Revenir à la rubrique : Société

Une étude prouve une discrimination à l’embauche pour les ultramarins

?Pour déterminer les discriminations d’accès à l’emploi pour les personnes originaires d'Outre-mer ou y vivant, un test a été réalisé sur la profession de serveur. Il prouve qu’à profil égal, le Parisien parvient à signer un contrat avec un restaurant local plus facilement qu’une personne vivant et originaire des Outre-mer.

Ecrit par Zinfos974 – le mardi 14 décembre 2021 à 05H51

L’enquête a pour but de déterminer si les discriminations à l’embauche peuvent expliquer le fort taux de chômage dans les territoires ultramarins. Elle a été réalisée à  la demande de SOS-Racisme et a été présentée vendredi dernier à Elisabeth Moreno, ministre en charge de l’Egalité entre les femmes et les hommes, de la diversité et de l’égalité des chances, qui s’est dite « catastrophée » par les résultats.

Pour réaliser cette enquête, trois candidats fictifs du même âge, avec un niveau de formation et d’expérience équivalent, postulent dans les 1200 restaurants répartis entre la Guadeloupe, La Réunion, la Martinique et à Paris. Un des candidats est né, vit et a été formé dans le territoire où il postule. Le second candidat a les mêmes caractéristiques, sauf qu’il vit dans un quartier défavorisé. Le troisième est né, vit et a été formé à Paris. 

Les résultats dévoilés par nos confrères de [France Guyane ]urlblank:https://www.franceguyane.fr/actualite/politique/la-discrimination-locale-a-l-embauche-averee-493191.php?fbclid=IwAR2kPS6V3FtUcifY7E8AibKVh5IPnzMsBs1PRdmu0fz_4KJLOKOnJ8FDYPU  et annoncés par Yannick L’Horty, directeur de la fédération de recherche TEPP du CNRS, qui a supervisé cette enquête, démontrent  que les candidats d’Outre-mer sont victimes de discrimination  à l’embauche. « Il y a un écart systématique en défaveur du Domien », précise Yannick L’Horty dans les colonnes de France Guyane. « La pénalité subie par le candidat antillais ou réunionnais est du même ordre de grandeur à Paris que dans chacun des territoires ». Le fait d’habiter dans un quartier prioritaire n’a pas d’incidence sur l’embauche. Au contraire, exonéré de charges, le candidat d’un quartier défavorisé pourrait être avantagé.
 
« On ne peut continuer comme ça » 

« C’est un sujet grave, un sujet qui blesse, qui tue les rêves… On ne peut continuer comme ça ! « , a déclaré la ministre. Didier Laguerre, maire de Fort-de-France, présent par visioconférence. « L’étude confirme, en ces temps de tension sociale, les reproches émanant de la jeunesse et portant sur des problèmes de discrimination à l’embauche sur le territoire », souligne l’élu. La ministre a proposé que les résultats soient communiqués aux employeurs testés « afin qu’ils prennent conscience de leur attitude discriminante » .

 

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

[Communiqué] L’UMIH et Action Logement s’allient pour faciliter l’accès au logement et favoriser l’emploi des salariés et des travailleurs saisonniers

L’Union des Métiers des Industries de l’Hôtellerie (UMIH) et Action Logement Groupe ont signé le mardi 16 juillet une convention de partenariat visant à faire connaître l’offre de services du Groupe aux adhérents de l’UMIH ainsi qu’à développer une offre de logement adaptée aux besoins de leurs salariés. Le partenariat comprend trois axes majeurs : la promotion de la garantie Visale, l’accompagnement du développement d’une offre de logements abordables et la contribution à l’innovation dans l’accès au logement ou le relogement des salariés saisonniers. Les deux parties agiront donc conjointement en faveur de l’accompagnement des mobilités professionnelles, de l’attractivité des territoires et de la fluidité des parcours résidentiels.