Revenir à la rubrique : Politique

Nathalie Bassire candidate à la présidence de l’Assemblée nationale

La députée de la 3ème circonscription de La Réunion brigue la présidence de l’Assemblée nationale. Evidemment, cette candidature a peu de chance d'aboutir. Elle est avant tout déposée pour le principe, afin de tester le camp présidentiel alors que le gouvernement Borne ne dispose pas de la majorité absolue.

Ecrit par 1639 – le mardi 28 juin 2022 à 16H14

Yaël Braun Pivet devrait être élue quatrième personnage de l’Etat dans quelques minutes mais comme le veut le jeu parlementaire, les groupes politiques peuvent présenter un candidat et s’entendre pour désigner un député issu de leur rang. C’est dans ce cas précis que Nathalie Bassire fait acte de candidature pour le compte du groupe parlementaire « Libertés, indépendance, outre-mer, territoires » qu’elle vient de rejoindre à l’entame de son second mandat. 

La députée réunionnaise est candidate aux côtés de Sébastien Chenu (RN), Annie Genevard (LR), Fatiha Keloua-Hachi (Nupes) et donc de l’ex et éphémère ministre des Outre-mer.

Les résultats de l’élection à la présidence de l’Assemblée

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

NRL : Audrey Bélim salue la prise en compte de l’inflation par l’AFIT France

Interrogé par Audrey Bélim, Franck Leroy, nouveau président de l’Agence de Financement des Infrastructures de Transport (AFIT France),a assuré à la sénatrice que l’organisme prendrait en compte l’inflation dans son soutien financier au projet, jusqu’en 2028. « C’est un point fondamental qui n’était pas acquis », rappelle la parlementaire.

Philippe Naillet s’exprime au sujet du Chlordécone et du Fipronil à La Réunion

Le 29 février 2024, cinq propositions de loi, dont une visant à renforcer la protection des mineurs dans le sport et d’autres concernant le soutien aux TPE, l’encadrement des frais bancaires et la lutte contre les pénuries de médicaments, ont été adoptées. Philippe Naillet s’est exprimé sur la responsabilité de l’État dans le scandale du Chlordécone, également examiné à cette occasion.