Revenir à la rubrique : Politique

TAK sanctionne une nouvelle élue

Epilogue attendu d’une longue dissidence de Monique Déslais-Bénard, 2ème adjointe au maire du Tampon, le Conseil municipal du vendredi 2 février devra répondre à la question suivante : faut-il retirer à l’intéressée ses fonctions de 2ème adjointe ? La même question sera posée aux au sujet de Mme Sylvia Firoaguer, 8ème adjointe.

Ecrit par N.P – le dimanche 28 janvier 2018 à 13H06

Les observateurs les plus attentifs des affaires tamponnaises avaient vu apparaître au grand jour la rupture entre Mme Deslais-Bénard et la majorité lors du conseil municipal du 20 octobre dernier. Malgré un consensus établi lors d’un précédent séminaire préparatoire au Conseil municipal sur le vote des affaires, Mme Déslais-Bénard avait choisi de s’abstenir.

Une décision soutenue par l’opposition et accompagnée d’un discours remettant en cause la méthode de travail de la majorité municipale. Cette sortie était néanmoins largement restée invisible pour l’opinion, alors plus intéressée par les joutes oratoires entre la majorité et l’opposition au sujet des coupes budgétaires affectant les écoles et des problèmes de sécurité survenus dans les établissements primaires pendant les grèves des personnels enseignants.

Quelque temps plus tard, Mme Déslais-Bénard, également conseillère régionale élue sur la liste dirigée par Huguette Bello au second tour des régionales de 2015, annonçait à la surprise générale son ralliement au groupe « En Marche » composé de Jean-Gaël Anda et de Léopoldine Settama, élus sous la houlette de Thierry Robert. Un groupe lui-même détaché du groupe « LPA », devenu depuis « La Réunion en Marche » dirigé par Karine Nabénésa, qui, en écho à Thierry Robert, revendique un ancrage authentique dans le mouvement du président de la République.

Estimant dès lors la confiance rompue par ce revirement non concerté, André Thien Ah Koon avait le 7 novembre dernier procédé au retrait des délégations de Mme Déslais-Bénard. Le 5 janvier, le maire du Tampon a procédé au retrait des délégations à Mme Firoaguer, qui ne lui donnait plus satisfaction dans l’exercice de ses fonctions. Si elle devait redevenir simple conseillère municipale, Madame Firoaguer devrait néanmoins, selon nos sources, demeurer au sein de la majorité municipale.

Selon la loi, cette décision doit s’accompagner d’une consultation du Conseil municipal sur le retrait consécutif des fonctions d’adjointes des intéressées. Très logiquement, le Conseil municipal du Tampon devra se prononcer sur cette question ce vendredi.

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

NRL : Audrey Bélim salue la prise en compte de l’inflation par l’AFIT France

Interrogé par Audrey Bélim, Franck Leroy, nouveau président de l’Agence de Financement des Infrastructures de Transport (AFIT France),a assuré à la sénatrice que l’organisme prendrait en compte l’inflation dans son soutien financier au projet, jusqu’en 2028. « C’est un point fondamental qui n’était pas acquis », rappelle la parlementaire.

Philippe Naillet s’exprime au sujet du Chlordécone et du Fipronil à La Réunion

Le 29 février 2024, cinq propositions de loi, dont une visant à renforcer la protection des mineurs dans le sport et d’autres concernant le soutien aux TPE, l’encadrement des frais bancaires et la lutte contre les pénuries de médicaments, ont été adoptées. Philippe Naillet s’est exprimé sur la responsabilité de l’État dans le scandale du Chlordécone, également examiné à cette occasion.