans le monde entier sur tous ces
sujets qui nous rassemblent pendant ces quelques jours.

22 ans après le sommet de la terre à Rio, après toutes les prises de parole, les engagements pris, ceux tenus et ceux non respectés, après les évolutions remarquées dans tel ou tel pays, après le refus aussi de valider tel ou tel programme, après beaucoup d’enthousiasme et d’énergies déployées… des progrès certains ont été au final réalisés.

Mais, pour reprendre des propos tenus par d’autres avant moi: notre maison brûle toujours. Ce qui a incontestablement changé depuis, c’est très certainement une prise de conscience mieux partagée, une plus forte mobilisation des acteurs, publics, privés, associatifs, une mobilisation citoyenne plus sensible…mais le chemin à parcourir apparaît encore bien long, sinueux et parsemé de difficultés.

Nous ne sommes pas ici exempts de toutes critiques, loin s’en faut. Notre facture énergétique représente chaque année à La Réunion plus de 800 millions d’euros d’équivalent pétrole ou charbon. Notre taux de dépendance énergétique dépasse les 85 %. Nous construisons des ports, de nouvelles routes, nous agrandissons nos aéroports, construisons de nouveaux logements, des écoles, des collèges, des lycées. Les Réunionnais se déplacent beaucoup, chacun avec sa voiture. Ils voyagent en dehors de l’île beaucoup plus qu’avant.

Nous sommes ici comme sur l’ensemble de la planète, engagés depuis des décennies dans un processus et une course en avant rythmée entre consommation et accumulation.

Ces avancées, puisqu’il faut bien l’évoquer ainsi, étaient et restent nécessaires pour beaucoup d’entre elles ou en tout cas, difficilement toutes négociables en l’état. Mais nous aurions pu par contre les réaliser différemment !

En tant que responsable politique, avec d’autres aujourd’hui, d’autres avant moi, je suis déterminé à tout mettre en oeuvre sur ce sujet et à notre niveau
pour, progressivement, gommer les erreurs du passé (parce qu’il y en a eu et il y en a eu beaucoup ) et intégrer de manière systématique à la réflexion
la dimension durable de l’action, pour nous et pour les générations futures.

C’est très exactement ce que nous faisons pour chacun des projets engagés ici sur notre territoire. Sortir des beaux discours et des belles paroles pour se situer délibérément dans l’action. C’est ce que nous nous évertuons à faire. Sur ces questions, nous nous sommes clairement positionnés sur deux grandes orientations.

D’abord un investissement public important dans le développement des technologies innovantes. C’est un choix délibéré. Une politique de proximité ensuite auprès du plus grand nombre de Réunionnais avec comme objectif de parvenir à une réelle appropriation collective des enjeux et des solutions.

I / D’abord, l’investissement :
A titre d’exemple, les projets SWAC et ETM, qui vous seront présentés, ont déjà mobilisé de lourds investissements pour le développement des énergies marines, énergie de la houle et énergie thermique des mers. Nous sommes, sur cette question, en phase d’expérimentation avancée. Notre île compte aujourd’hui une centaine de fermes photovoltaïques, plus de 2700 panneaux installés chez des particuliers, 125 000 chauffe-eau solaires individuels, près de 28 000 m2 de capteurs solaires dans les collectivités.

À ce jour, la part des énergies renouvelables dans la production d’électricité à la Réunion est de plus de 34%, un taux supérieur à la moyenne nationale et européenne. Avec l’électricité obtenue à partir du solaire, des barrages hydrauliques, de l’éolien ou encore de la biomasse, nous posons clairement notre ambition d’une Réunion de l’excellence ; nous posons clairement notre objectif d’atteindre l’autonomie énergétique en 2030.

Et pour cela, nous mobilisons chaque année une part importante des budgets européens, nationaux et régionaux pour pouvoir atteindre cet objectif.

II/ Dans le même temps, je suis, comme vous, absolument convaincu qu’il ne peut y avoir de politique environnementale sans la participation pleine
et entière des populations. La Région Réunion mène donc en parallèle une politique de proximité dans le but de sensibiliser chaque citoyen et de
l’aider à s’impliquer individuellement.

