Revenir à la rubrique : Politique

St-Paul: Pour la mairie, appliquer la réforme scolaire implique une augmentation des impôts

Rythmes scolaires suite et pas encore fin. Saint-Paul adoptait ce mercredi après-midi sa position officielle sur l’application de la loi Peillon. Au terme d’un chapelet de « considérant », Joseph Sinimalé s’engouffre dans la brèche entre-ouverte par 14 autres maires de la Réunion, farouchement décidés à bousculer les plans du gouvernement. En prenant appui sur la fronde […]

Ecrit par – le mercredi 04 juin 2014 à 18H43

Rythmes scolaires suite et pas encore fin. Saint-Paul adoptait ce mercredi après-midi sa position officielle sur l’application de la loi Peillon.

Au terme d’un chapelet de « considérant », Joseph Sinimalé s’engouffre dans la brèche entre-ouverte par 14 autres maires de la Réunion, farouchement décidés à bousculer les plans du gouvernement.

En prenant appui sur la fronde déjà constatée « localement et dans des villes métropolitaines de même strate qui font valoir que la réforme est inapplicable, inadaptée et n’offre pas de plus-value pour les enfants », le maire bétonne son argumentation. Pas de quoi émouvoir Emmanuel Séraphin, élu d’opposition PLR, qui a pris la parole sur cette thématique en l’absence d’Huguette Bello, l’ancienne directrice d’école.

« Ces 50 considérants sont un écran de fumée », a-t-il lancé en séance. « Ils montrent exactement ce que vous pensez de l’éducation », s’adresse-t-il à Joseph Sinimalé.

L’empilement de raisons opportunes voire farfelues selon lui – comme celle du coût du ravitaillement en hélicoptère pour les écoles de Mafate – et les chiffres censés détailler le coût de la mise en place de la réforme « ne servent qu’à effrayer », selon l’ancien adjoint. Sa longue prise de parole finira d’ailleurs par agacer des membres intenables du public, malgré les rappels à l’ordre du maire. Une récurrence à Saint-Paul.

« Vous interprétez ! »

« Vous considérez l’école comme une charge mais l’école est un investissement », formule Emmanuel Séraphin. L’opposition ne croit d’ailleurs pas à la menace d’augmentation d’impôts brandie par la municipalité pour finir de démontrer que cette réforme est inenvisageable en l’état. « L’équilibre financier de son application ne pourra être atteint qu’en augmentant la pression fiscale locale de 4,89% la première année et de 2,96% la deuxième », s’inquiète le maire.

Là où l’opposition y voit une fin de non recevoir pour la réforme, Joseph Sinimalé s’est défendu de vouloir figer cette prise de position. La preuve tient selon lui que le conseil a été invité à voter sur la « demande d’ouverture de véritables discussions autour d’un modèle d’école de réussite pour tous. Il n’y a pas marqué : « décider » », a-t-il fait remarquer. « Vous interprétez ! », lance-t-il à l’opposition.

« La loi doit être appliquée », réplique Emmanuel Séraphin. L’affaire a été sans surprise adoptée, l’opposition votant contre.

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Philippe Naillet s’exprime au sujet du Chlordécone et du Fipronil à La Réunion

Le 29 février 2024, cinq propositions de loi, dont une visant à renforcer la protection des mineurs dans le sport et d’autres concernant le soutien aux TPE, l’encadrement des frais bancaires et la lutte contre les pénuries de médicaments, ont été adoptées. Philippe Naillet s’est exprimé sur la responsabilité de l’État dans le scandale du Chlordécone, également examiné à cette occasion.