Revenir à la rubrique : Politique | Société

Polémique autour de la fresque du lycée de Vincendo : Les politiques se mobilisent

L'œuvre d'art réalisée par Méo sur une façade du lycée de Vincendo à Saint-Joseph a provoqué une polémique à cause d'un élément de la peinture. Le livre sur l'histoire de la France est rayé pour être remplacé par "Zistwar La Rényon". La direction de l'établissement ne s'est pas directement opposée à la création artistique, mais une commission nationale va se pencher sur le sujet. De nombreux politiciens ont pris la parole en faveur de l'artiste.

Ecrit par Baradi Siva – le dimanche 14 avril 2024 à 11H05

La fresque « Zoli Kèr » a été peinte en 200 heures sur la façade d’un bâtiment du lycée de Vincendo à Saint-Joseph. Elle représente Zolikèr, assis sur un roulèr, entouré de cardinaux et devant lui des livres. C’est là que se trouve le cœur de la polémique. Le livre de l’histoire de France a son titre rayé et remplacé par « Zistwar La Rényon ».

C’est ce choix artistique qui est critiqué par une partie de l’équipe pédagogique. La direction de l’établissement ne s’est pas opposée au choix artistique, mais déplore un non-respect de la commande par le peintre. Le comité d’experts nationaux des valeurs de la République a cependant été saisi par une partie du corps professoral qui s’interroge sur la conformité de l’œuvre. C’est cette instance qui décidera des mesures qui seront prises ou non sur le sujet.

L’artiste, lui, indique ne pas avoir voulu appeler à l’effacement de l’Histoire de France au profit de celle de La Réunion. Mais il refuse de modifier son œuvre au nom de la liberté d’expression.

Les politiciens se mobilisent

Le parti Pour La Réunion d’Huguette Bello s’est fendu d’un communiqué pour apporter son soutien à l’artiste et qui évoque une « volonté de censure » jugée « inacceptable« . Pour le PLR, « dans ce cas, il faudrait interdire sur les ondes des radios et télévisions publiques, et dans les bibliothèques publiques, toutes les œuvres qui sont jugées par un groupuscule comme étant non compatibles avec les valeurs de la République : plus de chansons de Ziskakan et de Danyèl Waro sur les médias publics ! Plus de poèmes d’Axel Gauvin et de Carpanin Marimoutou de Dédé Lansor dans les médiathèques de la République ! Plus de Ferrat ! »

Ericka Bareigts défend aussi l’artiste : « Je soutiens pleinement Méo, un artiste engagé et fervent défenseur du patrimoine réunionnais qui passe, avec ces graffs, un message fort de notre réalité. » Si l’œuvre était retirée à Saint-Joseph, l’édile invite Méo à peindre à Saint-Denis : « Zoliker, si ton zistwar lé bani par la ba, ou gyin ni terla« .

De son côté, le député Frédéric Maillot a décidé d’interpeller les ministres de l’Education et de la Culture. « Celui qui oublie ses racines n’atteint jamais sa destination », a-t-il indiqué dans ses courriers.

Seul le parti Reconquête a indiqué son opposition, mais a plutôt choisi d’attaquer la position des élus de Gauche qu’ils accusent de soutenir « la propagande sécessionniste de l’artiste« .

Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
90 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

VivaTech : La Réunion en force au plus grand salon du monde pour les nouvelles technologies

La Région Réunion envoie une forte délégation de représentants de 10 startups participer au salon international VivaTech qui s’ouvre demain matin porte de Versailles à Paris.
Il s’agit du plus grand salon au monde en matière de nouvelles technologies, qui est même passé devant le CES de Las Vegas, et il accueillera encore cette année des intervenants de très grande qualité. Et notamment beaucoup de fonds d’investissements à la recherche de sociétés à financer. Exactement ce que recherchent nos startups locales…

[Communiqué] « L’insalubrité des logements sociaux est un phénomène complexe et multifactoriel »

Karine Lebon annonce une bataille parlementaire cruciale le 22 mai 2024. Celle-ci pourrait contribuer à résoudre la crise du logement social à La Réunion, exacerbée par une forte croissance démographique, des coûts de construction élevés et des procédures administratives complexes. C’est pourquoi la députée de la 2e circonscription de La Réunion a proposé au vote la création d’une commission d’enquête visant à analyser et à remédier à ces problèmes urgents afin d’améliorer les conditions de vie des Réunionnais.