Quelques exemples concrets là encore :

Le chèque énergie : c’est une aide de 3000€ aux particuliers qui veulent s’équiper d’une centrale photovoltaïque individuelle, soit au final 50% de
l’investissement subventionné.

Le projet Millener en partenariat avec EDF et l’ADEME: pour le financement de 500 boîtiers intelligents qui permettront aux familles bénéficiaires de contrôler/adapter leur comportement énergétique ; le financement également de + de 500 batteries de stockage offertes à des particuliers équipés de panneaux photovoltaïques.

Le dispositif Eco Solidaire : c’est une subvention à hauteur de 80% pour l’installation de chauffe-eau solaires chez des familles à faibles revenus : il
y a eu à ce jour plus de 1500 bénéficiaires.

Le dispositif Énergies solidaires : grâce auquel plus de 60000 familles ont pu être mieux sensibilisées aux économies d’énergie après les interventions
et les passages chez ces familles d’une quarantaine d’ambassadeurs présents dans toutes les communes.

Les chantiers emplois verts encore qui ont permis la création de près de 10000 emplois en 4 ans. Ce dispositif a un double avantage : l’entretien et
l’embellissement des espaces naturels, des aires de pique-nique, des sentiers de randonnées en intégrant une réelle politique d’insertion sociale
et de formation professionnelle.

Dans tous ces domaines, énergies nouvelles, préservation et valorisation de notre environnement , biodiversité…les efforts de mobilisation sont ici
réels. Mais nous sommes conscients aussi que nous ne sommes en définitive, à notre niveau et à l’échelle du monde, qu’au début d’une nouvelle ère, une
société nouvelle que nous participons à construire.

Je fais partie de ceux qui considèrent que nous n’avons évidemment pas d’autre alternative et que l’imagination de nos meilleurs ingénieurs, techniciens, penseurs, philosophes, sociologues, experts en tous genres… doit être mise au service de cette formidable révolution pour un monde nécessairement différent et, je le crois, meilleur.

Pour terminer, je rappellerais que la conférence internationale qui nous rassemble aujourd’hui est une occasion particulière et forte de faire entendre la voix des territoires insulaires, de toutes ces petites îles qui se retrouvent finalement aux premières loges des effets du changement climatique.

Je vous souhaite à tous d’excellents travaux et je vous remercie de votre attention.

Didier Robert

 

La conférence Climat Energie officiellement ouverteLa conférence Climat Energie officiellement ouverteLa conférence Climat Energie officiellement ouverteLa conférence Climat Energie officiellement ouverteLa conférence Climat Energie officiellement ouverteLa conférence Climat Energie officiellement ouverteLa conférence Climat Energie officiellement ouverteLa conférence Climat Energie officiellement ouverteLa conférence Climat Energie officiellement ouverteLa conférence Climat Energie officiellement ouverteLa conférence Climat Energie officiellement ouverteLa conférence Climat Energie officiellement ouverteLa conférence Climat Energie officiellement ouverteLa conférence Climat Energie officiellement ouverteLa conférence Climat Energie officiellement ouverteLa conférence Climat Energie officiellement ouverteLa conférence Climat Energie officiellement ouverteLa conférence Climat Energie officiellement ouverteLa conférence Climat Energie officiellement ouverteLa conférence Climat Energie officiellement ouverteLa conférence Climat Energie officiellement ouverteLa conférence Climat Energie officiellement ouverte

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

NRL : Audrey Bélim salue la prise en compte de l’inflation par l’AFIT France

Interrogé par Audrey Bélim, Franck Leroy, nouveau président de l’Agence de Financement des Infrastructures de Transport (AFIT France),a assuré à la sénatrice que l’organisme prendrait en compte l’inflation dans son soutien financier au projet, jusqu’en 2028. « C’est un point fondamental qui n’était pas acquis », rappelle la parlementaire.

Philippe Naillet s’exprime au sujet du Chlordécone et du Fipronil à La Réunion

Le 29 février 2024, cinq propositions de loi, dont une visant à renforcer la protection des mineurs dans le sport et d’autres concernant le soutien aux TPE, l’encadrement des frais bancaires et la lutte contre les pénuries de médicaments, ont été adoptées. Philippe Naillet s’est exprimé sur la responsabilité de l’État dans le scandale du Chlordécone, également examiné à cette occasion.