Revenir à la rubrique : National | Politique

10 millions de Français, dont 81.000 Réunionnais, ont voté pour le RN

Le Rassemblement national s'établit comme le premier parti de France au soir du premier tour des élections législatives anticipées, une situation inédite. Avec un taux de participation en nette hausse, le RN est aux portes du pouvoir. À La Réunion, la formation d'extrême-droite obtient aussi le plus de voix, mais compte bien moins de suffrages que les différentes plateformes de gauche. Des résultats qui montrent que les électeurs appellent au changement en faisant fi de l'histoire du RN et de ses politiques actuelles dangereuses.

Ecrit par Baradi Siva – le lundi 01 juillet 2024 à 07H08
Image d'illustration : Pierre Marchal / Anakao Press

Le premier tour des élections législatives anticipées a été marqué par une mobilisation importante des électeurs. 66,71% des inscrits sont allés couleur leur bulletin dans l’urne ce dimanche. Au terme du scrutin, le RN obtient 29,24% des suffrages exprimés, soit plus de 9,3 millions de votes, auxquels s’ajoutent 1,2 million de voix en faveur des candidats soutenus par l’alliance d’extrême-droite. Le RN devient le premier parti de France et pourrait obtenir la majorité à l’Assemblée nationale ce dimanche.

La France est clairement divisée en trois blocs au soir du premier tour. Le RN avec 29,24%, le Nouveau Front populaire avec 27,99% et le parti présidentiel avec 20,04% des voix. L’extrême-droite totalise 33% des voix, la gauche 31%. La droite traditionnelle ne représente plus que 10% des électeurs.

La Réunion compte aussi un peu plus de 81.000 électeurs qui ont fait le choix du Rassemblement national. Le RN a pour la première fois des représentants au second tour. Ils seront présents sur l’ensemble des sept circonscriptions dans des duels contre des élus de gauche.Les plateformes progressistes divisées sur quatre des sept circonscription seront unies pour le scrutin de ce dimanche afin de faire barrage au Rassemblement national.

 

Colère et ras-le-bol

 

La mobilisation des électeurs a donc largement profité au Rassemblement national même si l’union de gauche a aussi progressé. C’est surtout le parti présidentiel qui a été sanctionné et qui perd près de 5 points comparé au premier tour des Législatives de 2022. La colère des électeurs à l’encontre du parti présidentiel voit les blocs des deux extrêmes avancer dans les urnes. Mais le ras-le-bol envers les formations politiques traditionnelles qui ont été au pouvoir par le passé et qui composent le Nouveau Front populaire se fait aussi sentir, au point que le RN sort en tête malgré un projet incendiaire, notamment au niveau de l’immigration.

Un vent de contestation a donc soufflé dans les bureaux de vote de France et le Rassemblement national qui joue fortement sur une dédiabolisation lancée il y a de nombreuses années espère capitaliser ce dimanche et prendre les rênes du gouvernement. L’extrême droite est aux portes du pouvoir et pourrait s’approcher de la majorité absolue avec 37 députés déjà élus, dont Marine Le Pen, et des projections qui voient le RN et ses alliés obtenir au total environ 280 des 289 sièges nécessaires pour contrôler les lois du pays sans contestation.

La colère noire des électeurs les pousse à faire fi de l’histoire très sombre du RN, autant au niveau de ses membres fondateurs, que sa rhétorique xénophobe ou encore les déclarations racistes et homophobes de ses candidats lors de la campagne actuelle et même le racisme décomplexé d’une partie de ses soutiens.

Un appel à faire barrage contre l’extrême-droite a été lancé au niveau national comme local. Le NFP se désistera des triangulaires où son candidat est troisième et le parti présidentiel a déjà choisi de retiré une soixantaine de candidats. La droite traditionnelle maintient sa position ni-RN, ni-LFI.

Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
89 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Le gouvernement renonce à une hausse des tarifs de l’électricité prévue pour le 1er août

Le gouvernement français a annoncé qu’il ne procéderait pas à l’augmentation du prix de l’électricité d’environ 1 % initialement prévue pour le 1er août, comme l’a confirmé lundi 15 juillet la Commission de régulation de l’énergie (CRE). Cette hausse, liée à la revalorisation du tarif d’utilisation des réseaux publics de distribution d’électricité (Turpe), aurait concerné quelque 22 millions de ménages et entreprises.

LFI suspend les discussions avec les autres partis de gauche

La France Insoumise (LFI) a annoncé ce lundi 15 juillet la suspension des discussions avec les autres partis de gauche pour la formation d’un gouvernement, en réaction au refus des socialistes de soutenir Huguette Bello au poste de Premier ministre. Ce refus a été perçu par LFI comme une volonté du PS « de mettre un veto à toute candidature issue du Nouveau Front populaire, dans le seul but d’imposer la sienne », conduisant la gauche dans une « impasse ». En conséquence, le parti de Jean-Luc Mélenchon annonce suspendre les négociations, dans l’attente de la désignation d’une candidature unique à la présidence de l’Assemblée nationale.

Une ancienne ministre de Macron veut couper la Nouvelle-Calédonie en deux

Présidente de la province Sud et leader des plus fervents loyalistes, l’ancienne secrétaire d’État Sonia Backès a profité d’un discours prononcé le 14 Juillet pour demander l’autonomisation des provinces en Nouvelle-Calédonie, estimant que les kanak et les descendants d’Européens ne peuvent pas coexister ensemble.

Armée : face à la menace chinoise et russe, la BA 181 va recevoir des drones Reaper et deux hélicoptères supplémentaires

Ces dernières années, plusieurs rapports parlementaires ont mis en lumière les insuffisances des moyens des forces de souveraineté présentes dans les DOM-TOM, et en particulier à La Réunion.
Au regard de la montée des dangers, l’état-major de l’armée a décidé de renforcer significativement les capacités opérationnelles de l’ile en lui permettant d’accueillir quand nécessaire des drones Reaper et en lui adjoignant deux hélicoptères supplémentaires.

« Nous avons assisté à des procès d’intention indignes menés par des opposants à la nomination d’Huguette Bello à Matignon »

« Sa décision de décliner la proposition d’occuper le poste de Première Ministre contraste complètement avec les motivations de certain.e.s ». Les mots sont ceux de la présidente de l’Union des femmes réunionnaises et sénatrice de La Réunion, Evelyne Corbière-Naminzo, qui tient à saluer l' »engagement indéfectible pour plus de justice et de solidarité́ » d’Huguette Bello. Pour rappel, cette dernière a décliné ce dimanche la proposition de la France insoumise (LFI) et du Parti communiste français (PCF) d’occuper le poste de Première ministre. Saluant le « parcours politique exemplaire » de la présidente de Région, Evelyne Corbière-Naminzo regrette que celle ci n’ait pas obtenu « un consensus total » autour de son nom pour occuper Matignon. Elle pointe en particulier le rôle joué par le Parti socialiste, qui « a pourtant pu compter sur les soutiens d’Huguette Bello à François Mitterand, François Hollande et Ségolène Royal, lors des élections présidentielles ».