Revenir à la rubrique : Société

?Le sort s’acharne sur deux touristes réunionnais bloqués en Afrique du Sud

Nous les appellerons Thierry et Sylvie. Ils sont partis en Afrique du Sud à la mi-novembre et enchaînent les déconvenues depuis. Testés positifs tour à tour, ils ont raté la première fenêtre aérienne possible dimanche dernier. Celle de dimanche prochain tient à un fil.

Ecrit par zinfos974 – le vendredi 10 décembre 2021 à 06H24

« Nous sommes bloqués en Afrique du Sud depuis le 28 novembre, à nos frais et sans avoir réellement de solutions ». Thierry et Sylvie, infirmiers de profession, commencent leur récit par ces mots de SOS. Nous sommes déjà le 10 décembre et leurs vacances prennent une tournure critique. Bien plus critique que celle des Réunionnais qui ont pu rentrer dimanche dernier. En début de semaine, nous avions raconté la galère d’une de ces familles, bloquée chez nos voisins d’Afrique du Sud ; mais la mésaventure de Thierry et Sylvie est bien plus mal… embarquée. Sans jeu de mots.

« Le 26 novembre, nous recevons un mail de la compagnie aérienne nous indiquant que les vols depuis l’Afrique du Sud sont annulés pour un délai minimum de 48 heures. Nous appelons ensuite l’ambassade de France en Afrique du Sud, qui nous dit de prendre notre mal en patience et d’attendre les nouvelles mesures. 48h après l’annulation des vols, nous rappelons la compagnie aérienne. Nous n’aurons toujours pas de nouvelles avant le mercredi, soit trois jours après l’annulation des vols. Nous sommes donc obligés de trouver de nouveaux hébergements, à nos frais, auxquels s’ajoutent les déplacements et la nourriture », expliquent-ils. 

Mis à la porte de leur hébergement 

Le mercredi 1er décembre, la compagnie leur signale qu’un vol aura lieu le dimanche 5 décembre. Le tandem de touristes effectue donc des tests PCR le 3 décembre pour pouvoir rentrer. Patatras ! l’un d’eux est positif, ils ne peuvent donc entrer sur le territoire français. 

« Nous devions rentrer le 28 novembre et reprendre le travail le 30. Nous avons donc informé respectivement nos cadres de santé qui nous préviennent que les jours absents seront défalqués de notre salaire », ajoutent-ils.

A ce moment-là, en Afrique du Sud, ils n’ont plus de logement. Traités comme des pestiférés, celui dans lequel ils logeaient leur demande de s’en aller car il y a un cas positif. « Depuis, nous sommes dans une guest house à Johannesburg, confinés depuis le samedi 27 novembre. L’établissement sait que l’un de nous est positif, nous n’avons pas le droit de sortir de notre chambre ! « 

Contaminations en cascade

« Étant négative la première fois, je refais un test le lundi 29. Le résultat est sans appel, raconte Sylvie. Nous sommes tous les deux maintenant positifs à la Covid 19″.

« Après un appel à la compagnie aérienne mardi dernier, il nous est indiqué que le dernier avion à destination de La Réunion est programmé pour ce dimanche 12 décembre. Si nous sommes encore positifs à cette date, nous ne pourrons plus rentrer avant fin janvier, auquel cas nous devrons prendre un vol pour la métropole. Nous sommes donc bloqués en Afrique du Sud depuis le 28 novembre, à nos frais, et sans avoir réellement de solution » ; une sacrée galère qu’ils partagent en guise de SOS vis-à-vis des autorités françaises.

Depuis le samedi 4 décembre, seuls les passagers justifiant des motifs impérieux peuvent voyager en provenance et à destination des pays classés « rouge écarlate » sur le continent africain (Afrique du Sud, Lesotho, Botswana, Zimbabwe, Mozambique, Namibie, Eswatini, Malawi, Zambie) et l’Île Maurice. Les voyages à titre touristique ou étudiant ne sont plus autorisés. Cette mesure concerne tous les passagers, quel que soit leur statut vaccinal.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Loin de la légende de Libertalia, enquête sur un « repaire de forbans » à Madagascar

Entre les années 1690 et 1720, l’île de Sainte-Marie a abrité un comptoir pirate pour la négoce des butins volés, mais aussi pour la traite des esclaves. Les recherches menées par l’archéologue Jean Soulat et son équipe internationale tendent à faire ressurgir du passé les contours d’un campement de forbans dans la baie d’Ambodifotatra. Une base pirate organisée autour d’un site de carénage, d’une canalisation d’eau douce et d’un fortin dédié à la protection des lieux.

L’incorrigible MIKL

Le spécialiste du zouk à La Réunion, MIKL, a dévoilé son nouveau projet « Collé ». Le clip, déjà visionné plus de 150.000 fois en trois semaines, met en relation une histoire d’amour avec ses hauts et ses bas.