Revenir à la rubrique : Faits divers

Tentative d’assassinat : Procès aux Assises renvoyé pour les 2 frères

C’est sur fond de grève des avocats que s’est ouvert cet après-midi le premier dossier de l’année 2020 de la cour d’assises de Saint-Denis. Deux frères, Krishna B., 29 ans et Frédéric C., 25 ans, devront répondre des faits de tentative d’assassinat sur la personne de Jonathan L. qui est en fait le beau-frère de Krishna B.  […]

Ecrit par – le lundi 03 février 2020 à 16H55

C’est sur fond de grève des avocats que s’est ouvert cet après-midi le premier dossier de l’année 2020 de la cour d’assises de Saint-Denis. Deux frères, Krishna B., 29 ans et Frédéric C., 25 ans, devront répondre des faits de tentative d’assassinat sur la personne de Jonathan L. qui est en fait le beau-frère de Krishna B. 

Les faits, qui remontent à novembre 2017, se sont déroulés dans la commune de Sant-André. Suite à un appel de sa compagne, Krishna B. accompagné de son frère Frédéric C., partait de Saint-Denis en direction Saint-André. Les deux hommes, alors armés d’un marteau et d’une pièce automobile, avaient porté à la victime pas moins de trois à quatre coups de marteau ainsi qu’un coup avec la pièce automobile. Jonathan L. était alors hospitalisé dans un état grave et placé en coma artificiel avant d’être déclaré hors de danger. 

Les deux frères mis en cause, qui sont déjà connus de la justice pour des faits de violences conjugales et des faits de vol, étaient placés en détention provisoire à l’issue de leur présentation devant le juge d’instruction en novembre 2017. Le procès, qui s’est ouvert ce lundi à 14h, a logiquement  fait l’objet d’une demande de renvoi en raison de la grève des avocats.

Le bâtonnier de Saint-Denis ainsi que les avocats de la partie civile, de la défense et l’avocat général ont successivement pris la parole. L’avocat général estime que la victime mais aussi les mis en cause attendent depuis plus de 2 ans l’ouverture de ce procès. « L’administration de la justice, ce n’est pas théorique. Il y a des personnes qui attendent d’être jugées. Ils sont depuis plus de 2 ans en détention provisoire. Je vous demande, Mr le président, le rejet de la demande de renvoi et de procéder à des commissions d’offices des avocats afin que ce procès puisse avoir lieu », conclut l’avocat général.

Les avocats de la partie civile et de la défense sont unanimes : Ils refusent catégoriquement d’être commis d’office, faisant valoir inexorablement le droit constitutionnel d’exercer leur droit de grève. Maître Marie Briot, avocate de la défense, se fend même d’une pensée particulière pour le ministère public « c’est bien la première fois que j’entends que le ministère public s’inquiète que quelqu’un reste en prison ». Me Morel, second avocat de la défense estime pour sa part : « Une bonne défense est une défense sereine. La profession d’avocat est plongée dans la tourmente. Quel procès est équitable si la défense ne peut exercer son métier correctement ? » 

Compte tenu du calendrier très chargé et déjà établi de la cour d’assises, le président a décidé de renvoyer le dossier sine die. Les deux mis en cause – qui risquent la réclusion criminelle à perpétuité – en accord avec leur défense pour que l’affaire soit renvoyée, devront encore faire au moins 1an de détention provisoire. 

Les avocats sont venus en nombre afin de se faire entendre pour cette demande de renvoi. Ils conditionnent leur participation lors de la prochaine affaire – qui doit être jugé jeudi 6 février à la cour d’assises – à la réunion sur l’avenir du système de retraite propre à leur profession. Cette réunion doit se tenir en présence du premier ministre demain dans la journée. Faute d’accord, un nouveau renvoi sera demandé. 

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Maltraitance animale : Un individu interpellé et placé en garde à vue

Mercredi 28 février 2024, un individu défavorablement connu des services de police pour des faits de maltraitance envers les animaux a été interpellé. Il avait été filmé, en décembre dernier, alors qu’il frappait sa chienne avec un bâton sur son balcon. Placé en garde à vue, l’auteur devra répondre de ses actes devant le tribunal judiciaire, indique la Police Nationale de La Réunion sur sa page Facebook.

Ste-Suzanne : Les gendarmes mettent fin à une série de cambriolages

Le 26 février 2024, les enquêteurs de la Brigade Territoriale Autonome (BTA) de Sainte-Suzanne ont élucidé 4 cambriolages dont 3 concernant des écoles élémentaires. Les militaires de la compagnie de Saint-Benoit ont interpellé deux individus dont l’auteur principal a reconnu les faits.

Ste-Marie : Une femme gravement blessée par son compagnon

Un homme a tiré sur sa compagne à Sainte-Marie ce mercredi. L’individu s’est par la suite infligé une blessure. Les deux ont été transportés dans un état grave au Centre hospitalier universitaire de Félix Guyon à Bellepierre.

Violences : « Si c’était à refaire, je referais la même chose »

L’audience de comparution immédiate de ce lundi avait, bien malgré elle, pour thème les violences conjugales. Le tribunal avait à juger un trentenaire qui, sous l’effet de l’alcool, a frappé son ex-conjointe au prétexte qu’elle ne voulait pas le laisser entrer à son domicile.