Revenir à la rubrique : Communiqué | Non classé | Société

[Communiqué] « Les usagers de la RD 48 ont des droits, il va de soi que nos Décideurs ont des devoirs »

Communiqué du Collectif Nout’Gayar Salazie.

Ecrit par N.P. – le vendredi 10 mai 2024 à 09H56

En milieu d’après-midi, suite à de fortes pluies, nous apprenons qu’un bloc rocheux s’est détaché sur la RD-48 au lieu-dit PR+8 – L’Évêché. Bientôt deux ans que les Salaziennes et Salaziens vivent au rythme de travaux sur la Route départementale 48 qui portent encore les stigmates des purges et éboulis qui en découlent.

On nous informe que la gestion de l’éboulis est catastrophique avec des voitures « mis en danger » sous la falaise, sachant qu’aujourd’hui deux gros évènements avaient lieu dans le Cirque avec une grosse fréquentation d’usager de la route.

Le Département de la Réunion décide de fermer la route totalement à partir de 21h jusqu’à nouvel ordre pour encore une fois ne pas prendre la responsabilité d’un éventuel évènement.

Aujourd’hui, nous demandons que des travaux de réfection de chaussée avec goudronnage soit fait sur la portion PR+6 et PR+8 afin que nous puissions retrouver une route digne de ce nom et en toute sécurité ainsi qu’un protocole de gestion d’éboulis opérationnel !

De plus, nous exigeons l’organisation d’un Copil le plus rapidement possible afin de pouvoir gérer cette situation alarmante.

Encore une fois, nous constatons que les purges au lieu-dit PR+8 ont aggravées la gestion de notre route il est de votre devoir de nous sécuriser dans les plus brefs délais.

Les Salaziennes et Salaziens, ainsi que tous les usagers de la RD 48 ont des droits il en va de soi que nos Décideurs ont des devoirs !

Domin Pou Nou Même !

Mme Cindy BARBE ROBERT
Porte-parole du Collectif Nout’Gayar Salazie

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

[Communiqué] 8 000 euros offerts pour la restauration du Chemin de croix de la Chapelle Pointue

Samedi 18 mai, dans le cadre de la Nuit des musées, Allianz France a remis à Béatrice Sigismeau, vice-Présidente du Conseil départemental, qui représentait le Président Cyrille Melchior, un don de 8 000 € pour la restauration du chemin de croix de la Chapelle Pointue, au Musée de Villèle. Une cérémonie à laquelle participait également la Conseillère départementale Eglantine Victorine.

Coup d’envoi de la Marche des visibilités ce dimanche

La Marche des visibilités va s’élancer du Jardin de l’Etat, à Saint-Denis, ce dimanche après-midi à 14h. Cette quatrième édition se terminera sur le Barachois avec des prises de parole et performances artistiques. Le Mois des visibilités doit, lui, s’achever le 25 juin prochain.

Le prix des oignons péi flambe sur les marchés

Depuis le mois dernier et l’interdiction par l’Inde de toute exportation de sa production d’oignons, les familles réunionnaises versent une larme à chaque fois qu’elles doivent s’approvisionner. Un lecteur de Zinfos974 nous a ainsi fait parvenir une photo prise samedi sur le marché de Saint-Pierre, où le prix de l’oignon péi, certes bien meilleur que son cousin indien, se négocie à 18 euros le kilo !

« L’histoire de la Buse est assez emblématique de la carrière d’un pirate de l’époque »

Si le mythe réunionnais du trésor de la Buse se nourrit depuis plusieurs décennies des nombreuses annonces, jamais confirmées, de découverte d’une potentielle cache secrète, Charles-Mézence Briseul estime qu’il faut rompre avec la coutume de la chasse au trésor et privilégier une archéologie de la piraterie. L’auteur de « La Buse, la biographie du plus grand pirate français » souligne par ailleurs que les rares éléments tangibles disponibles témoignent des difficultés financières du marin calaisien après le célèbre pillage de la Vierge du Cap.