Revenir à la rubrique : Mayotte | Océan Indien

Choléra à Mayotte : L’ancienne directrice de l’ARS accuse les élus d’être responsables

Dominique Voynet, qui fut ministre de l’Environnement dans le gouvernement de Lionel Jospin et directrice de l’Agence régionale de santé de Mayotte de 2019 à 2021, appelle l’État à accélérer les travaux d’assainissement des eaux usées sur l’île pour freiner le risque de propagation du choléra. Et elle n’hésite pas à pointer du doigt la responsabilité des élus locaux, accusés d’immobilisme.

Ecrit par N.P. – le vendredi 10 mai 2024 à 17H54
Capture d'écran Google Maps - Mayotte

Mercredi 8 mai, une enfant de trois ans résidant dans un bidonville de Mayotte a succombé au choléra, marquant ainsi le premier décès lié à cette maladie infectieuse qui sévit principalement dans les pays en développement. La précarité des infrastructures sanitaires de l’île est pointée du doigt, exacerbée par des réseaux d’eau potable et d’assainissement insuffisants. Dominique Voynet, ancienne directrice de l’Agence régionale de santé (ARS) de Mayotte, critique dans une interview accordée au journal Le Parisien la lenteur des réponses publiques face à ces carences qui perdurent malgré les alertes répétées.

Les autorités locales, selon Dominique Voynet, tardent à mettre en œuvre des solutions durables telles que les projets de dessalement de l’eau de mer et d’améliorations des infrastructures hydrauliques, malgré la disponibilité des plans et des financements. « Depuis des années, l’alimentation en eau potable et les réseaux d’assainissement sont défaillants à Mayotte, explique l’ancienne ministre qui fut également directrice de l’ARS à Mayotte. (…) L’enfant décédé vivait dans un bidonville. Or, les points d’eau sont malheureusement rares dans ces quartiers. (…) On paie aujourd’hui des années d’impérities de la part des élus locaux. Le syndicat d’eau et d’assainissement de Mayotte, qui est dirigé par les maires de différentes communes, est censé améliorer la distribution en eau potable des Mahorais. Des travaux ont été mis sur la table, mais les chantiers n’avancent pas« .

De même, la construction d’un second hôpital sur l’île, discutée depuis le début de la pandémie de Covid-19, n’a toujours pas débuté, aggravant la saturation de l’unique hôpital existant. « Depuis trois ans, les travaux n’ont même pas débuté, assène-t-elle. À croire que les élus locaux ne mesurent pas leur responsabilité ».

La situation est compliquée par une politique migratoire stricte, qui pourrait empêcher les familles, notamment celles en situation irrégulière, de chercher de l’aide médicale par peur des répercussions. Cette politique peut non seulement dissuader les malades de se présenter dans les centres de soin, mais également affecter la surveillance et le contrôle des épidémies.

Pour améliorer l’accès à l’eau potable, une mesure immédiate suggérée par Dominique Voynet dans Le Parisien serait l’installation de rampes d’eau temporaires dans les quartiers défavorisés, à l’instar de ce qui avait été mis en place lors de la pandémie de Covid-19. À long terme, une action plus ferme de l’État est nécessaire pour surmonter les blocages administratifs et accélérer les travaux essentiels à la prévention des maladies. Quitte à ce que l’État reprenne la main sur des compétences jusqu’ici dévolues aux élus locaux. En outre, il est impératif selon elle de revoir les politiques de sécurité qui limitent l’accès aux soins, afin de garantir que personne ne soit dissuadé de recevoir le traitement nécessaire.

Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
15 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Mozambique : TotalEnergies aurait cessé de payer directement les forces armées pour sa protection

Il y a un an, un rapport indépendant commandé par TotalEnergies préconisait au groupe de ne plus financer directement la Joint Task Force, composée de soldats rwandais et mozambicains, pour assurer la protection de ses installations dans la région du Cabo Delgado. Selon le site Zitamar, le géant français pétro-gazier verserait désormais sa contribution au gouvernement mozambicain, afin d’éviter que son argent ne puisse être associé à d’éventuels crimes de guerre.

85 cas de choléra à Mayotte, dont 68 autochtones

Le dernier communiqué publié ce vendredi par Santé Publique France fait état de 85 cas de choléra recensés sur l’île de Mayotte. Sur ce total, 17 cas proviendraient de personnes arrivées en provenance des Comores.

Mayotte : L’épidémie de choléra s’étend à un nouveau quartier

L’épidémie de choléra qui sévit actuellement à Mayotte continue de susciter l’inquiétude, notamment après la confirmation hier d’un cas dans un nouveau quartier de l’île, portant le total à 67 personnes infectées.
Parmi les victimes figure une fillette de trois ans décédée la semaine dernière.