Revenir à la rubrique : Social | Société

Le SNJ se dit « ouvert au dialogue » avec les trois candidats au rachat du Quotidien de La Réunion

Avant que les 48 salariés du Quotidien ne soient consultés sur les trois offres de rachat déposées pour leur journal, il faudra au préalable que celles-ci soient déclarées recevables. Bien qu'aucun candidat ne prévoie de conserver le moindre journaliste, mais seulement d'en recruter un certain nombre après leur licenciement, le syndicat SNJ ne ferme pas la porte aux discussions avec les repreneurs.

Ecrit par T.L. – le vendredi 01 mars 2024 à 19H02
Olivier Danguillaume, Edouard Marchal et Sandra Mithra.

Une offre ne proposant que peu d’informations précises et de chiffres, celle de Jacques Tillier, présentée via une société dénommée provisoirement Newco. Une autre émanant de Henri Nijdam, patron du groupe de presse hexagonale Média Capital, au premier abord bien détaillée dans le domaine de la stratégie de développement. Et une troisième, enfin, celle d’Alfred Chane-Pane (ICP Roto), qui serait la plus précise sur le plan organisationnel.

En prenant soin de ne pas révéler d’informations sensibles pouvant compromettre l’avancée des dossiers, les représentants du personnel du Quotidien de La Réunion ont donné ce vendredi midi, en conférence de presse, leurs premières impressions sur les trois projets de reprise de leur journal. Les trois dossiers possèdent en commun la volonté clairement annoncée de ne conserver aucun journaliste (lesquels représentent 36 des 48 salariés de l’entreprise), afin de ne pas s’exposer au risque de devoir payer d’éventuelles clauses de cession.

Les deux candidats qui ont avancé des chiffres ont proposé de réembaucher 25 ou 30 journalistes, parmi ceux qui auraient été licenciés. Mais le syndicat SNJ s’interroge clairement sur la recevabilité des ces offres de rachat, puisqu’elles visent à faire peser sur le Régime de Garantie des Salaires le poids des indemnités des journalistes.

Des points qui seront probablement au cœur des échanges prévus lundi entre les représentants du personnel et l’administrateur Me Alain Gricourt. En décembre dernier, ce dernier avait déjà rejeté une offre de Henri Nijdam, jugée irrecevable.

Autre élément important  : deux des trois repreneurs (Jacques Tillier n’a pas précisé son intention) n’envisagent pas de conserver la Safi, actuel imprimeur du Quotidien. Alfred Chane-Pane possède ICP Roto, chez qui Henri Nijdam imprimerait aussi, si son projet était retenu. « Une offre propose de rester avec Run Presse, notre distributeur local », ajoute Edouard Marchal, délégué syndical SNJ, en précisant que les deux projets les plus détaillés mentionnent leur volonté de conserver « 10 et 13 salariés cadres, avec parfois des garanties sur le 13e mois ».

« On est ouvert au dialogue », poursuit Edouard Marchal, tout en déplorant, au titre du SNJ, « des projets de reprise sans journalistes ».

Trois offres de rachat pour Le Quotidien de La Réunion

Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
8 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Médailles de l’Engagement : Un policier réunionnais récompensé par la MGP

Lors de la 3e cérémonie des Médailles de l’Engagement, la mutuelle MGP a honoré 36 policiers pour leurs actions notables. Parmi eux, on retrouve le Réunionnais Alexandre V. de La Réunion, récompensé pour avoir fondé le Moufia Boxing Club à Saint-Denis, un club inclusif servant divers groupes sociaux, dont des policiers, des personnes porteuses de handicap et des jeunes marginalisés.

A La Réunion, 55 millions d’euros d’impôts ont été collectés en 2023 suite à des contrôles fiscaux

L’an dernier, sur les 536.000 foyers réunionnais qui ont rempli leur déclaration d’impôts sur le revenu, 92% l’on fait sur internet. Selon la Direction régionale des finances publiques, les fraudes constatées lors des contrôles fiscaux concernent principalement les entreprises. La nouvelle campagne déclarative des revenus, qui a débuté ce lundi 15 avril, verra l’intensification de la lutte contre la fraude via l’utilisation de logiciels informatiques et le croisement de données.

La Poste et la SEOR s’associent pour la création d’un Refuge Péi

La SEOR et la Plateforme Industrielle du Courrier de Saint-Denis ont collaboré pour transformer cette dernière en « site pilote » du programme Refuges LPO Péi en 2023, s’engageant à protéger la biodiversité locale et à sensibiliser les employés à la préservation de la faune et de la flore.

Des fermetures nocturnes à prévoir sur le boulevard Sud

Sur la RN6 boulevard Sud à Saint-Denis, pour permettre des travaux de fouille pour le raccordement au réseau électrique, la circulation sera interdite sur la contre-allée de la tranchée couverte Mazagran Doret dans le sens Nord/Ouest, de 20h à 5h les nuits du lundi 15 au mercredi 17 avril. Une déviation sera mise en place par la voirie communale.

Les Chroniques de tonton Jules #170

L’attaque de l’Iran sur Israël, la riposte prévisible d’Israël sur Téhéran, je ne vous en parlerai pas : toute la presse le fait et le fait bien. Mais encore faudrait-il, pour être informés, que vous écoutiez les radios, que vous lisiez les journaux, y compris en ligne, que vous visionniez les JT. Attention : je n’ai rien contre les réseaux dits sociaux mais ces derniers démolissent les neurones, le libre-arbitre et la raison critique : on avale le pré-cuit, on ne pense plus. Et ce sont bien ces derniers, libre-arbitre et raison critique qui nous distinguent de la paramécie.

Nos journalistes, je veux dire « nos vrais journalistes », contrôlent dix fois une information avant de la mettre en ligne. Les « faux journalistes », parés du nom d’influenceurs, ne vérifient jamais rien, comptant sur notre seule passivité. On constate alors que les bonobos et colibris nous surpassent côté cellules grises.

Je me contenterai, comme depuis pas mal de temps, de l’actualité courante ; laquelle contient suffisamment de quoi se lamenter, geindre ou s’esclaffer.

Fé roulé Férrère !