Revenir à la rubrique : Société

A l’Étang Saint-Paul, on déboise…pour raison écologique

Il faut parfois déboiser pour replanter, autrement. Une mini-pelle est utilisée pour la première fois dans la zone de l’étang Saint-Paul pour éliminer des arbres qui empêchent les plantes idoines de pousser.

Ecrit par Ludovic Grondin – le mardi 12 décembre 2023 à 01H06
Les plantes herbacées de la prairie humide n'attendent que la percée de lumière pour reprendre leur place

Des arbres couchés, déracinés, c’est le spectacle de désolation qui est visible en ce moment aux abords de l’étang de Saint-Paul. Si le premier réflexe est de s’en émouvoir, ce déboisement impressionnant est réalisé pour une raison écologique. Un concept loin d’être intuitif de prime abord et pourtant.

L’opération est menée par le groupement d’intérêt public Réserve de l’étang. Elle consiste à éliminer les espèces qui empêchent le retour des plantes herbacées dans cette zone qui devient marécageuse au gré des crues. L’action menée par la mini-pelle, utilisée pour la première fois, « vise à arracher les espèces exotiques envahissantes pour permettre aux herbacées de repousser et de regagner cette parcelle », rassure Fanny Payet, chargée de mission scientifique au sein de la Réserve naturelle nationale de l’étang Saint-Paul.

Le secteur concerné se trouve au sud du parking du Run Market Savanna et s’étend jusqu’à la digue de pierres construite au début des années 90 pour contenir l’eau de l’étang dans son lit et protéger de toute inondation le futur centre commercial Cora inauguré à cette époque-là.

Aujourd’hui, le risque de voir se reproduire les erreurs du passé s’amenuise. A l’époque, avec beaucoup moins de considération écologique que maintenant, les rouleaux compresseurs avaient comblé de caillasses cette zone humide de l’étang pour y dessiner le parking du supermarché. De plus, l’action de l’homme, à travers l’endiguement de l’étang, a favorisé, ces trois dernières décennies, l’assèchement de cette prairie humide qui borde le cours d’eau et a du coup permis la pousse d’arbres exotiques envahissants comme le tamarin de l’Inde, les épinards ou le faux-poivrier. Ces espèces ont fait perdre cette fonction de prairie humide à cette vaste étendue.

« L’objectif c’est que le tapis d’herbacées reprenne naturellement, qu’il s’étende sur cette zone-là afin que la prairie soit de nouveau fonctionnelle », poursuit Fanny Payet. Les espèces en sommeil qui n’attendent que cette percée de lumière pour se régénérer sont par exemple l’herbe à riz marron – une espèce indigène – et d’autres espèces comme le carex ou le Cypérus livigatus.

Un rôle d’éponge à restaurer

« Elles vont reprendre le dessus naturellement lorsqu’on aura ouvert la zone, lorsque l’on aura enlevé tous les arbres », ajoute-t-elle. Et la main de l’homme ne sera pas nécessaire pour leur repousse. « On compte sur la banque de graines qui est déjà au sol, qui sont dormantes, pour que ça régénère naturellement. Lorsque les herbacées seront là, la prairie de l’étang rejouera son rôle écologique. En se gorgeant d’eau, elle joue ce rôle d’éponge », image la scientifique. Les agents de la réserve devront néanmoins garder un oeil après cette première lame d’arrachage mécanique.

« Après cette opération coup de poing avec la mini-pelle, on va venir tous les mois voir s’il y a des repousses d’espèces envahissantes. S’il y en a, nous viendrons arracher les repousses manuellement cette fois ». Les seuls arbres qui seront préservés sont ceux qui entourent le petit canal de la digue, celui qui fait office d’exutoire lorsque l’étang se gonfle d’eau lors de fortes pluies. Leur maintien évitera de fragiliser cet ouvrage hydraulique.

Attention, la restauration de la prairie humide de l’étang sur cette parcelle doit s’accompagner du plus grand respect des éventuels promeneurs et joggeurs tentés d’y voir un nouveau terrain d’exploration. La consigne à suivre est tout simplement de ne pas aller piétiner cet espace en cours de restauration car autant les hommes que leurs animaux de compagnie peuvent ramener sous leurs baskets ou coussinets des graines de plantes indésirables et donc freiner la renaissance de « la végétation originelle » de cette zone humide.

