Revenir à la rubrique : Société

Journée de Solidarité : Pourquoi certains salariés travaillent en ce lundi de Pentecôte ?

Instaurée en 2004 après la canicule de l’été 2003, la journée de Solidarité vise à financer des actions en faveur des personnes âgées. D’abord fixée le jour de la Pentecôte, cette journée peut être librement décidée par l’employeur, même si beaucoup ont gardé l’habitude de cette date.

Ecrit par N.P – le lundi 20 mai 2024 à 07H58

La journée de solidarité en France, instaurée en 2004, est une initiative visant à financer des actions en faveur des personnes âgées et handicapées. Cette journée consiste en une journée de travail supplémentaire non rémunérée pour les salariés, et les contributions des employeurs sont dédiées au soutien de ces populations vulnérables. En pratique, les salariés offrent ainsi sept heures de travail dans l’année à l’État, avec une contribution totale estimée à près de 3 milliards d’euros.

Initialement, la journée de solidarité était fixée au lundi de Pentecôte. Toutefois, cette date a suscité des controverses et des difficultés d’organisation en raison de son statut de jour férié. En réponse à ces défis, une loi adoptée en 2008 a permis de donner plus de flexibilité aux entreprises pour la détermination de cette journée. Il est important de noter que bien que le lundi de Pentecôte reste un jour férié, il n’est plus automatiquement la journée de solidarité.

Une réforme en 2008 pour plus de flexibilité

Désormais, la date de la journée de solidarité peut être déterminée par un accord d’établissement. À défaut d’un tel accord, l’employeur peut fixer la date unilatéralement après consultation du comité social et économique (CSE). La journée de solidarité peut être choisie n’importe quel jour de l’année, à l’exception du dimanche et du 1ᵉʳ mai, qui est un jour férié légal consacré à la fête du Travail.

À noter que si la journée de solidarité est fixée un jour férié, elle ne concernera pas les travailleurs mineurs puisque, sauf rares exceptions, le travail des salariés de moins de 18 ans est interdit pendant les jours fériés. Si un accord collectif fixe un jour non férié comme journée de solidarité, il appartient aux partenaires sociaux de se prononcer sur les conditions dans lesquelles ces jeunes salariés effectueront cette journée.

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
9 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Un mauvais sort s’acharne contre le JIR

A croire que quelqu’un a jeté un sort sur le JIR. Alors que ça fait une semaine que le journal du Chaudron n’est plus imprimé et n’est accessible qu’en version numérique, on pensait le conflit résolu après l’accord des deux parties pour la signature d’un protocole. Le journal aurait donc dû être imprimé hier soir et mis en distribution ce matin. C’était compter sans un dernier problème de dernière minute qui renvoie la sortie du journal en version « papier » au début de semaine prochaine.

27 nouveaux cas de choléra en une semaine à Mayotte, 142 morts aux Comores

Selon le dernier bulletin de Santé Publique France, le nombre total de cas de choléra recensés à Mayotte s’élève désormais à 193, avec l’apparition d’un nouveau foyer à Doujani comprenant 12 personnes malades. La situation s’avère encore plus dramatique sur l’archipel voisin des Comores où les autorités font état d’un bilan de 142 morts.