Revenir à la rubrique : Economie

Salon de l’Agriculture : La Région joue la carte de l’export et du haut de gamme

Dans quelques jours va débuter à Paris le salon de l’Agriculture au sein duquel le Département, dont l’agriculture est une des compétences principales, va tenir un stand. Cette année, la Région sera également présente. Pas question cependant pour nos deux collectivités de se marcher sur les pieds. Elles conçoivent leur action comme complémentaires. Au Département l’agriculture au sens traditionnel du terme, à la Région le développement économique de la filière.

Ecrit par Pierrot Dupuy – le dimanche 18 février 2024 à 18H35

« La Réunion à la carte ». Ainsi va s’intituler une grosse opération montée par la Région le jeudi 22 février prochain, à deux jours de l’ouverture du salon de l’Agriculture.

« L’enjeu, comme le souligne la présidente Huguette Bello, c’est de conforter les filières existantes pour répondre aux besoins du marché intérieur tout en identifiant de nouvelles filières porteuses à l’exportation et accompagner une industrie agroalimentaire de haute qualité tournée vers les marchés de niche à l’export ».

Pour y parvenir, la Région va réunir à Paris 35 des 38 producteurs locaux invités par le Département au salon de l’Agriculture. Cette réunion se fera à l’Orangerie, une salle de 400 m2 située à deux pas du stade Roland Garros, avec des professionnels des grandes enseignes parisiennes, des chefs et des patrons d’épiceries fines, afin de positionner nos produits locaux sur les tables des plus grands chefs et dans les meilleurs magasins de France.

La Réunion a la chance de produire certains fruits parmi les meilleurs au monde. Nos ananas Victoria, nos fruits de la passion, nos papayes, nos avocats, nos letchis, nos longanis, et j’en passe, sont sans concurrence dans le monde question goût. Ils remportent souvent des prix aux concours nationaux et pourtant, ils ont du mal à s’exporter.

C’est à ce paradoxe que la Région souhaiterait mettre fin.

Traditionnellement, les exposants reviennent du salon de l’Agriculture en se disant très satisfaits du nombre de visiteurs sur leurs stands. Mais ils regrettent qu’en raison de l’affluence, ils aient eu du mal à nouer des contacts d’affaires avec des professionnels. C’est fort de ce constat que la Région a donc décidé d’organiser ces rencontres B to B avec des professionnels opérant dans le haut de gamme et implantés dans toute la France.

Le but de « La Réunion à la carte », une manifestation qui a vocation à se reproduire en cas de réussite, est de créer un événement professionnel afin de placer nos produits auprès des grandes tables parisiennes et nationales

Mais il ne faudra pas en rester là. Il conviendra ensuite d’organiser des éduc-tours afin de faire venir ces professionnels à La Réunion et de les amener chez les producteurs pour leur montrer l’excellence du travail de nos agriculteurs qui, contrairement à d’autres, respectent l’ensemble des normes européennes.

La soirée sera agrémentée de démonstrations culinaires que les chefs présents pourront déguster tout en écoutant la chanteuse Emma Nonna et en admirant les magnifiques photos de l’exposition de Jonas Akhoun.

 

Thèmes : Agriculture
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
5 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

La CRC épingle la SAPHIR sur la gestion durable de l’eau

La Chambre régionale des comptes de La Réunion a publié son rapport d’observations définitives sur la société d’aménagement des périmètres hydroagricoles de La Réunion (SAPHIR), après son premier contrôle initié en février 2023. Le rapport, qui a finalisé ses observations en octobre 2023, critique les pratiques actuelles de SAPHIR, soulignant sa dépendance financière aux ventes d’eau et ses modalités d’action qui ne s’inscrivent pas pleinement dans une gestion durable de l’eau.

Henri Nijdam : “Le Quotidien ne sera pas un journal low-cost”

Propriétaires depuis ce mercredi à minuit du Quotidien, Henri Nijdam et Jean-Jacques Dijoux ont livré quelques éléments sur le futur du journal. Aux lecteurs, les nouveaux hommes forts de ce pilier de la presse locale assurent que Le Quotidien nouvelle formule sera de qualité.