Revenir à la rubrique : Société

Maximin Delblond, nouveau président du GDS

Maximin Delblond, agriculteur de l'Ouest, a été nommé ce mardi président du Groupement de Défense Sanitaire (GDS) de La Réunion. Il succède à Yolaine Soucane mise en difficulté ces derniers mois.

Ecrit par P.B. – le mardi 13 février 2024 à 16H21
De droite à gauche : Maximim Delblond président du GDS, Johnny Barret trésorier, Samuel Cazambo secrétaire

Réunis ce mardi en conseil d’administration au siège de l’association à la Plaine des Cafres, les éleveurs cooptés ont choisi Maximin Delblond pour succéder à Yolaine Soucane à la présidence du GDS. Après la démission de l’ancienne présidente et du trésorier Thierry Vitry, Maximin Delblond, agriculteur de l’Ouest, a remporté 8 des 12 voix du conseil d’administration. « Nous ne sommes pas venus en guerre, mais pour travailler ensemble », rassure cet éleveur de bœuf Moka, entré dans un premier temps au conseil d’administration du GDS pour défendre « cette race rustique endémique ».

 

 

Au sein du bureau, Samuel Cazambo, cuniculteur qui a également des activités dans l’aquaculture, entoure le président en tant que secrétaire et Johnny Barret, éleveur bovin à Saint-Joseph comme trésorier. « Le premier changement que nous souhaitons instaurer, c’est une union forte qui n’a pas existé depuis longtemps. Nous sommes une équipe ouverte qui va aller à la rencontre de tous les acteurs du GDS. Il y a un gros travail de communication et un dialogue à mettre en place. Et cette union, c’est justement notre force pour redresser la barre », positive Samuel Cazambo. Consciente du travail à accomplir, la nouvelle présidence entend procéder par étape. « Il y a avant tout à décortiquer socialement, financièrement et avec humanité le GDS ».

Leur nomination devra être ratifiée prochainement en assemblée générale.

Depuis jeudi, les salariés de l’association étaient entrés en grève illimitée, soutenus par l’UR974 mais aussi par la filiale GDS Run Service qui gère l’équarrissage.

Face aux difficultés financières et aux problèmes de gouvernance, les grévistes demandaient notamment la démission de Yolaine Soucane. L’éleveuse avait pris la suite de Jérôme Huet, embauché peu de temps après en tant que salarié de la structure.

« Nous avons obtenu gain de cause pour ce qui est de notre première revendication. Nous attendons désormais de la nouvelle présidence qu’elle soit à l’écoute des salariés, qu’elle travaille main dans la main avec eux pour le développement du GDS en faveur des éleveurs », réagit Corinne Soundron. « Il ne faut pas oublier la partie financière », complète Jean-Marie Chatel, également délégué du personnel. Une délégation doit être reçue demain par le Département, autorité de gestion pour les fonds FEADER dont dépend la structure. Des reliquats de subvention de 2022 sont attendus par le GDS.

La grève a été suspendue ce mardi à 16 heures. « L’idée est d’affirmer que nous mettons toutes les chances de notre côté pour faire avancer les choses », précise Jean-Marie Chatel.

Thèmes : GDS
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Futur Filipo maintient le suspens jusqu’aux derniers instants

Un système dépressionnaire menace toujours de se former dans les prochains jours dans la zone. Mais les conditions climatiques dans l’océan Indien ne permettent pas pour l’instant de prévoir avec beaucoup de précision la naissance d’une tempête. Elle pourrait survenir dimanche comme au début de la semaine prochaine, mais les experts expliquent que beaucoup d’incertitude plane encore pour l’instant.

Un quart des élèves réunionnais de 6e sont en surcharge pondérale

À l’occasion de la Journée mondiale de l’obésité le 4 mars prochain, L’ARS et l’académie de La Réunion ont mené une étude conjointe sur la corpulence des enfants en classe de 6ᵉ. Sur 1.700 élèves, presque un quart d’entre eux sont déjà concernés par le surpoids.

Météo de l’électricité : Passage au niveau rouge

La météo de l’électricité est actuellement en rouge, ce qui signifie que le réseau électrique est très contraint avec un risque de coupures préventives tournantes pour maintenir l’équilibre. EDF fait le point.