Revenir à la rubrique : Blog de Pierrot

A quoi ont servi les 89 militaires français morts en Afghanistan ?

Hier, le dernier soldat français a quitté le sol afghan et passé le relais à une force turque. La presse nationale s’est contentée de relater l’événement, mais rares sont ceux qui ont dressé le bilan de cette opération. C’est Jacques Chirac qui a pris la décision d’intervenir en Afghanistan en 2001, aux côtés de l’OTAN […]

Ecrit par zinfos974 – le jeudi 01 janvier 2015 à 19H45

Hier, le dernier soldat français a quitté le sol afghan et passé le relais à une force turque. La presse nationale s’est contentée de relater l’événement, mais rares sont ceux qui ont dressé le bilan de cette opération.

C’est Jacques Chirac qui a pris la décision d’intervenir en Afghanistan en 2001, aux côtés de l’OTAN et à la demande des Américains, qui voulaient punir ceux qui selon eux soutenaient les terroristes à l’origine des attentats du 11 septembre.

L’objectif à l’époque, était en apparence noble : chasser les taliban de Kaboul, détruire les camps d’entraînement d’Al Qaïda en Afghanistan et reconstituer une armée afghane. Pour y parvenir, la France a envoyé plus de 70.000 soldats en Afghanistan. Le contingent français a atteint 4.000 militaires au plus fort des opérations, en 2010. Et cette intervention a coûté la vie à 89 soldats français et fait plus de 700 blessés.

L’un des épisodes les plus dramatiques a été l’embuscade tendue par des insurgés à une unité française le 18 août 2008 dans la vallée d’Uzbin, district de Surobi, à une cinquantaine de kilomètres au nord-est de Kaboul. Onze militaires français avaient alors été tués et 20 autres blessés.

Treize ans plus tard, peut-on dire que les objectifs de 2001 ont été remplis? Les talibans n’ont été chassés que du coeur de ville de Kaboul et les résidents étrangers ne peuvent y circuler que dans un périmètre très restreint, ultra-surveillé et malgré tout toujours à la merci d’un attentat kamikaze ou d’une roquette.

A part ça, l’Afghanistan n’a sans doute jamais été dans une situation aussi préoccupante : les talibans sont plus puissants que jamais, contrôlant de très larges pans du territoire et organisant de véritables vagues d’attentats qui ont déjà fait plusieurs milliers de victimes innocentes.

La démocratisation mise en avant dans un second temps pour justifier notre présence militaire a définitivement tourné à la farce : la corruption, la criminalité, le trafic de drogue, la violence règnent partout. Et le pays est dirigé par un Hamid Karzaï qui négocie ouvertement son avenir avec les talibans, dont tout le monde sait qu’ils prendront immédiatement le contrôle total du pays à la minute même où les derniers militaires occidentaux auront quitté l’Afghanistan.

Et c’est le même Hamid Karzaï qui a décidé de baser son nouveau code pénal sur la charia, et notamment de réintroduire la peine de mort par lapidation pour les personnes mariées « coupables » d’avoir eu des relations sexuelles adultères. Une décision confirmée auprès des dirigeants américains et des responsables des Nations Unies par Rohullah Qarizada, membre de la commission sur la loi coranique, celui-ci déclarant : « Nous travaillons sur un projet de code pénal de la charia prévoyant que la lapidation sera la sanction de l’adultère s’il est confirmé par quatre témoins oculaires« . Les personnes coupables du même « crime » sans être mariées s’en tireront beaucoup mieux : elles ne recueilleront, elles, qu’une centaine de coups de fouet…

Quand on dresse le bilan d’une opération, on ne peut passer sous silence son coût financier. Selon la commission de la défense de l’Assemblée nationale, la présence militaire française en Afghanistan a déjà coûté 3,5 milliards d’euros aux contribuables pour la période 2001-2013. Une somme qui n’inclut ni l’usure, ni la destruction des matériels aériens et blindés utilisés sur place, ni les frais médicaux, frais d’obsèques ou pensions d’invalidité, ni le coût du retrait progressif du contingent militaire français estimé entre 200 et 300 millions d’euros…

Tout ça pour ça, serais-je tenté de dire !

Ajoutons qu’en 2008, lorsque 11 soldats sont tombés dans une embuscade des talibans, de graves accusations avaient été portées par les familles contre l’incompétence de  l’état-major et le manque de moyens dont disposaient les soldats. C’est ainsi qu’on a découvert que ces derniers étaient sous-équipés, souvent obligés d’acheter eux mêmes leurs équipements pour remplacer celui fourni par l’armée française, soit inadapté, soit de très mauvaise qualité.

