Revenir à la rubrique : Société

Voyageurs, attention aux changements de modalités de circulation de et vers La Réunion

La préfecture établit un récapitulatif des modalités de circulation entre différentes destinations de et vers La Réunion alors qu'à compter de mardi prochain, la durée de validité des tests sera réduite à 24h dans le sens Métropole-Réunion et pour les passagers en provenance de l’étranger.

Ecrit par LG – le vendredi 24 décembre 2021 à 14H22

Par décret paru au journal officiel du 24 décembre, la durée de validité des tests pré-embarquement passe de 48h à 24h dès le mardi 28 décembre à 00h00 pour les passagers en provenance de métropole ou d’un pays étranger.
 
A compter de cette date tous les voyageurs en provenance de Métropole (ou de l’étranger) et à destination de La Réunion devront présenter les résultats négatifs d’un test RT-PCR ou antigénique de moins de 24h, et ce quel que soit leur statut vaccinal.
 
Rappel des mesures applicables aux voyageurs en provenance et à destination de La Réunion
 
Voyages en provenance de métropole
 
Les motifs impérieux de déplacement sont levés uniquement pour les voyageurs vaccinés (schéma vaccinal complet).
 
Les personnes qui ne sont pas vaccinées ne peuvent voyager que si elles relèvent d’un motif impérieux.
 
Tous les voyageurs doivent présenter les résultats négatifs d’un test RT-PCR ou antigénique de moins de 24h à l’embarquement à compter du 28 décembre à 00h00.
 
Voyage à destination de la métropole
 
Les motifs impérieux de déplacement sont levés uniquement pour les voyageurs vaccinés (schéma vaccinal complet).
 
Les personnes qui ne sont pas vaccinées ne peuvent voyager que si elles relèvent d’un motif impérieux.
 
Tous les voyageurs doivent présenter les résultats négatifs d’un test RT-PCR ou antigénique de moins de 48h à l’embarquement.
 
La liste des lieux de test est disponible sur [le site internet de la préfecture]urlblank:http://www.reunion.gouv.fr/covid-19-modalites-et-lieux-de-depistage-a8890.html
 
Voyages en provenance et à destination de Mayotte
 
Les motifs impérieux de déplacement sont levés uniquement pour les voyageurs vaccinés (schéma vaccinal complet).
 
Les personnes qui ne sont pas vaccinées ne peuvent voyager que si elles relèvent d’un motif impérieux.
 
Tous les voyageurs doivent présenter un test avant l’embarquement. Ces tests doivent être faits 48h avant l’embarquement pour tous les passagers.
 
Voyages en provenance et à destination de l’Ile Maurice ou d’Afrique du Sud
 
Depuis le samedi 4 décembre 2021, seuls les passagers justifiant des motifs impérieux pourront voyager en provenance et à destination de l’Ile Maurice et d’Afrique du Sud.
 
Avant l’embarquement, tous les voyageurs doivent présenter les résultats d’un test négatif de moins de 24h.
 
En complément des dépistages systématiques sont mis en place à l’arrivée à La Réunion et des mesures d’isolement sont mises en places pour tous les passagers.
 
Voyages en provenance et à destination de l’étranger (hors Maurice et Afrique du Sud)
 
Les motifs impérieux de déplacement sont levés uniquement pour les voyageurs vaccinés (schéma vaccinal complet).
 
Les personnes qui ne sont pas vaccinées ne peuvent voyager que si elles relèvent d’un motif impérieux.
 
Tous les voyageurs en provenance de l’étranger doivent présenter les résultats d’un test négatif de moins de 24h avant l’embarquement. Ils pourront faire l’objet d’un test antigénique à l’arrivée à La Réunion.
 
Passagers en transit à La Réunion
 
Les passagers en transit à La Réunion pendant moins de 24h et sans sortir de la zone aéroportuaire sont soumis au protocole afférant à leur zone de destination. Ils ne sont pas soumis aux mesures d’isolement, ni à la réalisation d’un test à La Réunion.

 

Voici le communiqué du Ministère de l’Outre-Mer :

Par un décret en date du 24 décembre 2021, l’ensemble des passagers se rendant dans les Outre-mer seront dans l’obligation de présenter à l’embarquement un test négatif, PCR ou antigénique, de moins de 24h.

Cette obligation entre en vigueur mardi 28 décembre. Elle s’applique pour les déplacements depuis l’Hexagone comme depuis tous les pays étrangers.

Cette mesure est nécessaire afin de protéger les t erritoires ultramarins de la nouvelle vague épidémique sous l’effet du variant Omicron et de limiter la circulation du virus dans le contexte d’une forte reprise des contaminations dans l’Hexagone.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Errance animale : « Si on prend la peine d’avoir un chien et qu’on l’aime, on le laisse dans sa cour »

Ce mardi 23 juillet, la CASUD organisait une grande opération de prévention et de sensibilisation contre l’errance animale sur le parcours de santé de Bel-Air au Tampon. L’occasion de rappeler les bonnes pratiques pour ne pas attirer les chiens errants et éviter qu’ils se rassemblent en meute. L’intercommunalité du sud annonce renforcer la sensibilisation autour des chiens divagants et, le cas échéant, mettre en place des sanctions.

Clara répond de belle manière aux commentaires misogynes

La chanteuse Clara Roland a été la cible de très nombreux commentaires négatifs sur son choix vestimentaire lors d’une prestation musicale sur scène. Elle a pris la parole lundi et a rappelé l’importance de rester libre et de s’assumer face aux critiques qui seront toujours présentes.

Les cas de coqueluche augmentent en France, comment protéger les nourrissons ?

Face à la recrudescence de la coqueluche en France depuis le début de l’année 2024, la Haute Autorité de santé (HAS) a publié aujourd’hui de nouvelles recommandations vaccinales.
Cette infection respiratoire, hautement contagieuse, a causé la mort de 17 personnes depuis janvier, dont 12 nourrissons âgés d’un à deux mois, un enfant de quatre ans et trois adultes de plus de 85 ans.