Revenir à la rubrique : Justice

Grève des avocats: Le procureur général demande le respect

Denis Chausserie-Laprée, procureur général près la Cour d’appel de Saint-Denis a tenu une conférence de presse ce lundi en présence d’Éric Tuffery, procureur de la République près le tribunal judiciaire de Saint-Denis, afin mettre en exergue les difficultés que rencontre l’institution judiciaire depuis le début de la grève des avocats. Ce ne sont pas moins […]

Ecrit par – le lundi 24 février 2020 à 18H21

Denis Chausserie-Laprée, procureur général près la Cour d’appel de Saint-Denis a tenu une conférence de presse ce lundi en présence d’Éric Tuffery, procureur de la République près le tribunal judiciaire de Saint-Denis, afin mettre en exergue les difficultés que rencontre l’institution judiciaire depuis le début de la grève des avocats.

Ce ne sont pas moins de 2424 dossiers qui n’ont pu être traités sur les juridictions de Saint-Denis et Saint-Pierre. Le procureur général, qui demande du respect de la part des avocats, refuse d’être catalogué comme le bras armé du gouvernement. Le procureur de la République estime pour sa part que le tribunal n’est pas un cirque.  

Denis Chausserie-Laprée, procureur général près la Cour d’appel de Saint-Denis :

« Ce sont 2424 dossiers qui ont été renvoyés sur le département de La Réunion, et chacun de ces dossiers, correspond a des vies de personnes qui sont dans l’attente d’une décision. Ce qui me heurte, c’est la manière dont la liberté de parole a pu être, au moins sur une audience, confisquée à mon collègue qui soutenait l’accusation dans cette procédure. Il a requis pour que le dossier soit retenu, expliqué pour quelle raison, il a reçu en guise de réponse, des huées, des quolibets, des sarcasmes. Ce n’est pas tolérable, ce n’est pas acceptable dans une enceinte judiciaire.

2424 dossiers qui n’ont pu être jugés dans des délais, ce sont des délais qui se rallongent. Ce sont au minimum 4 mois d’attente supplémentaires pour les affaires civiles et en matière familiale, ce sont, dans certains dossiers d’assistance éducative des délais qui vont être prorogés sur 2 mois, et ce sont pour les cours d’assises qui a présent été épargnées de tout mouvement de protestation, des délais supérieurs à 1 an. » 

Éric Tuffery, procureur de la République près le tribunal judiciaire de Saint-Denis :

« C’est du jamais vu en ce que depuis plusieurs semaines, il y a des demandes systématiques de renvoi dans tous les dossiers qui sont fixés en matière pénale. Le plaider coupable ce sont 100% des affaires qui sont renvoyées, en comparution immédiate, il y a systématiquement des demandes de renvoi et hors comparution immédiate, il a eu des dizaines d’affaires qui ont été renvoyées en raison de la grève. C’est une situation atypique que je n’ai jamais rencontrée depuis que je suis arrivé à La Réunion. 

Si on compare aux mouvements que l’on connaît dans d’autres tribunaux de métropole, c’est un mouvement extrêmement dur. Lorsque le parquet a pris ses réquisitions pour s’opposer au renvoi, c’est notre droit, la parole est libre heureusement, c’est un principe fondamental dans une démocratie, le parquet s’est fait traiter de tous les noms, des quolibets, des rires, ce sont des comportements qui sont inadmissibles. Ce n’est pas tolérable, pas digne du débat judiciaire. »

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique