Revenir à la rubrique : Blog de Pierrot

Monica Govindin provoque un clash en commission permanente du Conseil général

Il a beaucoup été question de Monica Govindin ce matin en commission permanente du Département, même si elle n'en fait pas partie. Il est vrai que la conseillère générale du Port, qui a basculé dans l'opposition depuis quelques mois, a profité hier de l'absence de nombre d'élus de Gauche pour retoquer avec d'autres élus de Droite plusieurs subventions d'associations saint-leusiennes dans sa commission Enfance, Famille, Santé et Réinsertion. La Commission permanente de ce matin, dans laquelle Nassimah Dindar était cette fois majoritaire, est revenue sur cette décision et accordé malgré tout la subvention, alors même que les travaux projetés n'entraient pas dans l'objet social de l'association. Au passage, les élus de la majorité ont désavoué Monica Govindin et les membres de la commission Enfance, Famille, Santé et Réinsertion, et le ton est vite monté...

Ecrit par Pierrot Dupuy – le mercredi 08 septembre 2010 à 21H20

Les élus membres de la majorité de Nassimah Dindar étaient au départ majoritaires dans la commission Enfance, Famille, Santé et Réinsertion. Le président Jean-Claude Fidji était entouré d’Emmanuel Hoarau (PS), Gérald Maillot (PS), Monica Govindin (Alliance) et Isabelle Poudroux (Modem). L’opposition de son côté était représentée par Teddy Soret, Nathalie Bassire et Herman Rifosta. Cinq de Gauche contre trois de Droite, donc.

Le problème est venu du cumul de mandat de Thierry Robert sur Saint-Leu. Il pouvait cumuler les deux sièges, mais ne pouvait en représenter qu’un seul physiquement. Isabelle Poudroux n’a donc pas été remplacée et son siège est désormais vide. Et Monica Govindin ayant basculé dans l’opposition, le rapport de forces s’est donc inversé et est maintenant de quatre à Droite contre trois de Gauche.

Mais comme en plus, hier, ni Jean-Claude Fidji, ni Gérald Maillot n’avaient fait le déplacement, la Droite -malgré l’absence d’Herman Rifosta- s’est donc retrouvée seule pour examiner les dossiers. Emmanuel Hoarau a certes fait une brève apparition, mais il a suivi les avis de la commission pendant le temps où il a été présent.

En l’absence d’élus de la majorité, c’est donc Monica Govindin qui a présidé la commission et qui, avec les élus de Droite présents,a épluché les dossiers.

Les conseillers généraux présents ont d’abord remarqué que, sur 14 dossiers présentés, 6 concernaient Saint-Leu.

Le plus emblématique était celui de l’ADIPE, l’Association départementale d’insertion et de préservation de l’environnement, une association qui, contrairement à ce que son nom indique, est basée à Saint-Leu et n’est intervenue jusqu’à maintenant que sur le territoire de cette commune. On la dit d’ailleurs proche de Thierry Robert.

Créée le 21 avril de cette année, l’ADIPE a déjà obtenu une subvention de près d’un million d’euros il y a un mois de la part du Conseil général. Cette fois, elle ne demandait officiellement « que » 30.000 euros, dont 19.000 en fonctionnement et 11.000 en investissement. En fait, dans la pratique, la subvention du Conseil général, d’une manière détournée, avec les Chèques amélioration de l’Habitat, était de près de 125.000 euros…

Les élus présents de la commission ont tiqué sur le fait que, dans son exposé des motifs, l’association affirmait souhaiter « réaliser des activités concernant l’amélioration de l’habitat en matière de sécurité, de confort, de salubrité, d’équipement, d’accessibilité, de mise en conformité du logement aux normes d’habitabilité, d’accessibilité et d’adaptation aux personnes fragiles (personnes âgées, porteuses de handicap ou enceintes)« . Or, selon la présentation des services du Département, cette association a pour vocation « la préservation et l’éducation à l’environnement, la lutte contre la précarité, l’insertion des publics en difficulté, le conseil et l’information aux habitants les plus fragiles« . Pas de trace dans les statuts donc de travaux chez les personnes âgées ou « fragiles« …

