Santé

J-L Romero : "Pas d'euthanasie ni de soins palliatifs sans le respect de la volonté de la personne"

Jean-Luc Romero, président de l’association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD) était l'invité hier soir de sa délégation régionale. Forte de plus de 48 000 membres sur le territoire national, l'ADMD se bat pour le droit de chacun de décider de sa propre mort à partir du moment où sa dignité est gravement remise en cause. Le conseiller régional d'Ile-de-France a donné, sans détour, son point de vue sur cette question trop souvent tabou.


Elu du conseil régional d’Ile-de-France (PS), c'est en tant que président de l’association pour le droit de mourir dans la dignité qu'est intervenu Jean-Luc Romero hier soir à l’espace culturel Leconte-Delisle à Saint-Paul.

Accompagné par Jean-Louis Gironès, Délégué régional de l’ADMD sur le thème : « Ne nous laissons pas voler notre Ultime Liberté », Jean-Luc Romero a exposé la situation de la question de la fin de vie en France avant de répondre aux interrogations d'un auditoire concerné.

"La France devrait prendre exemple sur les Pays-Bas"


"On meurt essentiellement en hôpital ou en institution et de moins en moins chez soi, et surtout on meurt seul". L'entrée en matière de Jean-Luc Romero aurait eu de quoi glacer son assistance mais c'est résolu à offrir à celle-ci des clés de compréhension que le président de l'association s'est prêté au jeu des questions réponses. Des échanges avec le public qui pour la plupart s'ouvraient un peu à la sphère privée des intervenants confrontés soit au décès d'un proche soit à une lutte contre de longues maladies.
L'exemple pourrait venir…des Pays-Bas

La loi Léonetti du 22 avril 2005 relative aux droits des patients en fin de vie n'a pas résolu toutes les interrogations de l'application en France du droit à une fin de vie digne. Sur l'aspect de l'acharnement thérapeutique, le président de l'ADMD s'appuie sur ce qui marche, et plutôt bien d'ailleurs, chez nos voisins hollandais.

"Aux Pays-bas, il y a un accès universel aux soins palliatifs et il y a seulement 2 % des morts par euthanasie, pourquoi en France ça ne marcherait pas ? Cette loi existe depuis dix ans dans ce pays. Il y a assez de recul pour juger de la pertinence de ce choix. A l'inverse, en France, le taux de suicide reste deux fois supérieur à celui des Pays-Bas" dit-il amer.

76 % des gens meurent dans une chambre d'hôpital

Le gain en espérance de vie (84 ans pour les femmes, 77 ans pour les hommes) est autant à espérer qu'à redouter. Cette "avancée" est à craindre car elle multipliera à coup sûr dans les années à venir le nombre de personnes dépendantes d'un accompagnement en fin de vie. D'où l'utilité de faire progresser le débat en France sur cette question.

Dans notre pays, ce sont plus de 500 000 personnes qui décèdent chaque année (538 000 en 2009) dont 200 000 de maladies de longue durée. Parmi eux, 76 % meurent dans une chambre d'hôpital.

Sur le sujet, l’association pour le droit de mourir dans la dignité qui existe depuis 1980 se bat pour faire avancer deux grandes propositions.

La première réside en un accès universel au soin palliatif. Seulement 10 000 personnes en bénéficient chaque année en France. Jean-Luc Romero est expéditif : "Les crédits pour les soins palliatifs n'existent pas. Nos demandes incessantes d'information au gouvernement sont restées lettre morte depuis deux ans. Cependant, on doit aussi reconnaître que des gens ne souhaitent pas bénéficier de ces soins, c'est aussi un droit que nous devons reconnaître. On ne doit pas passer du droit au soin palliatif à l'acharnement palliatif" reconnaît-il.
J-L Romero : "Pas d'euthanasie ni de soins palliatifs sans le respect de la volonté de la personne"

J-L Romero : "Pas d'euthanasie ni de soins palliatifs sans le respect de la volonté de la personne"

"Une loi qui devra respecter la volonté de la personne"


La seconde proposition est un débat qui fait rage en France depuis des années : la légalisation de l'euthanasie.

"Une loi sur l'euthanasie, c'est aussi une loi sur la santé publique" selon le président de l'association. "A l'ADMD, ce que nous voulons, c'est que la personne qui est en fin de vie soit au centre des réflexions, et non entre celles de quelques médecins parlementaires comme nous en avons à l'Assemblée nationale. Dès qu'il y a une commission sur le sujet, elle est donnée à ces personnes. Il faut sortir du débat strictement médical pour l'ouvrir aux citoyens".

