Revenir à la rubrique : Politique

Département: Un budget primitif 2015 impacté par la baisse des dotations

Ce mercredi matin, les élus du Conseil Général ont voté le budget primitif 2015. Celui-ci a été voté à la majorité des élus. Dans son discours, la présidente du Conseil Général a rappelé les contraintes rencontrées par sa collectivité dans un contexte de réductions des dotations budgétaires de l’Etat. Nassimah Dindar a ainsi parlé d’un […]

Ecrit par MR – le mercredi 17 décembre 2014 à 14H28

Ce mercredi matin, les élus du Conseil Général ont voté le budget primitif 2015. Celui-ci a été voté à la majorité des élus. Dans son discours, la présidente du Conseil Général a rappelé les contraintes rencontrées par sa collectivité dans un contexte de réductions des dotations budgétaires de l’Etat.

Nassimah Dindar a ainsi parlé d’un budget « contraint » mais « offensif« . L’année prochaine devrait notamment être marquée par une augmentation des dépenses pour le secteur du développement durable.

Tous les élus sont d’accord pour dire que le contexte est morose et que la collectivité n’a pas beaucoup de marge de manoeuvre. « Le budget est difficile à construire car il est principalement guidé par le manque de compensation de l’Etat », indique Serge Hoarau, qui a terminé sa prise de parole en assurant : « je voterai ce budget car on fait ce qu’on peut avec ce que l’on a ». Michèle Caniguy admet elle aussi que l’exercice est « complexe et difficile » et demande que le territoire Est ne soit pas oublié.

Certains membres de l’opposition ont décidé pour leur part de s’abstenir lors du vote de ce budget primitif. « Nous ne sommes pas contre mais nous avons le droit de nous abstenir sans nécessairement faire offense aux services qui ont travaillé« , a commenté Jean-Claude Lacouture. Pas de débats houleux toutefois à quelques mois des prochaines échéances électorales…

Daniel Gonthier dresse un bilan plus sévère que ses camarades: « La situation est catastrophique, je trouve que vous êtes trop optimistes. On est dans un bon baisement« , estime-t-il.

Stéphane Fouassin tempère: « C’est un budget primitif… Il y aura des élections et il appartiendra à la nouvelle majorité de modifier et de revoir ce budget« , conclut-il.

En conclusion, le Département de la Réunion est aujourd’hui satisfait de présenter des comptes équilibrés mais voit d’un mauvais oeil les multiples coupes budgétaires effectuées par l’Etat. Nassimah Dindar a notamment annoncé qu’il a fallu « optimisé nos politiques » en mutualisant certains moyens.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Aurore Bergé : “La Réunion a pris conscience de la nécessité de briser le tabou des violences intrafamiliales”

Ce mardi, la ministre déléguée chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes et de la Lutte contre les discriminations, a inauguré la nouvelle maison des femmes, de la mère et de l’enfant de Saint-Paul. Ce lieu a vocation à devenir un guichet unique regroupant des professionnels de santé du CHOR et des associations de lutte contre les VIF pour aider les femmes victimes de violence à se reconstruire.

Aurore Bergé face à la réalité des violences intrafamiliales à La Réunion

La ministre de l’Egalité entre les femmes et les hommes a assisté ce mardi après-midi au Comité local d‘aide aux victimes (Clav), en présence des principaux acteurs de de la lutte contre les violences intrafamiliales (VIF). En 2023, 12 plaintes liées à ce fléau ont été enregistrées en moyenne par jour et tous les indicateurs demeurent à la hausse, malgré la « mobilisation générale » saluée par Aurore Bergé.