Revenir à la rubrique : Faits divers

10 jours de cavale, 1135 messages en 7 jours et 30 mois de prison

Giovanny A., 35 ans, et sa compagne ont passé ensemble 14 ans de leur vie. Aujourd’hui, elle ne veut plus de cette relation, mais il ne veut pas l’accepter. Le 8 avril dernier, alors qu’elle est partie chez sa mère,  il se présente devant la maison et lui demande de revenir. Elle lui dit explicitement […]

Ecrit par – le mardi 21 avril 2020 à 11H06

Giovanny A., 35 ans, et sa compagne ont passé ensemble 14 ans de leur vie. Aujourd’hui, elle ne veut plus de cette relation, mais il ne veut pas l’accepter. Le 8 avril dernier, alors qu’elle est partie chez sa mère,  il se présente devant la maison et lui demande de revenir. Elle lui dit explicitement qu’elle ne veut plus de cette relation, et face à ses menaces, elle finit par lui jeter un verre d’eau au visage. Il s’énerve et la prend d’une main par le cou. Fort heureusement, son frère est présent et intervient. « Je vais revenir avec un fusil » dit Giovanny A. en s’enfuyant. « J’ai déjà vu beaucoup de blessures sur ma soeur », affirme-t-il aux enquêteurs. La veille, il avait déjà jeté des cailloux sur la maison. 

Loin de laisser tomber, le prévenu envoie la bagatelle de 1135 messages et appels à son ex-compagne entre le 7 et le 14 avril. N’en pouvant plus, elle prévient les gendarmes. Le procureur ordonnera la mise à disposition d’un téléphone « grave danger » pour qu’elle puisse alerter les forces de l’ordre en cas de problème. Le 18 avril, elle aperçoit Giovanny A. et se sert immédiatement du téléphone. Les gendarmes interviennent aussitôt et prennent en chasse le suspect à scooter qui tente de fuir. Poursuivi, Giovanny A. passe en revue toutes les infractions au Code de la route : dépassement dangereux, prise d’un rond-point en sens inverse, circulation en sens interdit et traversée à fond de cale sur le parking d’un supermarché où les gens attendent pour faire leurs courses. « Ma la fuit, ma l’avait peur », se justifie-t-il. 

À chaque question du tribunal sur ses agissements, il a une explication rationnelle. « C’est madame qui a mes codes bancaires et mes affaires. Elle ne veut pas me les rendre », dit-il pour justifier sa présence devant la maison. Il a un flot de paroles ininterrompu qui empêche toute discussion constructive avec la présidente. « Mi demande que la justice aide à moin », conclut-il. La justice le connaît bien, même très bien. Il totalise 25 mentions sur son casier, dont 23 pour des violences. Il a été incarcéré pour la première fois à l’âge de 15 ans. 

« Il a toujours réponse à tout, toujours des excuses. Il se retrouve en prison uniquement parce qu’il commet des infractions. Je vous demande qu’il ne puisse plus « jamais » entrer en contact avec elle » exhorte la partie civile. « Il est fatigant, il s’écoute en permanence. Il parle sans jamais écouter personne et ce n’est jamais de sa faute. C’est toujours lui qui vient au contact, il ne veut pas accepter la séparation. Il se jette sur elle par un « geste réflexe », c’est la première fois que j’entends ça ! Il sort de prison en juillet 2019 et il est déjà là. Je demande 30 mois de prison, dont 15 mois de sursis probatoire, des interdictions de contact et de paraître au domicile de madame ainsi que le maintien en détention » requiert la procureur. 

« Comme le disait Charles Aznavour « sa vie, c’est ses emmerdes ». Ça fait des années que je le suis, et même si ça peut paraître fou, elle détient ses papiers, les comptes et les chéquiers. Ça fait des années que ça dure, mais elle n’a jamais porté plainte. Cette audience est une libération pour lui, car grâce à cette affaire, il a pu récupérer ses affaires. Il faut l’interdire de voir cette femme. Elle savait ce qui allait se passer – en lançant le verre d’eau – s’il réagissait vu son casier » plaide la défense de Giovanny A. 

Le tribunal condamne le prévenu à 30 mois de prison dont 12 mois de sursis probatoire, des interdictions de contact et de paraître au domicile de madame, confisque le cyclomoteur et prononce le maintien en détention. 
 

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

St-Denis : Les parents dépassés frappent leur garçon avec le tuyau d’arrosage

Le père et la mère minimisent les coups portés régulièrement à leur marmaille de 12 ans avec une ceinture. Mais les constatations médicales sont sans appel. Un jour de février 2020, ils se sont, chacun à leur tour, particulièrement acharnés à cause d’un « trop-plein ». Si la famille semble désormais réunie, les prévenus ont tout de même été condamnés ce vendredi. Le père est derrière les verrous pour d’autres faits de violences.

Trafic de drogues de synthèse : Le psychonaute sévèrement condamné

Des substances psychédéliques par kilo importées par colis postal de Chine où elles sont fabriquées par des laboratoires ont inondé La Réunion. Ces cristaux qui imitent la cocaïne ou les amphétamines ne seraient pas de la drogue, selon un trentenaire rejugé à sa demande par la cour d’appel en novembre 2023. Celui-ci s’est réclamé de sa consommation personnelle et n’a pas manqué d’imagination pour justifier son train de vie. Mais il n’a pas convaincu la cour dont la décision tombe comme un couperet.