Dernière comparaison inquiétante avant de répondre aux questions ciblées et souvent personnelles de l'auditoire, Jean-Luc Romero rappelle que la France fait tristement partie des trois pays de l'OCDE qui ont le plus fort taux de suicide et notamment du suicide des seniors et des grands malades alors que ce sont parfois des personnes qui peuvent espérer vivre encore quelques années.

Cette anticipation sur la mort prouve bien que les français réclament la fin d'une hypocrisie sur la question. Selon un sondage de Ouest-France paru la semaine dernière, 94% des français sont pour l'euthanasie. Chez les médecins, environ 60 à 70 % y seraient favorables mais le discours affiché reste le même : "le serment d'hyppocrate ne nous le permet pas" regrette le président de l'ADMD.

-------------
Jean-Luc Romero donnera une séance de dédicaces de son dernier ouvrage « Les voleurs de liberté » traitant de cette thématique le vendredi 12 novembre à 17h à la librairie des Roches-Noires, rue du Général-de-Gaulle, au centre-ville de Saint-Gilles-les-Bains.
Jeudi 11 Novembre 2010 - 08:18
Ludovic Grondin
Lu 2804 fois




1.Posté par FRANCO le 11/11/2010 07:46
Il faut avoir un courage certain pour mener les combats que mène M. Roméro. Il faut avoir eu encore plus de courage pour avoir quitté l'UMP et s'être apparenté PS au sein du conseil régional d'ïle de France. Chapeau monsieur. Je regrette que votre présence à St Paul au centre culturel Hubert de Lisle n'ait été que trop peu médiatisée car j'aurais aimé vous apporter mon total soutien.

2.Posté par pere Plexe le 11/11/2010 09:40
RIEN n'est fait à la Reunion contre le Sida
il est vrai que ce cailloux est cato Vaudou
et si le pape a dit de pas mettre la capote , ON met pas
(4000 morts/jour, surtout en afrique (dont Mada et RUN) )
et si le pape est CONTRE l'homosexualité ON est contre
et du coup ON devient HOMOPHOBE , réprimé aussi séverement que le RACISME et l'Anti sémitisme !
voir les agressions contre les naturistes à la souris chaude , par les avinés des Trois Bassins

Les prostituées malgaches de la Pointe au Diable sont atteintes a 50% du sida (et le refilent)
il est vrai que les client donnent 20e si c'est SANS capote ! sinon 10 ! alors pour 10euro de plus ca permet à un malgache labas de survivre 15 jours ! Alors elles acceptent

et les Filles qui se font traitées de putes , se font voler leurs revenus par des bande de jeunes a scooter le vendredi soir
et les Travestis qui se font traiter de PEDE , Boug , cabot (yen a 2 qui sont des transexuelles , donc Femmes, et une a les papiers officiels "madame" !

mais ici c'est si CATO-VAUDOU
aller ! restez chez vous braves gens, c'est Novembre, le mois des morts et des zesprits !

pour info : 2009 Grippe A 10 à 15000 morts 34/jour 150/an en france
Grippe B 250 a 500000 /an 1000/jr , 4000/an en France
2007 Sida 1 ,5 millions /an 4000/ jour !!

3.Posté par Euthanasie lente le 11/11/2010 09:59
Avec le nouveau régime de retraite, et d'une manière générale la casse sociale générale du régime (plus de travail, moins de sécu, appauvrissement, précarité...), c'est l'euthanasie lente...

4.Posté par kersauson de (P.) le 11/11/2010 12:07
sur zinfo il n'est pas fait etat de son role de president de elcs
elus locaux contre sida
pourquoi ?
c'est traité sur clicanoo
et ce n'est pas une honte !
y a t'il une raison PIERROT?

le commentaire de pere plexe est très intéressant aussi !

la mort imposée par ce pape cette eglise qui refuse la capote
ce pape avc sa capote (calotte) sur les yeux
et cte religion cato vaudou oui !
GRAVE

(Réponse de Pierrot Dupuy : Il n'y a aucune raison à cela, on ne peut simplement pas tout écrire. Sache, pour ton information, que j'ai moi même été membre de l'association des élus locaux contre le sida, à l'époque où j'étais conseiller municipal. Alors, tu vois...
Il ne faut pas voir le mal partout !)

