Revenir à la rubrique : Société

Les Chroniques de Tonton Jules #161

« Au pays tagad'Aragon... » Une humanité marchant la tête à l'envers qu'avait décrite Bobby Lapointe... Il n'y a que désastres, plaies et bosses partout ; chez nous à cause du cyclone ; ailleurs pour cause de guerre. Pour peaufiner le tout, cet éléphant amok de Trump risque fort de revenir à la Maison-Blanche. Ah oui... « amok » est un mot pidgin d'Asie du Sud-Est pour désigner la folie furieuse. Lorsqu'un éléphant est amok, il dévaste tout ; il faut l'abattre ! Pour échapper à cette morosité déprimante, je vais parler de tout autre chose, des choses non moins importantes d'ailleurs... et qui sont souvent rassurantes. Comme le sieur Fillippini par exemple.

Ecrit par Jules Bénard – le samedi 20 janvier 2024 à 13H45

Un préfet anxieux mais efficace

Réunion la 1è avait mis en place une présence constante à l’écoute des Réunionnais pendant et après le passage de Belal ; excellente initiative. Ce faisant, elle se mettait au diapason de Freedom en courant le risque d’entendre beaucoup de « n’importe quoi », « d’à peu près » et de « conneries » ! Ça n’a pas loupé, sauf qu’au contraire de la chaîne sudruesque, la souriante animatrice de RFO, avec tact, a vite recadré certain auditeur quand il a commencé à attaquer M. Jérôme Fillippini. Comme quoi ce dernier aurait trop vite déclenché l’alerte violette…

Je pense (et ne suis pas le seul dans ce cas) que nous devrions plutôt nous féliciter d’avoir un préfet dont le tout premier souci est de se préoccuper de la sécurité de ses concitoyens. Quand on sait le nombre phénoménal de joyeux écervelés défiant le bon sens et allant se balader sous les vents et crues démentiels… (j’en ai fait partie autrefois dans ma folle jeunesse).

M. Fillippini écoutera juste la voix du bon sens et nous ne l’en remercierons jamais assez : il n’y a eu que du dégât matériel, certes désastreux si l’on excepte les quatre décès vraiment imprévisibles. Ses collaborateurs principaux (météo, ARS, pompiers, gendarmerie, police…) ont été là à fond la caisse pour l’avertir et lui permettre de prendre LA bonne décision. Qu’ils en soient aussi chaleureusement remerciés.

P.S. J’en vois déjà qui disent : « Quoi ! Jules abandonne son métier d’écrivain pour celui de badigeonneur dans le sens du poil ? » Bbbbooooffff !!! comme dirait l’ami Nino.

Amélie Oudéa-Castéra, le c… entre deux chaises

Quoi ! Une ministre de l’Éducation dite nationale, en charge de l’Éducation dite publique, gratuite, égalitaire… qui a placé ses petits chéris en écoles privées de haut niveau ? Non mais ! Où on va, là ?

Et tout le monde de se déchaîner contre l’Amélie, presse, partis politiques, syndicats qui ne vont pas rater une aussi bonne occasion de monter au créneau. Sauf que… il y a ce qu’on ne dit pas.

  1. Lorsque l’Amélie Oudéa-Castéra a placé ses enfants en écoles privées, elle n’était pas encore dans les sphères du pouvoir.
  2. J’étais comme Amélie, soucieux avant tout de la bonne instruction et bonne éducation de mes mômes. On veut toujours le meilleur pour ses enfants. Donc, un certain temps, Leïla et Junior furent au collège Marthe-Robin du Tampon et je n’ai eu qu’à me louer de leurs résultats.
  3. Ce n’est pas parce que ses enfants ont été en institutions religieuses que Madame Oudéa-Castéra ne se soucie pas du sort de notre école publique !
  4. Elle semble bénéficier de toutes les compétences voulues. Après tout, M. Malraux (quel homme !) a bien été ministre de la Culture après avoir été pilleur de tombes au Cambodge !

Alors, accordons plutôt une confiance (prudente) à notre Ministre. Non ?

« On vit dans un couloir » ???

Vu et entendu à la télé, un habitant enragé de Saint-Philippe s’insurgeant contre sa « ville-rue » qu’est Saint-Philippe : « On vit dans un couloir. Il n’y a même pas un rond-point ! »

Vous ne connaissez pas votre chance, monsieur.  Il est vrai que votre ville s’étire le long d’une route, la mer d’un côté, la forêt de l’autre. C’est justement là son charme, pas un seul rond-point !

Moi qui suis de Saint-Denis, avec des ronds-points tous les 50 mètres, j’en suis encore à me demander, comme Madame Sudre, « qui est l’esprit malade qui a pu imaginer ça ! »

Je ne suis pas partisan de votre maire mais je reconnais qu’il sait préserver votre originalité… laquelle n’est que dans la droite ligne de notre patrimoine culturel.

Bien à vous, Monsieur !

Montanet à Trois-Bassins, pour un maloya harmonieux

Claude ne nous surprendra jamais assez ! Pour son émission à Trois-Bassins, il nous a donné le meilleur de cette micro-région, culture, cultures, passionnés de leur univers et en parlant bien… Bref, toujours du très bon.

Parmi ses invités musicaux, nous avons eu la merveilleuse surprise de découvrir des musiciens pratiquant un maloya harmonieux. Des jeunes aussi attachés à l’harmonie qu’aux textes. Jamais répétitifs.

Eh ! Claude, qui sont-ils ?

Aster chef, yacccooouuu !!!

Prendre les bons exemples, c’est bien. Imiter les mauvais exemples, même s’ils sont grand public, est désastreux.

Je ne regarde jamais les émissions culinaires si appréciées du grand public, dit-on.

Depuis quelque temps, les émissions culinaires locales se calquent sur celles venues d’ailleurs, celles où l’on remplit les assiettes à la pince à épiler.

Je ne reconnais plus du tout, mais alors là plus du tout, cette cuisine qui m’est si chère.

Un filet de vinaigre balsamique en décoration, pour masquer la faiblesse de l’assiette ? Et vive ma sauce sardine èk gros pois !

CHU de Nantes, décédée à 95 ans !

Certains se sont peut-être extasiés après le discours du Macro(n). Il a, comme toujours, promis monts et merveilles.

Pendant qu’au CHU de Nantes, une vielle dame de 95 ans mourait parce qu’il n’y avait personne pour s’occuper d’elle.

« Manque de temps, manque de lits, manque de personnels… » a-t-on avancé.

Exact : manque de tout ce qui fait partie du pouvoir régalien de la République française, la santé pour tous.

Bref, le résultat d’une politique initiée par Chirac, Sarkozy, Hollande et achevée par Macron : le pognon d’abord ! Les autres ? On verra après.

Pendant que cette pauvre vieille criait de douleur dans un couloir verdâtre, Macron passait pour l’ami des pauvres.

Mais reviens, l’abbé, nom de Dieu, reviens !

Thèmes : CR
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
5 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Cétacés : Vers un renforcement des règles d’observation ?

Si 2023 a été une année exceptionnelle pour l’observation des baleines, la tendance pour 2024 montre que les cétacés risquent d’être moins nombreux sur nos côtes. Cela signifie donc une pression aiguë sur les animaux, dont la protection reste la priorité. L’Etat appelle donc les usagers de la mer à bien respecter les règles pour éviter aux autorités d’avoir à renforcer la législation à la fin de la saison. La préfecture promet au moins huit contrôles par semaine.