Revenir à la rubrique : Politique

Aux 379.662 abstentionnistes du premier tour des Législatives

Le second tour des élections législatives à La Réunion verront s'opposer sept candidats du Rassemblement national à sept membres du Nouveau Front populaire. Si le RN a réussi l'exploit de qualifier pour la première fois les candidats portant son étiquette au second tour, l'extrême droite se positionne comme deuxième force dans les urnes avec 81.000 voix contre environ 110.000 pour la gauche. Mais c'était encore une fois les abstentionnistes qui étaient les plus nombreux dimanche dernier.

Ecrit par Baradi Siva – le vendredi 05 juillet 2024 à 21H47

La montée historique du Rassemblement national lors d’une élection locale a connu une résonance particulière à La Réunion. Le RN 974 a pour la première fois placé ses candidats au second tour des élections législatives. Et c’est un véritable coup de force pour l’extrême droite qui est en lice ce dimanche sur l’ensemble des sept circonscriptions de l’île.

Le Rassemblement national a multiplié par quatre son nombre d’électeurs à La Réunion entre le premier tour des élections législatives 2022 et celui de 2024. De moins de 20.000 suffrages, le RN a cumulé dimanche dernier plus de 81.000 voix. Entre ces deux scrutins, ce sont environ 110.000 électeurs de plus qui se sont déplacés dans les urnes. La mobilisation un peu plus forte qu’il y a deux ans a profité à l’extrême droite qui compte environ 60.000 votants de plus derrière elle, mais pas que.

En effet, le bloc de gauche a aussi progressé entre les deux élections et passe d’environ 66.000 à près de 110.000 suffrages. Outre la hausse de la participation, il faut aussi prendre en compte à gauche l’absence de nombreux candidats sans appareil politique qui avaient tout de même obtenu le soutien d’à peu près 24.000 électeurs en 2022.

Mais sur les 697.000 électeurs réunionnais, le groupe le plus représenté est celui des abstentionnistes. 54,46% des inscrits ne se sont pas rendus aux urnes : 379.662 Réunionnais ont donc choisi de ne pas s’exprimer dans les urnes dimanche dernier.

Un nombre très important de Réunionnais ne se sont donc pas sentis concernés au premier tour. Mais une mobilisation de ces électeurs pourrait avoir une réelle influence sur le message renvoyé dans les urnes du choix de politique souhaité pour notre île ce dimanche soir.

 

Législatives : Ras-le-vote

Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
5 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

« Nous avons assisté à des procès d’intention indignes menés par des opposants à la nomination d’Huguette Bello à Matignon »

« Sa décision de décliner la proposition d’occuper le poste de Première Ministre contraste complètement avec les motivations de certain.e.s ». Les mots sont ceux de la présidente de l’Union des femmes réunionnaises et sénatrice de La Réunion, Evelyne Corbière-Naminzo, qui tient à saluer l' »engagement indéfectible pour plus de justice et de solidarité́ » d’Huguette Bello. Pour rappel, cette dernière a décliné ce dimanche la proposition de la France insoumise (LFI) et du Parti communiste français (PCF) d’occuper le poste de Première ministre. Saluant le « parcours politique exemplaire » de la présidente de Région, Evelyne Corbière-Naminzo regrette que celle ci n’ait pas obtenu « un consensus total » autour de son nom pour occuper Matignon. Elle pointe en particulier le rôle joué par le Parti socialiste, qui « a pourtant pu compter sur les soutiens d’Huguette Bello à François Mitterand, François Hollande et Ségolène Royal, lors des élections présidentielles ».

Huguette Bello annonce qu’elle n’ira pas à Matignon

Malgré l’appel de ses soutiens, Huguette Bello ne sera pas nommée Première ministre. L’annonce a été faite ce dimanche par la présidente de Région elle-même dans un communiqué. Elle explique vouloir « garantir l’unité du Nouveau Front populaire » en déclinant « sans plus attendre » l’offre qui lui a été faite. « Je prends acte qu’elle ne fait pas l’objet d’un consensus entre toutes les composantes du Nouveau Front Populaire, et notamment qu’elle n’est pas soutenue par le Parti socialiste », précise la cheffe de file du PLR.

Jean-Hugues Ratenon et Joé Bédier demandent aux élus locaux de pousser la nomination d’Huguette Bello à Matignon

Dans un communiqué, le président de Rézistan’s Égalité 974, Jean-Hugues Ratenon, appelle le Parti socialiste, et notamment la fédération locale représentée par Ericka Bareigts, à faire preuve de « responsabilité » pour permettre la nomination d’Huguette Bello à Matignon. Même son de cloche pour Joé Bédier pour qui il est crucial « de placer les intérêts supérieurs des Français au premier rang », en demandant aux partis du Nouveau Front populaire (NFP) de s’entendre sur la candidature de la présidente de Région.

NFP : Comment le nom d’Huguette Bello est arrivé au centre des débats

Le Nouveau Front populaire se déchire depuis plusieurs jours autour du sujet du nouveau gouvernement qui sera formé suite aux élections législatives anticipées. Pour sortir de l’impasse, le nom d’Huguette Bello a été cité. Mais comment l’hypothèse d’une candidature de la présidente de la Région Réunion est-elle arrivée sur la table ?