Revenir à la rubrique : Politique

Les députés retoquent l’article sur le pass sanitaire pour les voyages Métropole/Outre-Mer

Si l’Assemblée nationale, après de longues heures, a approuvé le projet de loi sanitaire sur la pandémie de Covid-19, l’article 2 qui prévoyait la possibilité d’un retour du pass sanitaire aux frontières pour les plus de 12 ans et pour les déplacements avec la Corse ou l'Outre-mer a été rejeté.

Ecrit par NP – le mercredi 13 juillet 2022 à 09H05

Par 219 voix contre 195, la possibilité d’imposer un pass sanitaire pour les voyages hors Hexagone a été retoquée dans la nuit. Les députés de l’alliance de gauche Nupes, du RN et des LR ont voté contre cet article 2 du projet de loi « maintenant provisoirement un dispositif de veille et de sécurité sanitaire en matière de lutte contre la covid‑19. »

« On nous indique qu’il n’y pas de frontières avec les Outre-mer… mais il y a des frontières géographiques et ces frontières géographiques sont instaurées pour stigmatiser une population en lui faisant subir systématiquement des contrôles sanitaires en plus des contrôles d’identité », a fustigé la députée Emeline K/Bidi devant l’hémicycle. 
 
« 2ème victoire de la soirée. L’article 2 de la loi dite de ‘sécurité sanitaire’ est rejeté. Pas de pass sanitaire dans les transports y compris dans les déplacements entre l’Hexagone et les Outre-mer. La macronie doublement en PLS. Le temps des playmobil est définitivement fini », s’est félicité le député Perceval Gaillard sur sa page Facebook.
 

« La discrimination des ultramarins, dont les Mahorais, en matière de liberté de circulation, c’est fini ! Nous venons de rejeter, en séance publique à l’Assemblée nationale, l’article 2 du projet de loi gouvernemental qui permettait de prendre des mesures de restrictions de circulation pour les seuls ultramarins au prétexte du Covid. La bonne solution est l’amélioration des système de santé.

Je me réjouis car nos compatriotes d’Outre-mer ne supportent plus les traitements discriminatoires et infantilisants »
, a communiqué le député de Mayotte Mansour Kamardine. 
 
La disposition permettant d’exiger le pass sanitaire pour les voyageurs mineurs a également été rejetée. 
 
« L’heure est grave. En s’alliant pour voter contre les mesures de protection des Français face au Covid LFI, les LR et le RN empêchent tout contrôle aux frontières face au virus », a lancé la Première ministre Elisabeth Borne sur Twitter. 

Le projet de loi adopté en l’état entérine l’expiration au 1er août de l’état d’urgence sanitaire et du régime de crise de mai 2021. Il permet notamment dans le cadre d’une situation toujours fragile de continuer à collecter des données de santé. 

La demande de réintégration des soignants suspendus en raison du refus du vaccin a été longuement débattue mais a été refusée par le gouvernement.

Partager cet article
Thèmes :
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Petite-Île : L’opposant de Serge Hoareau condamné pour diffamation

Jean-Hugues Suzanne était jugé hier pour diffamation à l’encontre du maire de Petite-Île. En début d’année, l’opposant municipal publiait diverses accusations sur l’édile de manière hebdomadaire sur son compte Facebook. Il a été reconnu coupable, le tribunal estimant qu’il devait s’exprimer dans les lieux destinés au débat politique.

Bras-Panon met le braquet sur l’agrotourisme

Avec le projet AGRIPéï 2030, le Conseil départemental porte une réflexion sur les enjeux de l’agriculture réunionnaise sur le long terme. La charte de développement agricole de Bras-Panon, renouvelée ce jeudi pour une durée de six ans entre la municipalité, la collectivité départementale, la Région Réunion et la Chambre d’agriculture, s’intègre dans cette réflexion et dans celle de son Plan Alimentaire Territorial qui se déroule en parallèle de la charte.

Vidéo – La Région devra briser le plafond de verre pour gagner en autonomie

40 ans après sa création, la Région Réunion pourrait-elle devenir un modèle pour la République, et ce, malgré son ouverture à la différenciation ? C’est la question posée ce mercredi dans le troisième et dernier colloque organisé par la collectivité régionale en présence d’éminents spécialistes du droit.