Revenir à la rubrique : Société

Après 20 ans d’abandon, la maison Hugot est en vente pour plus de 3,7 millions d’euros

La villa Hugot, qui domine la rue Sainte-Anne à Saint-Denis, était autrefois la prestigieuse demeure d’un homme d'affaires réunionnais qui a marqué l'industrie locale de la canne à sucre mais aussi à l'internationale, Paul Charles Émile Hugot.

Ecrit par SF – le mardi 02 août 2022 à 16H40

Emile Hugot achète celle qui n’était encore qu’une vieille maison créole aux héritiers de Raphaël Carrère et s’y installe avec sa famille en 1938. 

Avec le concours de l’architecte Pierre Fonterne, il imagine puis commence, en 1946, a y faire construire une somptueuse villa aux colonnes romaines sur deux niveaux, au milieu du jardin sur ce terrain de 2644m². Le projet prévoyait des dépendances à l’arrière de la cour.

L’ensemble est organisé autour d’un atrium couvert qui procure un éclairage zénithal à l’escalier monumental, tandis que les façades sont entourées de galeries à colonnes jumelées et de garde-corps en balustres.

A la disparition de ses propriétaires, la maison Hugot, édifiée au cœur du chef-lieu, est mise en vente. C’est le début de longues années d’abandon pour “La belle” du 6 de la rue Sainte-Anne.

La parcelle se trouvant dans la zone protégée de l’église de l’Immaculée, est régie par un cahier des charges très strict. Les promoteurs et les projets se succèdent mais n’aboutissent pas. La belle finit tout de même par séduire un acheteur fin juin 2001. Il l’acquiert pour 7 millions de francs. L’espoir d’une nouvelle vie renaît mais hélas, il n’en est rien. Les architectes qui se déplacent jusqu’à elle ne suffiront pas à lui donner un second souffle.

Les années passent et la Villa, protégée (soumise à l’Aire de mise en valeur de l’architecture et du patrimoine), mais pas classée, sombre : taguée, squattée, abîmée, délabrée. Abandonnée, la Villa Hugot revient sur le devant de la scène plus de 20 ans plus tard.

En décembre dernier, la commission régionale du patrimoine et de l’architecture émet un avis favorable à son inscription au titre des monuments historiques. 

Le 1er juillet dernier, une agence immobilière annonce sa mise en vente. Dans le cadre de cet article, le propriétaire actuel de la villa a choisi la discrétion, ce qui peut se comprendre. La propriété est proposée au prix de 3 790 000€. 

La bâtisse a su conserver tout son charme malgré les cicatrices qu’il suffirait de gommer d’un coup de pinceau et d’une mise en beauté. Que va-t-elle devenir ? Affaire à suivre.

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Baccalauréat : Début des épreuves ce mardi

Après le passage des épreuves écrites anticipées de français le vendredi précédent, l’attention se tourne désormais vers les élèves de Terminale des filières générale et technologique, qui s’apprêtent à débuter leur marathon d’examens pour décrocher le baccalauréat général et technologique.