Revenir à la rubrique : National | Politique

Législatives : Le RN, 1er parti de France et de La Réunion

Le Rassemblement national est le parti politique qui a obtenu le plus de voix au second tour des élections législatives, en France comme à La Réunion. Pour autant, le RN ne se classe que troisième au niveau national et ne décroche qu'un siège de député sur sept à La Réunion, à la faveur du barrage républicain.

Ecrit par Baradi Siva – le lundi 08 juillet 2024 à 14H13

Le second tour des élections législatives a été marqué par un sursaut républicain sur toute la France ainsi qu’à La Réunion. Le taux de participation en hausse a permis au front républicain de faire barrage au Rassemblement national qui était pressenti pour terminer en tête du scrutin. C’est finalement la gauche qui obtient le plus grand nombre de députés (172), devant l’alliance présidentielle Ensemble (150) et le RN (142), selon les résultats provisoires.

Le RN qui était sorti en tête au premier tour glisse donc à la troisième place ce dimanche soir. Un revers pour le parti d’extrême droite qui se disait prêt à gouverner. Jordan Bardella a fustigé « les alliances contre-nature » et Marine Le Pen a assuré que la victoire de sa formation politique n’était que différée, car elle était maintenant le premier parti politique à l’Assemblée nationale. En effet, si l’on ne se fie pas aux résultats des alliances, mais à celles des partis, le RN est largement en tête avec 126 députés, devant Renaissance (98) et LFI (71).

Même si le barrage républicain a montré la volonté de nombreux électeurs de ne pas voir l’extrême droite arriver au pouvoir, il ne faut pas oublier que beaucoup ont encore voté pour le RN dimanche soir.

 

Le RN cumule le plus grand nombre de suffrages

 

Le Rassemblement national a obtenu à lui seul 9,4 millions de voix au premier tour. Le parti fait un peu moins bien hier soir, mais reçoit tout de même le soutien de 8,7 millions d’électeurs au second tour. Un score qui le place en tête du classement des listes en lice devant le Nouveau Front populaire (7 millions) et l’alliance présidentielle (6,3 millions). C’est donc 32% des suffrages exprimés qui vont au RN dimanche, près de 7 points de plus que le NFP et près de 10 points de plus qu’Ensemble.

Le taux de participation était en hausse à La Réunion et s’est établi à 48% (contre 45,54% au premier tour). Une augmentation du nombre d’électeurs qui a notamment profité au RN. Le parti d’extrême droite gagne plus de 45.000 voix en une semaine : 81.000 voix au premier tour et 127.000 au second.

La gauche se place devant le RN lors des deux scrutins. Divisée, elle obtient 125.000 voix au premier tour. Unie au second tour, elle dépasse les 180.000 suffrages. Mais les députés élus par les partis politiques de gauche ne se siègeront pas ensemble à l’Assemblée nationale. Et à La Réunion, les chefs de file de la gauche devraient rapidement à nouveau partir sur des chemins séparés en vue des Municipales 2028.

Ainsi, au second tour, si l’on prend en compte les formations politiques hors alliance, le RN termine en tête avec 127.000 voix, viennent ensuite le PLR-Progrès qui siège dans le groupe parlementaire GDR (104.000 voix), LFI (181.000 voix) et les Socialistes (27.000 voix). Des résultats qui voient le parti d’extrême droite s’imposer de façon inédite comme une force politique majeure à La Réunion, cela alors même que son bureau régional peine fortement à s’organiser en interne, à rassembler ses militants pour des meetings ou même à choisir des candidats au fait de leur programme.

Il est d’ailleurs à noter que le RN n’obtient un député qu’au profit d’un parcellement de l’électorat de la troisième circonscription entre une gauche qui a du mal à s’unir et une droite en complète perdition, les deux camps trop préoccupés par les enjeux des prochaines municipales pour monter un barrage républicain efficace, qui a pourtant presque failli faire perdre l’extrême droite. Alexis Chaussalet n’échoue que pour 1.272 voix sur les 44.390 suffrages exprimés.

 

La majorité des électeurs réunionnais représentés par aucun parti

L’autre enseignement du second tour des élections législatives est que la majorité des électeurs réunionnais ne sont pas allés voter. Ni l’éventualité d’une révolution, aussi dangereuse soit-elle via l’extrême droite, ni la nécessité d’un barrage républicain n’ont poussé les 362.159 abstentionnistes à se rendre aux urnes.

Durant l’entre-deux-tours, les deux camps ont insisté sur le caractère historique du scrutin du second tour des élections législatives. Mais ces appels à voter n’ont motivé que 17.503 des abstentionnistes du premier tour à se déplacer ce dimanche.

À noter qu’hier, les membres des 930 bureaux de vote de La Réunion ont dépouillé 4.702 votes blancs de plus et 3.184 votes nuls de plus qu’au premier tour. En tout, 26.537 votes blancs ou nuls au second tour n’ont donc comptés ni pour l’extrême droite, ni pour l’union de gauche.

 

Législatives : Ras-le-vote

Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
11 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Marseille : il se trompe de valise dans le bus et repart avec 11 kg de cannabis

Un retraité marseillais a eu la surprise de découvrir 11 kg de cannabis dans la valise qu’il avait récupérée par erreur dans la soute d’un FlixBus en provenance de la gare Saint-Charles à Marseille.
L’homme, âgé de 87 ans, revenait de vacances lorsqu’il s’est trompé de bagage à cause de leur apparence similaire. Ce n’est qu’une fois rentré chez lui qu’il a réalisé la méprise en ouvrant la valise et en découvrant les paquets de drogue, d’une valeur estimée à 250.000 euros.

La loi sur les retraites va-t-elle être abrogée ?

La présidente du groupe de la France insoumise Mathilde Panot, a annoncé aujourd’hui sur France Inter que son groupe allait déposer à l’Assemblée nationale une proposition de loi « pour abroger la réforme de la retraite à 64 ans ». « Nous sommes des militants de convictions et nous tiendrons […] le programme sur lequel nous sommes engagés », a-t-elle martelé, appelant les députés des autres groupes à prendre leurs « responsabilités ».
Et elle estime pouvoir trouver facilement une majorité pour le faire.