Revenir à la rubrique : Société

Un Antonov rempli de feux d’artifice atterrit à La Réunion

?Des réveillons sans feux d’artifice ? Pas tout à fait. La société spécialisée Bangui Artifice a réussi le tour de force d’affréter un avion cargo en provenance d’Europe de l’Est. Mais il n’y en aura pas pour tout le monde.

Ecrit par zinfos974 – le mercredi 22 décembre 2021 à 13H01

Pas de pétard, mais des feux d’artifice. Le ciel des réveillons de décembre 2021 pourrait s’illuminer avec fracas malgré le contexte économique. La crise du fret maritime a pénalisé les importateurs de pétards et autres feux d’artifice dont La Réunion raffole. 

La société Bangui Artifice ne s’est pas avouée vaincue malgré les circonstances. De façon exceptionnelle, elle a réussi le pari de faire venir un avion rempli de feux d’artifice. 

C’est au début du mois de novembre que le gérant de la société spécialisée en pyrotechnie imagine ce qui n’a jamais été tenté jusqu’à présent : faire venir des produits artificiers par avion. 

« Passé le 1er novembre, on ne voyait toujours aucune solution maritime, avec pourtant toujours autant de demandes des collectivités et des particuliers« , se rappelle Hassen Bangui.

Le chef d’entreprise tente l’impossible. « La seule solution, on le voyait bien, c’était l’aérien. On a affrété un avion : un Antonov, les seuls avions à pouvoir transporter de telles marchandises« , explique-t-il.

Il faut dire aussi que les pays d’Europe de l’Est n’ont pas froid aux yeux, malgré le risque que peut représenter le transport de ces marchandises, dès lors qu’ils sont payés. 

« Franchement, ils ont assuré« , confirme Hassen Bangui, mais tout n’était pas gagné pour autant. Il a fallu obtenir l’autorisation de tous les pays survolés. 

Le stock vendu aux commerçants

L’avion a ainsi décollé de Pologne pour se poser en Egypte et au Kenya. Deux escales techniques nécessaires au ravitaillement du géant du ciel fabriqué en Russie.

Ça a coincé légèrement en Egypte où la société réunionnaise a dû solliciter l’ambassade de France pour que la marchandise puisse suivre son trajet vers La Réunion. 

L’Antonov a atterri samedi dernier à Gillot. A son bord, 12 tonnes de produits artificiers. En comparaison, la société fait venir chaque année entre 250 et 300 tonnes par voie maritime. 

Bangui Artifice se félicite d’avoir « sauvé les meubles ». Le tout sans l’aide d’aucune administration au niveau local, veut-il contredire certains commentaires postés ci et là sur les réseaux sociaux.

Les collectivités qui avaient passé commande pour les feux d’artifice du 31 décembre ne pourront évidemment pas en faire usage au vu de l’arrêté préfectoral qui a été publié bien après la démarche de l’entreprise spécialisée.  

Enfin, pour les particuliers qui ont montré leur étonnement de voir le prix des rares produits disponibles aussi chers, ils ont donc une idée, à travers le récit de cette commande exceptionnelle, des efforts fournis par la société importatrice. « On a privilégié des batteries d’artifices pour une question de rentabilité« , affirme le gérant. 

Bangui Artifice a ainsi fait le choix de vendre son stock aux commerçants qui, à leur tour, peuvent naturellement appliquer une marge. Au vu de la rareté des produits de feux d’artifice cette année, ceux qui tiennent résolument à les acheter devront donc y mettre le prix. 

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

La Plaine des Sables sous le givre

Avec des températures minimales proches du zéro, la Plaine des Sables s’est couverte de givre vendredi et samedi au lever du jour.