Aujourd’hui, on est légitiment en droit de se demander à quoi ont servi ces 89 morts.

Pour Jean-François Buil, le père d’un des soldats tombés dans l’embuscade de 2008, la réponse est toute trouvée : « Mon sentiment est un sentiment de catastrophisme aigu, pour moi c’est un très grand échec de l’OTAN. 13 ans de conflit, 89 soldats français morts, 700 blessés. C’est un conflit qui n’a apporté que de la misère. Tous les jours je le revis« . Un conflit trop long, qui n’aura servi à rien, selon Jean-François Buil. « Ces barbus, ces talibans sont toujours là-bas, ils sont partout dans le monde. C’est comme une mafia. Mon fils, ses camarades, tous ces soldats sont morts pour rien. En 2011, il y avait 140 000 soldats en Afghanistan pour venir à bout de cette rébellion, ils n’y sont pas arrivés et, aujourd’hui, on s’en va. Il ne se passe pas une journée sans qu’il y ait un attentat. C’est l’insécurité totale« .

Que rajouter de plus ? Juste s’interroger sur l’opportunité des interventions de plus en plus nombreuses décidées par François Hollande. Le même qui, année après année, diminue les budgets de Défense de la France, malgré toutes ses promesses pourtant réitérées tous les ans…

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

[Le podcast de Pierrot] Les riches paieront… Êtes-vous riche ?

Je voudrais aujourd’hui vous inciter à prendre un peu de hauteur.
Un candidat dans votre circonscription peut vous paraitre sympathique, ça peut même être un copain d’enfance ou quelqu’un avec qui vous jouez au foot ou de la guitare. C’est tout naturellement que vous pourriez être incité(e) à voter pour lui.
Je voudrais juste attirer votre attention sur le fait que ce copain, une fois élu, siègera au sein d’un groupe à l’Assemblée nationale et qu’il appliquera les directives de son parti.
On n’est pas libre quand on fait partie d’un groupe. Il y a une réunion en préalable au cours de laquelle on discute avant de voter en interne. Et une fois que la majorité s’est prononcée, vous êtes obligé€ de respecter les consignes de vote du groupe.
Tout ça pour vous dire quoi ? Avant de voter, regardez bien les programmes des différents partis nationaux. Renseignez-vous, lisez tout ce qui s’écrit, écoutez les analyses des économistes. Le 8 juillet, il sera trop tard.

La presse écrite doit vivre

Difficile d’évoquer aujourd’hui un autre sujet que le procès en référé qui s’est déroulé ce matin devant le tribunal de commerce de Saint-Denis entre le JIR de Jacques Tillier d’un côté et l’imprimerie ICP Roto représentée par son président Alfred Chane Pane de l’autre côté. Au final, la Justice a tranché : en l’absence de contrat liant les deux parties, elle ne peut contraindre l’une d’elles, en l’occurrence ICP Roto, à contracter avec l’autre, le JIR. Si un contrat avait existé, elle aurait pu obliger l’imprimeur à l’appliquer. Mais en droit français, pour qu’un contrat soit valable, il faut qu’il y ait accord sur l’objet et le prix. Ce qui n’était manifestement pas le cas en l’espèce.

[Pierrot Dupuy] Contrairement à ce que vous croyez, La Réunion ne serait pas protégée par l’OTAN en cas de guerre

Depuis quelques semaines, l’actualité bruisse de rumeurs concernant le potentiel déclenchement d’une 3ème guerre mondiale. Il faut dire que les sujets d’inquiétude ne manquent pas : guerre en Ukraine aux portes de l’Europe, guerre à Gaza où les morts se compteraient selon le Hamas par dizaines de milliers, risque de conflit entre l’Iran et Israël, la Chine qui cache de moins en moins ses intentions belliqueuses vis-à-vis de Taïwan…
Dans cet océan de mauvaises nouvelles, nous nous croyons à l’abri sur notre petite île perdue au milieu de l’océan Indien.
En plus, que peut-il nous arriver, protégés que nous sommes par la France, laquelle est elle-même membre de l’OTAN ? Bien fou celui qui oserait s’en prendre à un membre de l’Alliance Nord, et donc aux États-Unis. C’est oublier un peu vite que dans Alliance Nord, il y a Nord…