Revenir à la rubrique : Politique

Vidéo – Écopâturage : Des cabris-jardiniers pour s’occuper du lit de la Rivière St-Denis

Le service environnement de la Cinor compte de nouveaux agents d'un genre un peu particulier. En effet, l'intercommunalité a fait l'acquisition de 15 cabris qui auront pour tâche principale de s'occuper des berges de la rivière Saint-Denis via l'éco-pâturage, une technique naturelle d'entretien des espaces verts. Une présentation en a été faite cet après-midi en présence d'écoliers.

Ecrit par SI – le lundi 19 septembre 2022 à 14H26

En vogue depuis quelques années dans certaines collectivités de France hexagonale, l’éco-pâturage commence à faire des émules dans l’île. Un procédé ancestral qui permet une gestion naturelle des espèces végétales tout en restaurant la biodiversité de ces milieux. En effet, l’action des cabris permet d’endiguer le développement d’espèces envahissantes et favorise une plus grande hétérogénéité de la flore locale.

De plus, outre l’absence de nuisances olfactives et sonores, l’éco-pâturage est plus écologique que la tonte des espaces verts via des engins motorisés (suppression de l’utilisation d’huile et carburants des engins mécaniques) et des désherbants tout en permettant la tonte dans des lieux difficiles d’accès.

Enfin, l’éco-pâturage possède une dimension sociale et pédagogique, les endroits où il est mis en œuvre sont en effet des lieux d’échanges et de sensibilisation à la préservation de la biodiversité.

Pour la mise en place de ce dispositif, en expérimentation depuis avril dernier, une convention a été signée entre la Cinor et l’Association de pêche et de protection des milieux aquatiques des rivières du Nord (AAPPMARN). Outre la rivière Saint-Denis, la Cinor envisage de déployer ce dispositif d’éco-pâturage dans d’autres cours d’eau du Nord. Une expérience « qui mêle aussi bien tradition, souci de notre avenir et amélioration de notre cadre de vie », explique Maurice Gironcel, président de la Cinor, première collectivité de l’île à faire appel à ces jardiniers d’un genre nouveau qui se sont déjà occupés de près de 3 600 m2 d’espaces verts depuis avril.
 

Concilier ville urbaine et biodiversité

La maire de Saint-Denis, Ericka Bareigts, voit dans la mise en place de cet éco-pâturage un excellent moyen de lier environnement urbain et préservation de la biodiversité.

L’édile dionysienne souhaite en effet gommer l’image « ville-béton » du chef-lieu grâce à ce type d’initiative ou aux projets portés par sa municipalité. « Aujourd’hui, on retrouve des anguilles, des chevrettes ou des écrevisses dans la Rivière Saint-Denis et demain il y en aura beaucoup plus », prévoit-elle, « certaine » de récolter les fruits du travail « lancé aujourd’hui avec ces enfants et ces associations ».

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Emmanuelle Wargon : “La Réunion peut progresser sur le photovoltaïque”

Pour son troisième jour de visite, Emmanuelle Wargon, la présidente de la commission de régulation de l’énergie, s’est rendue dans la nouvelle centrale photovoltaïque de la rivière des Galets au Port. L’ancienne secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire du gouvernement d’Edouard Philippe a salué les progrès de l’île pour la transition énergétique.