Revenir à la rubrique : Politique

Le complexe sportif et aquatique de Dos d’Ane va bien se faire

Un complexe sportif et aquatique sortira bien de terre à Dos d’Ane. A la manière du Zénith au Port, sa nécessité, à pareille altitude, a longtemps été mise en doute par certains élus et opposants des cinq municipalités composant l’intercommunalité de la côte Ouest sous la précédente mandature de Jean-Yves Langenier. Poussé par feu Roland […]

Ecrit par – le jeudi 19 juin 2014 à 19H06

Un complexe sportif et aquatique sortira bien de terre à Dos d’Ane. A la manière du Zénith au Port, sa nécessité, à pareille altitude, a longtemps été mise en doute par certains élus et opposants des cinq municipalités composant l’intercommunalité de la côte Ouest sous la précédente mandature de Jean-Yves Langenier.

Poussé par feu Roland Robert et appuyé par la volonté du TCO en avril 2013, au moment de sa présentation, le projet ne convenait qu’à moitié à la candidate devenue maire de La Possession, Vanessa Miranville.

800.000 euros en fonctionnement annuel

Pas plus tard que le 26 mai dernier, lors d’un bilan de ses deux mois de mandature et des perspectives, la maire avait renouvelé ses doutes en l’état des finances communales. Le complexe de loisirs de Dos D’Ane, qui réclame 800.000 euros en fonctionnement annuel, avait été rayé des priorités de Vanessa Miranville. La municipalité de La Possession n’y voyait son intérêt qu’en gardant l’ossature sportive du projet, excluant de fait la partie aquatique. Parallèlement, Vanessa Miranville et son équipe annonçaient qu’ils ne perdaient pas de vue leur souhait de faire de ce village des hauts de La Possession un « village de trail » ainsi qu’un « village créole » labellisé. Bref, une autre approche moins tape à l’oeil.

Selon nos informations, le complexe, dont la phase de maîtrise d’œuvre par le TCO est déjà bien engagée, sera gardé dans sa mouture initiale et pléthorique. Seul bémol : la mairie de La Possession se désengage de toute participation financière. Lors de l’annonce du projet en 2013, les services instructeurs du TCO informaient que l’enveloppe de l’opération porterait le coût des travaux et études à 6,3 millions d’euros. A l’époque de la mandature Roland Robert, la ville sur laquelle s’implantera le complexe avait pris l’engagement de supporter à 36% son coût. Les 64% restants revenant à la charge du TCO. La défaillance de la commune de La Possession devrait être suppléée par la Région.

Rappelons que le complexe offrira un espace de remise en forme comprenant hammam, sauna, un espace de restauration, un boulodrome et des jeux pour enfants. Il sera également doté de salles pouvant accueillir des formations et des séminaires. Cible des critiques, la construction d’une piscine appelée « espace aquatique » proposera un espace couvert avec vue sur les remparts, composé d’un bassin d’apprentissage de la natation de 75 m2, d’un bassin ludique de 88 m2 et donc d’un espace balnéo.

L’autre facette du vaisseau, posé sur pilotis, accueillera « la maison du Dos d’Ane », composée de deux pièces principales de 100 et 40 m2, polyvalentes pour les pratiques sportives (gym, arts martiaux, danse, musculation) ou les évènements familiaux tels que les réceptions de mariage ou de baptême.

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

NRL : Audrey Bélim salue la prise en compte de l’inflation par l’AFIT France

Interrogé par Audrey Bélim, Franck Leroy, nouveau président de l’Agence de Financement des Infrastructures de Transport (AFIT France),a assuré à la sénatrice que l’organisme prendrait en compte l’inflation dans son soutien financier au projet, jusqu’en 2028. « C’est un point fondamental qui n’était pas acquis », rappelle la parlementaire.

Philippe Naillet s’exprime au sujet du Chlordécone et du Fipronil à La Réunion

Le 29 février 2024, cinq propositions de loi, dont une visant à renforcer la protection des mineurs dans le sport et d’autres concernant le soutien aux TPE, l’encadrement des frais bancaires et la lutte contre les pénuries de médicaments, ont été adoptées. Philippe Naillet s’est exprimé sur la responsabilité de l’État dans le scandale du Chlordécone, également examiné à cette occasion.