Revenir à la rubrique : Politique

Vidéo – Constitutionnalisation de l’IVG : Huguette Bello pas tendre avec les votes de Viviane Malet et de Nassimah Dindar

"Nous sommes devant des personnes qui sont en admiration devant Simone Veil, panthéonisée". C'est non sans ironie que la présidente de l'Union des femmes réunionnaises, Huguette Bello, a qualifié les votes des deux sénatrices réunionnaises, Nassimah Dindar et Viviane Malet, sur la constitutionnalisation de l'IVG.

Ecrit par SI – le vendredi 25 novembre 2022 à 08H00

Pour rappel, le 19 octobre dernier, le Sénat avait rejeté en première lecture la proposition de loi constitutionnelle visant à protéger et à garantir le droit fondamental à l’IVG et à la contraception. Sur 311 suffrages exprimés, 172 ont voté contre et 139 pour.
 

Vote pour la constitutionnalisation de l’IVG : Qu’ont voté les sénateurs réunionnais ?

Huguette Bello s’est dite « révoltée » par les choix faits par les deux parlementaires. Viviane Malet avait voté contre tandis que Nassimah Dindar s’était abstenue. Huguette Bello n’a pas caché son incompréhension alors même que La Réunion est dans le top 3 des départements de France les plus touchés par le phénomène des grossesses précoces, derrière la Guyane et Mayotte.

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

NRL : Audrey Bélim salue la prise en compte de l’inflation par l’AFIT France

Interrogé par Audrey Bélim, Franck Leroy, nouveau président de l’Agence de Financement des Infrastructures de Transport (AFIT France),a assuré à la sénatrice que l’organisme prendrait en compte l’inflation dans son soutien financier au projet, jusqu’en 2028. « C’est un point fondamental qui n’était pas acquis », rappelle la parlementaire.

Philippe Naillet s’exprime au sujet du Chlordécone et du Fipronil à La Réunion

Le 29 février 2024, cinq propositions de loi, dont une visant à renforcer la protection des mineurs dans le sport et d’autres concernant le soutien aux TPE, l’encadrement des frais bancaires et la lutte contre les pénuries de médicaments, ont été adoptées. Philippe Naillet s’est exprimé sur la responsabilité de l’État dans le scandale du Chlordécone, également examiné à cette occasion.