 

Une véritable machine électorale payée sur des fonds publics

En fait, le « montage » du fonctionnement de cette association en fait une véritable machine électorale, payée sur des fonds publics. Il lui suffit de contacter les personnes âgées ou « fragiles » et de leur proposer de rénover leurs maisons ou leurs appartements. Il y en a certainement des centaines sur la commune de Saint-Leu, et qui est mieux placé que le CCAS d’une commune pour les connaitre…

Ces personnes peuvent financer ces travaux à l’aide de Chèques amélioration de l’Habitat payés par le Conseil général. Dans le cas qui nous préoccupe, c’est l’ADIPE, l’association qui a par ailleurs déjà reçu des subventions avec le Conseil général pour son fonctionnement et son investissement, qui effectuera les travaux. Travaux qui seront réalisés par d’anciens RMIstes, dont les emplois sont à nouveau subventionnés intégralement par l’Etat et le Département…

Dans le cas de la demande subvention qui nous préoccupe, le budget total de l’opération avec l’embauche de seulement 4 RMIstes est de 180.000 euros. 125.000 sont payés par le Département et seulement un peu plus de 11.000 euros par la mairie de Saint-Leu…

On imagine mal une association qui a déjà touché 1 million d’euros dans un autre dossier, se contenter de l’embauche de 4 RMIstes. Il ne s’agissait très certainement là que d’un coup d’essai et on peut s’attendre à voir d’autres demandes de subventions du même type arriver dans les mois à venir. Il ne faut pas oublier que des élections se profilent à l’horizon…

Hier donc, la commission a voté contre la demande de subvention effectuée par l’ADIPE, au motif essentiel que les travaux chez les particuliers n’entraient pas dans le cadre de ses statuts. Mais la commission ne donne qu’un avis, et c’est à la commission permanente que revient le dernier mot.

Ce matin donc, Nassimah Dindar, entourée de sa majorité, a repris la main sur le dossier. Et c’est Thierry Robert en personne qui est monté au créneau pour défendre la demande de subvention de l’ADIPE. Ce qui montre bien combien le dossier lui tient à cœur…

Monica Govindin, « la traitre« , bien que ne faisant pas partie de la commission permanente, a été copieusement malmenée par les conseillers généraux de la majorité. On a même entendu Jean-Yves Langenier, qu’on a connu plus mesuré, dire d’elle qu’elle n’était qu' »un épiphénomène« , « un accident de l’histoire dont le cas allait être réglé l’année prochaine« …

Au final, la commission a décidé de valider la subvention, et donc de désavouer sa commission.

Thierry Robert peut être content : il aura sa machine de guerre électorale. Un « deuxième Glaive« , pour reprendre l’expression d’un fin connaisseur de la politique locale, le Glaive étant l’association de Nassimah Dindar qui intervient déjà auprès des personnes âgées ou défavorisées sur Saint-Denis, en étant subventionnée par le Conseil général…

Les bénéficiaires des améliorations sont contents et voteront dans le bon sens. Les RMIstes, jusque là sans travail, sont contents et voteront eux aussi pour celui qui leur a fourni du travail. Et peu leur importe par qui tout cela a été payé.

Le seul « hic » pourrait venir de la qualité des prestations offertes. Comment garantir des travaux « nickel« , comparables à ceux réalisés par des professionnels. Professionnels qui, au passage, ne doivent pas voir d’un très bon œil une association hyper subventionnée venir leur faire de la concurrence, à eux qui paient charges et salaires…

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Pierrot Dupuy : Les ennemis de mes ennemis sont mes amis

La question a tourné en boucle sur toutes les radios et toutes les télévisions durant le week-end : Le Rassemblement national est-t-il devenu un parti fréquentable et a-t-il réellement abandonné les idées racistes de son fondateur Jean-Marie Le Pen?

Pierrot Dupuy – Ces salauds de chômeurs

Le patron des Républicains propose rien de moins que de vendre encore plus d’essence et de gasoil. Et cerise sur le gâteau, de le faire payer par ces salauds de chômeurs !