Revenir à la rubrique : Société

Le préfet confirme que « la Croix Marine reste habilitée à exercer »

Dans un arrêté daté de ce vendredi 14 juin, le préfet Jérôme Filippini confirme que l'association Croix Marine peut continuer à exercer la gestion des 1.500 mesures de tutelle ou curatelle dont elle a la charge. L'arrêté s'applique pour la période en cours d'administration provisoire de six mois.

Ecrit par T.L. – le vendredi 14 juin 2024 à 19H44
Manifestation des salariés de la Croix Marine devant la préfecture le lundi 13 juin.

Malgré le courrier qui a leur été adressé hier jeudi 13 juin par leur administratrice provisoire, leur confirmant leur habilitation à reprendre le suivi des 1.500 majeurs protégés dont l’association a la responsabilité, une partie des 57 salariés de la Croix Marine (notamment les mandataires judiciaires) continuait de douter du cadre légal dans lequel ils exerceraient leurs fonctions.

L’administratrice provisoire s’appuyait pourtant sur les analyses juridiques des services de l’État, mais le climat vicié depuis des mois au sein de la Croix Marine, tout comme la réalité du contexte depuis l’annonce de la suspension de l’agrément de la structure jusqu’à sa fermeture, continuaient d’alimenter les interrogations.

« Les agents de la Croix Marine sont autorisés à poursuivre leur activité »

Alarmés « par les faits de vol au préjudice d’une personne âgée, d’escroquerie en bande organisée dénoncée par la présidente démissionnaire », les banques tout comme les prestataires refusaient de traiter avec les salariés de la Croix Marine.

Ce vendredi 14 juin, Jérôme Filippini est venu clarifier la situation, y compris auprès des tribunaux judiciaires où le doute s’était aussi installé ces derniers jours. « La Croix Marine reste habilitée à exercer la gestion des mesures qui lui sont actuellement confiées, sans pouvoir toutefois en recevoir de nouvelles, ni voir renouveler des mesures qui lui avaient été confiées, et ce, dans l’attente de leur transfert à d’autres services mandataires », précise le préfet dans son arrêté, en ajoutant que « les agents de la Croix Marine sont autorisés à poursuivre leur activité. »

 

Croix Marine : les mandataires judiciaires autorisés à reprendre leurs activités

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

La Cirest vote 800.000 euros d’aides pour combler la trésorerie de la SPL Estival

Le président Patrice Selly a informé ce mercredi soir les élus communautaires qu’ils devaient résilier l’actuelle délégation de service public de la SPL Estival, seule condition permettant le versement d’une aide forfaitaire de 800.000 euros. Un nouveau contrat sera passé avec la SPL, lequel prévoit en outre d’abonder le capital de 300.000 euros par an pendant 10 ans pour apurer la dette.

Errance animale : Plus de 1.400 captures en 2023 dans l’Ouest

La signature d’une nouvelle convention entre trois associations et le Territoire de l’Ouest sur le sujet de l’errance animale a été l’occasion pour la collectivité de présenter son bilan en la matière. Alors que la question a enflammé l’actualité récente, la collectivité affirme prendre le problème à bras-le-corps.

Errance animale : « Si on prend la peine d’avoir un chien et qu’on l’aime, on le laisse dans sa cour »

Ce mardi 23 juillet, la CASUD organisait une grande opération de prévention et de sensibilisation contre l’errance animale sur le parcours de santé de Bel-Air au Tampon. L’occasion de rappeler les bonnes pratiques pour ne pas attirer les chiens errants et éviter qu’ils se rassemblent en meute. L’intercommunalité du sud annonce renforcer la sensibilisation autour des chiens divagants et, le cas échéant, mettre en place des sanctions.