Revenir à la rubrique : Société

Emmanuel Séraphin : “Le Grand Boucan sur le front de mer est un choix du cœur”

Ce dimanche, la 26e édition du Grand Boucan promet encore du grand spectacle. Pour la seconde année consécutive, le front de mer de Saint-Paul sera au cœur des festivités, un déménagement désormais acté comme définitif. L’année dernière, plus de 60 000 personnes avaient fait le déplacement pour assister à l’embrasement du roi Dodo.

Ecrit par M.B – le jeudi 13 juin 2024 à 17H18

La ville de Saint-Paul l’avait déjà confirmé, mais le Grand Boucan à Saint-Gilles, c’est définitivement fini.Le déménagement du Grand Boucan est d’abord un choix du cœur. L’édition 2023 a été exceptionnelle. C’était une grande fête populaire, fédératrice et inclusive. Ensuite, c’est aussi le choix de la raison. Les conditions de sécurité n’étaient plus réunies à Saint-Gilles. Les accès pompiers n’étaient pas suffisants, et nous avons même eu quelques frayeurs avec le roi Dodo sur certaines éditions. Tout nous conduit à choisir de mettre pour de bon le Grand Boucan sur le front de mer. On a tous pu constater que c’est plus accessible, plus aéré”, se réjouit Emmanuel Séraphin.

Le maire de Saint-Paul promet même une édition “grandiose” qui place le Grand Boucan dans la même catégorie que “le carnaval de Nice ou de Dunkerque”. Les organisateurs incitent aussi le public à “venir tôt. N’hésitez à pique-niquer comme l’année dernière sur le front de mer. C’est aussi dans l’esprit festif de l’événement”, poursuit l’édile.Le défilé devrait s’élancer à 14h, suivi de la mise à feu du roi Dodo, pour enfin finir par un feu d’artifice tiré depuis le Débarcadère à partir de 20h30. Enfin, les artistes péis, comme Maya Kamaty ou Kaf Malbar, feront le show sur les trois scènes.

Le thème des “Animaux et créatures fantastiques” a visiblement inspiré les associations qui défileront. “C’est une édition record. Nous allons avoir quinze chars et près de 1400 personnes dans le défilé. Et je ne compte même pas les chars musicaux qui sont aussi décorés. Près de 50 associations participent, là encore un record ! Quand on pense que nous avions commencé avec quatre chars”, annonce Anne Savet, la présidente de l’association Compagnie Pôle Sud. Le départ du défilé sera donné

Plus de bus et plus de navettes

Pour améliorer encore l’accès, Kar’Ouest renforce son service de navettes entre les parkings périphériques et le lieu des festivités. “L’année dernière, près de 22 000 personnes ont utilisé nos navettes. Cette année, elles seront plus nombreuses et de plus grande taille”, explique Irchad Omarjee, le président de la Semto. Trois grands lieux de stationnement seront dédiés au public, sous le viaduc, au Runmarket et à Expobat. Les navettes fonctionneront en continu de 12h à minuit. Enfin, pour inciter les habitants de l’Ouest à venir en transport en commun, le service de Kar’Ouest a été élargie sur certaines lignes. Trois grands départs seront organisés depuis la gare routière de Saint-Paul à 20h30, 22h30 et minuit, sur les lignes 1, 60, 61, 74, 76, 77, 78.

Si aucun incident notable n’était venu troubler la fête l’année dernière, la mairie assure aussi améliorer son dispositif de sécurité. “Nos caméras nous permettent de surveiller tout le défilé et près de 200 agents de sécurités seront mobilisés. Un poste de secours de plus est prévu et des règles strictes sur le stationnement et la circulation seront appliqués. Enfin, nous restons bien sûr en lien avec les services de l’Etat, qui ont leur dispositif”, rassure Stéphane Guyon, 2e adjoint en charge de la sécurité.

Seul bémol pour l’instant pour les organisateurs, l’incertitude autour de la houle australe qui pourrait les forcer à interdire une partie de la plage. Des mesures seront prises pour éviter tout risque pour le public assure la mairie.

 

Une partie du centre-ville interdit à la circulation

Comme pour le passage de la Flamme, la circulation sera restreinte dans une grande partie du centre-ville de Saint-Paul. Le stationnement sur le front de mer sera interdit dès le 15 juin à 20h, tandis que le front de mer et toutes les rues perpendiculaires de la rue Guldive à la rue Sarda Garriga seront interdites aux voitures de 5h à 2h du matin dimanche.

 

Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
16 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

La Cirest vote 800.000 euros d’aides pour combler la trésorerie de la SPL Estival

Le président Patrice Selly a informé ce mercredi soir les élus communautaires qu’ils devaient résilier l’actuelle délégation de service public de la SPL Estival, seule condition permettant le versement d’une aide forfaitaire de 800.000 euros. Un nouveau contrat sera passé avec la SPL, lequel prévoit en outre d’abonder le capital de 300.000 euros par an pendant 10 ans pour apurer la dette.

Errance animale : Plus de 1.400 captures en 2023 dans l’Ouest

La signature d’une nouvelle convention entre trois associations et le Territoire de l’Ouest sur le sujet de l’errance animale a été l’occasion pour la collectivité de présenter son bilan en la matière. Alors que la question a enflammé l’actualité récente, la collectivité affirme prendre le problème à bras-le-corps.

Errance animale : « Si on prend la peine d’avoir un chien et qu’on l’aime, on le laisse dans sa cour »

Ce mardi 23 juillet, la CASUD organisait une grande opération de prévention et de sensibilisation contre l’errance animale sur le parcours de santé de Bel-Air au Tampon. L’occasion de rappeler les bonnes pratiques pour ne pas attirer les chiens errants et éviter qu’ils se rassemblent en meute. L’intercommunalité du sud annonce renforcer la sensibilisation autour des chiens divagants et, le cas échéant, mettre en place des sanctions.