Revenir à la rubrique : Société

Une Réunionnaise en Nouvelle-Calédonie : « On est terrorisés, heureusement qu’on est solidaires »

Désirée Dijoux, une Réunionnaise installée en Nouvelle-Calédonie depuis plus de 10 ans, revient sur les événements qui agitent le caillou. Elle explique la peur qui gagne une grande partie de la population, tout en soulignant la grande solidarité qui se met en place dans les quartiers, où des milices de voisinage se forment.

Ecrit par Gaëtan Dumuids – le jeudi 16 mai 2024 à 11H35

Depuis lundi et la réforme constitutionnelle examinée à l’Assemblée nationale, la Nouvelle-Calédonie connaît un déchaînement de violences dont le bilan humain est déjà lourd. Des événements qui ont poussé l’État à décréter l’état d’urgence tandis qu’Emmanuel Macron doit présider une réunion de crise ce jeudi matin. Si l’inquiétude grandit à Paris, elle l’est davantage pour de nombreux habitants qui se retrouvent plongés dans cette violence.

« J’ai l’impression d’être en Ukraine ou dans un pays en guerre », explique Désirée Dijoux, une Réunionnaise installée en Nouvelle-Calédonie depuis 2007, qui avoue avoir été surprise par les événements. « La situation s’est dégradée lundi soir. On ne pensait pas que ça allait reprendre mardi soir, mais finalement ça a été encore plus fort. On n’était pas préparés à ça. Tout est parti en vrille d’un coup », ajoute-t-elle.

Comme de nombreux habitants, Désirée n’avait évidemment pas anticipé les événements et leur durée. En conséquence, beaucoup de familles se retrouvent avec des placards vides et sans nourriture. Difficile de refaire les stocks puisque de nombreux magasins sont partis en fumée. « Certains petits commerces ouvrent la journée, mais ferment à l’heure du couvre-feu. Cela devient la cohue pour se nourrir », précise-t-elle.

 

Les habitants s’organisent en milices

Une situation qui a développé une forme de solidarité parmi la population, alimentée par la radio Nouvelle-Calédonie la Première. Lorsque des habitants manquent de quelque chose (médicament, lait pour bébé, nourriture…), une grande chaîne de solidarité se met en place sur les réseaux sociaux où chacun donne ce qu’il peut à celui qui en a besoin.

Mais cette solidarité prend une autre forme un peu plus radicale. « Les forces de l’ordre ne peuvent pas être partout et ils interviennent principalement sur les points chauds. Donc des milices de voisinage se sont formées dans les quartiers où l’on fait des barricades et on reste vigilants », explique Désirée.

Une situation qui génère un stress chez la population. « On est terrorisés, heureusement qu’on est solidaires. Le soir, le moindre bruit, le moindre cri de chat ou la fermeture d’un rideau de fer provoque une montée d’angoisse », assure la Réunionnaise.

Si Désirée espère que la mise en place de l’état d’urgence et l’arrivée de renforts vont ramener un peu de calme sur l’île, de nombreuses sources d’inquiétudes demeurent. « Notre plus grande peur est d’être coupés du monde. On a peur que l’électricité, l’eau ou internet soient coupés », ajoute celle qui a peur pour sa famille.

Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
133 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Femmes puissantes de La Réunion : Des femmes libres, piquantes et engagées au parcours hors du commun

« Ça va tuer moins de gens si je suis une mauvaise comédienne plutôt qu’une mauvaise infirmière », décode avec humour Zaza pour résumer son parcours. Des alertes rouges envoyées par ses parents lorsqu’elle leur a annoncé que son rêve était de monter sur les planches à son arrivée à la Réunion en 2000, son rapport avec la langue créole et son don de clown qu’elle pratique à l’hôpital, clin d’œil à son premier métier, Isabelle Dalleau est sans filtre, attachante, humaine et modeste face à son immense talent.

Pas d’édition du Journal de l’île ce dimanche

Alors que le Jir n’est pas paru en édition papier depuis dimanche dernier, son site Clicanoo informe ce matin qu’il n’y aura pas non plus d’édition en ligne aujourd’hui. Pour rappel, le titre devrait être imprimé de nouveau la semaine prochaine, un accord provisoire ayant été trouvé avec ICP Roto.

Le clip officiel du séga Ich An

Emmanuel est la star incontestée du karaoké du Four à Chaux de Saint-Leu. Son interprétation de la chanson « Jalousie » de Tessa a fait le tour des réseaux sociaux. Consécration ultime, Emmanuel a tourné un clip avec sa chanteuse préférée.