La mini-pelle aide les herbacées à regagner leur place en déracinant tous les arbres qui y ont poussé au fil des décennies

 

Privés de pesticides, les agents communaux ont dû remettre la main à la terre

 

Elles sont belles mais deviennent un poison pour les milieux naturels réunionnais   

 

Il est grand temps d’arrêter de planter n’importe quoi n’importe où

S’abonner
Notification pour
7 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
pn974
2 mois il y a

Aprés les endémiques voilà les idoines …
C’est quoi les suivants ?
Peut être un retour du dodo mais nous aurons été éliminés pour retrouver l’ile originelle

Azur
2 mois il y a

Merci pour les abeilles.
Des centaines de pieds de baies roses détruits, après on nous parle de préserver les abeilles.
C’est comme le ski nautique dans l’étang vis à vis de la biodiversité.

Choupette
2 mois il y a

En même temps, c’est l’endroit où l’on trouve des nids de guêpes. Ces insectes ne nidifient pas dans l’herbe mais en hauteur.

Par la même occasion, si vous pouviez bloquer en position levée la petite écluse qui se trouve en-dessous du viaduc, les bassins se rempliront; les poules d’eau pourront venir s’ébattre, et le coin sera moins sec.

Pour info, lors de la nuit des chauve-souris, on retrouvait de ces bestioles dans le palais de justice le lendemain matin. Ces petites bêtes qui vivent la nuit ont été piégées par la lumière du jour et on ne savait pas quoi en faire. Donc, il faut arrêter de les faire ch… .
Merci.

Roberto
Répondre à  Choupette
2 mois il y a

Quel est le problème avec les guêpes?

Association
2 mois il y a

A ste Suzanne c est pareil ils ont rasé tous les bambous qui longe la rivière de ste Suzanne et surtout les parc des jeux du bocage ou les familles viennent tous les dimanches

Waly jean Claude
2 mois il y a

Quelle ecologie ?????? C’est de la poudre aux yeux pour obtenir un mandat politique. Je donne un exemple à Saint Leu lors de sa campagne électorale l’actuel maire de Saint Leu avait programmé une plantation de 10 000 arbres dans son projet, au moment où j’écris ce commentaire il n’y a 0 ( zéro ) arbre qui a été mis en terre et au contraire on en à enlève pour faire une aire de picnicque à l’entrée nord vers la ravine des colimaçons et on en a aussi enlever des amandiers et des Filaos pour remplacer par la maison de la mer ( pour abriter les poissons pendant les cyclones) . Non l’écologie c’est un leurre ou un attrape- nigaud. Heureusement il y a encore des citoyens responsable qui plantent des arbres sur leur propriétés privées. ÇA VA SE SAVOIR !!!!!!

Aménageur saccageurs
2 mois il y a

Toute une bande de destructeurs les apiculteurs devraient réagir .. baies rose..!

Dans la même rubrique

Le Département et ses partenaires font front commun contre les violences intrafamiliales envers les enfants

« Nous ne pouvons pas rester les bras croisés, constater cette augmentation et ne pas agir ». Le Département passe la seconde dans sa lutte contre les violences intrafamiliales (VIF). Ce mercredi, à l’occasion de la tenue de l’Observatoire départemental de la protection de l’enfance (ODPE), la collectivité départementale a signé en compagnie de ses partenaires son Plan départemental de prévention et de lutte contre ces violences, avec une attention toute particulière envers les enfants. (Photos : Alexandre Robert).

MFR : Les salariés grévistes demandent la conciliation de la Direction du Travail

Le débrayage de ce lundi n’ayant pas abouti, une grève illimitée est lancée dès ce mardi 20 février au sein de la Maison familial rurale (MFR) de la Plaine-des-Palmistes par la totalité des salariés de la structure. Ce mercredi, une réunion s’est tenue au siège de la Direction de l’alimentation, de l’agriculture et des forêts (DAAF) mais n’a rien donné. Une réunion de conciliation doit se tenir en fin de journée à la maire de la Plaine-des-Palmistes, mais les grévistes, soutenus par l’Union Régionale 974, appellent d’ores et déjà la Direction du Travail à rentrer dans la danse.

Social Share Buttons and Icons powered by Ultimatelysocial