Revenir à la rubrique : Faits divers

Aux assises, l’accusé revient sur ses aveux: « Je me suis senti obligé d’inventer »

Lors de cette deuxième journée d'audience, Djayan, 21 ans, accusé d'avoir tenté d'assassiner une de ses camarades de lycée en 2019, a livré une nouvelle version des faits. Minimisant ses actes de violence sur la victime, il a assuré ne jamais avoir eu l'intention de tuer. Son projet était de lui imposer une relation sexuelle sans penser à la suite.

Ecrit par 2181159 – le vendredi 04 novembre 2022 à 05H59

Ce mercredi lors de la première journée de l’audience criminelle de la cour d’assises, l’accusé a livré une troisième version des faits. Il est ainsi revenu sur les déclarations qu’il avait faites lors de ses deux auditions de garde à vue mais aussi devant le juge d’instruction à qui il avait « tout dit » au moment de sa mise en examen, le 20 mai 2019 et enfin, le juge des libertés et de la détention qui avait choisi de le placer en détention provisoire.

Djayan S., 21 ans aujourd’hui, a déclaré avoir menti. Son projet était bien d’attirer sa camarade de lycée dans un endroit reculé et d’exercer des violences pour la forcer à avoir une relation sexuelle. Mais selon ses nouvelles affirmations, il n’a jamais eu l’intention de tuer puis de faire disparaitre son corps et d’effacer les traces de son crime. Ses avocats ont par ailleurs laissé entendre que le gendarme ayant mené les auditions avait recueilli des aveux en posant des questions orientées.

Une mise en acte pour libérer des tensions internes

Cette journée de jeudi a donc commencé par un visionnage de certains passages des interrogatoires de Djayan. Si ces images n’ont rien apporté quant aux faits, elles ont donné l’occasion aux jurés d’observer l’attitude décontractée adoptée par le mis en cause donnant moultes détails sur les actes qu’il avait commis quelques jours auparavant. « Je sais que je suis différent. Ce que j’ai fait est une quête de soi. Je voulais savoir si j’allais être capable d’aller jusqu’au bout » raconte Djayan.

Pour l’expert psychologue qui a examiné le jeune homme à trois reprises en 2019, Djayan se posait des questions existentielles bien avant les faits. Le spécialiste confirme une fragilité narcissique importante chez le vingtenaire à la personnalité immature au moment de son passage à l’acte. « Malgré le flot de détails qu’il donne, ses motivations sont imprécises » développe l’expert qui décrit un adolescent déstabilisé par ses pulsions sexuelles. « Il n’était pas capable d’entrer dans un jeu de séduction avec les filles et restait dans le fantasme. Cela provoquait des tensions internes dans un contexte dépressif de repli sur soi. Ces aspects purement sexuels refoulés, une mise en acte lui a été nécessaire pour libérer ses tensions » diagnostique l’expert.

Dans sa troisième version servie aujourd’hui et soutenue par les avocats de la défense particulièrement offensifs pour faire disparaitre des esprits la tentative d’assassinat, Djayan soutient mordicus n’avoir donné qu’un coup de barre de fer, avoir porté peu de coups et s’être arrêté très vite face à une victime qui lui avait finement fait prendre conscience de la gravité des f aits.  « Vous avez vu dans quel état vous l’avez mise » s’écrie une des avocates de la partie civile, Me Judith Beaumont, brandissant une photo explicite de sa cliente.

On assassine pas quelqu’un avec un couteau à pain

« Et l’ADN de la jeune fille sur le couteau. Cela serait dû à quoi ? » renchérit la représentante de la société. Dans sa volonté de convaincre, Djayan, qui a pourtant réponse à tout, sèche sur cette question. « Mais c’était un couteau à pain. On n’assassine pas quelqu’un avec un couteau à pain » rebondit l’avocate de l’accusé, Me Marie Briot, voulant à tout prix prouver que son client n’avait aucune intention de tuer. Seule explication alors concernant les aveux si précis de son client : « Je me suis senti obligé d’inventer » conclut Djayan.

Les jurés vont-ils croire à ce revirement de situation et considérer que le lycéen a commis des violences avec arme entrainant une ITT de 30 jours ou bien retiendront-ils la tentative d’assassinat au moment de délibérer ?

Pour l’heure, l’accusé encourt la réclusion criminelle à perpétuité et sera fixé sur son sort ce vendredi en fin de journée après les plaidoiries et les réquisitions du parquet général.

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Trafic de drogues de synthèse : Le psychonaute sévèrement condamné

Des substances psychédéliques par kilo importées par colis postal de Chine où elles sont fabriquées par des laboratoires ont inondé La Réunion. Ces cristaux qui imitent la cocaïne ou les amphétamines ne seraient pas de la drogue, selon un trentenaire rejugé à sa demande par la cour d’appel en novembre 2023. Celui-ci s’est réclamé de sa consommation personnelle et n’a pas manqué d’imagination pour justifier son train de vie. Mais il n’a pas convaincu la cour dont la décision tombe comme un couperet.

Trottinettes électriques : La police contrôle et verbalise

Ce jeudi matin, les policiers de Saint-Denis avaient dans leur viseur les propriétaires de trottinettes électriques. Comme indiqué sur la page Facebook de la Police Nationale de La Réunion, de nombreuses infractions ont été relevées et de nombreuses verbalisations ont été dressées.

Opération Place Nette : Trois individus interpellés pour port d’arme

Les fonctionnaires de la police nationale de La Réunion ont effectué des contrôles dans le cadre de l’opération « place nette » ce mercredi à Saint-Denis. À ce titre, cinq personnes ont été interpellées dans le quartier de Sainte-Clotilde, indique la police sur sa page Facebook.

Tentative de meurtre au carré cathédrale : Avant son jugement en appel, le suspect souhaite retrouver la liberté

Un acquittement pour tentative de meurtre « incompréhensible » selon le parquet général qui a fait appel de la décision de la cour d’assises prononcée en septembre dernier. Julien G. est poursuivi pour avoir planté une lame dans la carotide d’un touriste suite à une discussion animée sur fond d’alcool avec des touristes en décembre 2020 au centre-ville de Saint-Denis. Il souhaite attendre son nouveau procès en liberté.