Revenir à la rubrique : Politique

Droit de réponse de la ville de Saint-André

La mairie de Saint-André répond à l'article de Pierrot Dupuy sur l'attribution d'un chantier dans la commune. Voici le droit de réponse intégral de la municipalité :

Ecrit par NP – le lundi 27 juin 2022 à 18H19

Droit de réponse à l’article de presse de Zinfos974 – 27 juin 2022

Le média Zinfos974 a publié ce lundi 27 juin un article intitulé « Exclusif : Soupçons de favoritisme à la Mairie de Saint-André en faveur de la GTOI et de la SBTPC ». Cet article est tout aussi faux sur le fond qu’injurieux sur la forme, et contient des allégations calomnieuses, visant à nuire à l’image de la commune ainsi qu’à l’honneur de ceux qui y exercent des mandats et fonctions. Il aurait été nécessaire de la part du média de consulter la collectivité au préalable avant de publier et de porter atteinte à l’intégrité des personnes citées.

En tout état de cause, la collectivité tient à rappeler qu’elle ne cédera à aucune pression à la veille de l’attribution d’un chantier aussi important pour le développement et l’attractivité de la Commune. En effet, l’article intervient à la veille de la commission d’attribution d’un marché public important pour la Commune de Saint-André. Ce marché public concerne un chantier emblématique de la mandature qui consiste à requalifier entièrement l’Avenue de Bourbon (voirie, éclairage public, trottoirs, mobilités douces, végétalisation). Des travaux nécessaires pour changer radicalement l’image de l’avenue principale de la Ville.

La Commune de Saint-André déplore donc qu’à la veille de l’attribution d’un marché public important et qui respecte strictement les conditions classiques d’instruction, que les différentes parties prenantes soient remises en cause dans un article de presse locale sans contradictoire et affirmations ni vérifiées, ni contrôlées. Les tentatives d’influences sont nombreuses mais la collectivité restera toujours inflexible vis-à-vis de ce type de manoeuvre.

La collectivité tient également à rappeler qu’elle ne souhaite pas prendre part et subir les conséquences des désaccords internes entre membres d’un bureau d’étude externe à la collectivité. La mission de ce bureau étude consistant à rendre au maitre d’ouvrage un rapport d’analyse qui sera soumis ensuite aux membres de la CAO (Commission d’Appel d’Offres) qui est composée des personnes suivantes : Président, élus de la majorité et de l’opposition, comptable public et un représentant du ministre en charge de la concurrence.

Enfin, il convient de rappeler que la commune effectuera les saisines nécessaires notamment auprès de la Procureure de La République afin de clarifier la situation et lever les potentiels soupçons indiqués. Il est aisé pour les tiers de jeter l’opprobre sur le travail en cours mais aucune tentative de déstabilisation ne viendra remettre en cause les projets engagés pour le bon développement la Ville de Saint-André.

L’équipe municipale actuelle est attachée aux règles de transparence, d’éthique et de morale. Elle rappelle que le projet de mandature poursuit sa mise en oeuvre pour faire que Saint-André soit une ville plus dynamique, attractive et accueillante au sein de la microrégion Est.

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Saint-Louis poursuit sa mue grâce à l’Action Coeur de Ville

Ce mardi 27 février, Juliana M’Doihoma a signé l’engagement de Saint-Louis dans le dispositif Action Coeur de Ville mis en place par l’Agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT). C’est dans ce cadre qu’une nouvelle agence France Services a été inaugurée, la première de France à être apte à accueillir les personnes sourdes et malentendantes.

Thierry Robert n’aura pas à rembourser 66.000 euros à l’Assemblée nationale

Thierry Robert avait été condamné pour harcèlement et rupture abusive du contrat de ses collaborateurs parlementaires. Il devait alors verser plus de 100.000 euros à ses deux anciens assistants. L’Assemblée nationale lui avait avancé une somme importante pour régler cette dette. Le député rendu inéligible peu de temps après, le Parlement lui réclamait l’argent donné. L’ex-élu avait été considéré comme redevable lors d’un premier procès mais la Cour d’appel a retoqué cette décision. Thierry Robert n’aura donc pas à rendre 66.000 euros à l’Assemblée.

Ratenon interpelle Selly sur l’insalubrité de la maison France services de Saint-Benoît

Lors de sa tournée des maisons France services de la 5e circonscription, le député Jean-Hugues Ratenon a été consterné face à l’état du local de Saint-Benoît. « Une maison à l’hygiène douteuse, notamment la présence d’odeurs et d’excréments de rats », décrit l’élu qui évoque le risque de leptospirose et en demande la fermeture. Il interpelle le maire dans un courrier.

Groupe de travail sur la transparence des prix : Naillet sollicite la ministre des Outre-mer

Le Député Philippe Naillet a envoyé un courrier à Marie Guevenoux, Ministre déléguée chargée des Outre-mer pour lui demander la mise en place d’un groupe de travail sur la transparence des prix à La Réunion comme il avait été décidé en septembre à la Préfecture de La Réunion en présence de Philippe Vigier, ministre délégué chargé des Outre-mer.