5.Posté par Catisalyette le 11/11/2010 22:17
Au fond, nous souhaitons tous une belle mort douce...j'ai découvert 10 idées solidaires plutôt simples et de bon sens...allez les découvrir sur www.faut pas pousser.com

6.Posté par salenson jacqueline le 12/11/2010 10:42
bravo à notre président jean luc romero!
oui, il se bat contre toutes les injustices, que ce soit la lutte contre le sida, pour libérer florence cassez, ou pour "mourir tranquille", de la belle mort que l'on souhaite, et non pas d'une façon que les autres nous imposent, selon leur "spiritualité" qui est la religion du Pape (fautpaspousser... alliance pour les droits de la vie, etc... ) ou un autre dogme pas meilleur...
dans un pays laique, où toutes les opinions devraient avoir le droit de coexister, pourquoi les "intégristes religieux" veulent-ils nous imposer leur loi?
nous voulons que chacun puisse définir ses souhaits pour la fin de vie, au moins ce dont il ne veut pas! au vu des agonies qu'il a rencontrées..., et en plus c'est légal depuis 2005:
écrivez vos "directives anticipées", nommer" votre personne de confiance", vous en avez le droit, utilisez-le! et exigez ensuite que vos voeux soient respectés
on respecte les voeux des morts, pourquoi ne respecterait-on pas les voeux d'un mourant?
parce que la loi donne tous pouvoirs à nos médecins? qui n'en demandent pas tant! maîtres de nos vies et de nos morts? à l'égal de "Dieu"?
l'admd peut vous y aider, vous aider dans le choix de votre personne de confiance, et vous aider à faire respecter vos voeux, sachant que pour la loi actuelle, on ne peut vous aider à mourir que par euthanasie lente et indirecte: sédation terminale, coma précédant la mort, dont on espère qu'il soulage les souffrances (pas sûr! certains sont revenus du coma en disant tout se rappeler, y compris leurs souffrances.., nombreux témoignages dans ce sens!)
le Pape et son dogme veut imposer l'agonie, lente et douloureuse, comme il veut imposer l'absence de préservatif, tant pis pour ceux qui mourront du sida!, comme il voudrait imposer l'interdiction de l'avortement médicalisé (tant pis pour les femmes qui pourront des aiguilles à tricoter!), comme il soutient de tout temps les guerres au nom d'un Dieu qui parait pourtant commun à beaucoup..., tant pis pour les soldats qui se font tuer, leur vie n'est pas sacrée, à ceux là!
seule la vie d'un mourant serait "sacrée"? et on lui imposerait une longue agonie, contre son gré?
je le refuse, nous le refusons, au nom de la liberté de vie de chacun!
la loi que nous demandons n'est en aucun cas une obligation pour qui que ce soit, mais au contraire la liberté de choix
ce n'est pas le droit à une euthanasie médicalisée, directe, qui va empêcher les soins palliatifs de se développer, c'est une caricature! ils existent sur le papier depuis 11 ans (loi Kouchner 1999) et rien n'a été fait depuis, ou presque, les crédits alloués ont été détournés...si on avait voulu les développer, ce serait fait depuis longtemps!
pour le choix entre: souffrir l'agonie, ne pas souffrir avec des soins palliatifs de qualité, ou décider de sa mort, avec l'aide d'un médecin pour éviter les suicides violents, beaucoup trop nombreux!

7.Posté par salenson jacqueline le 12/11/2010 10:45
merci à jean louis gironès, qui fait connaitre les idées de l'admd! bravo pour son action!
qui voudrait d'une mauvaise mort, en vérité? qui ne préfèrerait pas une bonne mort (sens réel du mot "euthanasie"), ensuite, chacun a sa définition propre de la bonne mort pour lui, laissons chacun maître de sa vie! (la mort fait partie de la vie) et soyons solidaires contre la souffrance!

8.Posté par Soumoy le 03/12/2010 20:05
il faut continuer à se battre pour qu'enfin, il y ait une reconnaissance de cette dignité dans la mort que l'intéressé réclame à corps et à cris.
Personne n'a demandé à naître, et si il vit bien, tant mieux pour lui, mais dans le cas contraire, laissons lui le choix de mourir comme il le souhaite dans sa tête et dans son corps, dans sa dignité
Il faut l'écrire: je.....soussigné.....sain de corps et d'esprit demande l'euthanasie dans tel....cas ou dans tel cas......
Moi, je veux mourir libre.

9.Posté par lingerie le 25/01/2011 18:33
consternant...pauvre france! notre pays va à veau l'eau à cause de cette droite caricaturale,bornée,froide,intolérante,voire carrément sectaire...j'espère que 2012 sera l'année de l'éjection présidentielle de sarkozy et de sa clique ump...pour en revenir au sujet de cet article,on -l'ump- considère comme immoral et irresponsable le choix que peuvent faire certaines personnes en fin de vie à cause de maladies incurables ou suite à des accidents. qu'est-ce que ça change pour la vie de ceux qui s'opposent à une telle mesure -l'euthanasie- puisqu'elle relèverait d'un choix individuel,celui des personnes concernées?

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales