Revenir à la rubrique : Faits divers

Sainte-Rose : Un homme agressé dans « une sauvagerie absolue », dénonce le parquet

Un homme de 30 ans a subi un véritable passage à tabac par trois jeunes hommes le 1er mai dernier à Sainte-Rose. Les faits se sont produits devant une boutique en pleine matinée devant des passants médusés par une scène d'une extrême violence.

Ecrit par Régis Labrousse – le jeudi 09 mai 2024 à 07H23
rhdr

Il est 10h45 lorsque trois jeunes âgés d’une vingtaine d’années arrivent devant une boutique de Piton Sainte-Rose. Leurs intentions sont on ne peut plus claires, ils viennent pour en découdre. Dans un premier temps, comme le rapportent les images récupérées par les gendarmes, Nicolas B. arrive et brandit un sabre devant la victime. Un homme s’interpose et le maîtrise en le ceinturant. Dans un second temps, Igor N., un dalon, arrive muni d’une batte à clous – une batte de base-ball avec des clous – et frappe la victime aux jambes. Il enchaine ensuite coups de pied et coups de poing à la tête et au ventre, alors que l’homme est au sol. Arrive alors Gianny B., cousin de Nicolas B., qui porte un coup de poing à la victime qui venait de se relever et le sèche. Dans un éclair de lucidité, Gianny B. se ravise aussitôt et finit par s’interposer pour protéger la victime assaillie sous les coups. Ils sont interpellés et jugés ce lundi dans le cadre de la comparution immédiate compte tenu de la gravité des faits.

« Je ne sais pas pourquoi ils m’en veulent, je n’ai jamais menacé personne« , s’emporte la victime à la barre. Il explique qu’il sortait de boite et s’était arrêté à la boutique pour prendre un café et des cigarettes. « Ils m’ont laissé pour mort, ils avaient l’intention de me tuer, ils sont arrivés comme des loups« , témoigne-t-il à la barre face à la présidente. Les trois prévenus, qui se montrent sous leur meilleur visage à la barre et doivent répondre de violences en réunion avec arme, tentent de relativiser : « Les armes n’étaient pas à nous, on les a trouvées devant la boutique, car on nous a dit qu’il nous attendait avec quelque chose dans les mains. On était stressés, on a pris peur« , déclarent-ils. Pour autant, ni le tribunal, ni le parquet n’auront d’explications sur les raisons de ce déchaînement de violence. Les prévenus parlent de menaces envers eux et leurs familles quand la victime prétend ne pas comprendre.

 

« Des faits de violences d’une sauvagerie absolue en pleine voie publique« 

 

Sur les trois prévenus, seul Nicolas B. fait état d’un casier judiciaire d’une mention, mais qui n’est pas en rapport avec des faits de violences. Les deux autres sont inconnus de la justice. Pas de quoi attendrir le parquet qui dénonce « des faits de violences d’une sauvagerie absolue en pleine voie publique« . Le procureur estime « qu’ils en sont pleinement conscients, tout ça devant le regard d’enfants et de badauds un jour férié en pleine matinée« . Et de conclure, « ce sont des comportements de voyou, de bande qui sont inadmissibles« .  Le magistrat requiert 10 mois de prison avec sursis probatoire pour Gianny B. eu égard à une certaine prise de conscience au moment des faits et requiert 18 mois de prison dont 6 avec sursis probatoire avec maintien en détention pour les deux autres.

« C’est un dossier particulier avec trois profils différents », répond la défense. « Ils ne minimisent absolument pas les faits, mais quand la victime dit qu’elle est laissée pour morte, il convient de relativiser. Ils ont été honnêtes et transparents depuis le début, et ont toujours dit qu’ils font l’objet de menaces de la part de la victime. Ils n’ont pas de casier, sont insérés et pères de familles. Ils sont encore éligibles au sursis simple« , plaide la robe noire.

Après délibération et trois jours de détention provisoire, Gianny B. est condamné à 6 mois de prison avec sursis simple et ses deux comparses à 1 an de prison avec sursis probatoire. Il leur est fait interdiction d’entrer en contact avec la victime.

Thèmes : Sainte-Rose
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
24 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Une femme victime d’attouchements dans une piscine municipale

Un homme comparaissait le 17 mai dernier devant le tribunal correctionnel de Saint-Denis pour des faits d’agression sexuelle. Sur proposition du parquet, la victime a accepté de correctionnaliser cette affaire qui était, au départ, ouverte pour des faits criminels de viol. Il a été reconnu coupable ce vendredi et condamné à 6 mois de prison avec sursis.

Plaine des Cafres : Un impressionnant incendie ravage une maison abandonnée

Un impressionnant incendie s’est déclaré ce vendredi après-midi à la Plaine des Cafres dans le centre-ville du 23e km, à proximité des locaux de la PMI, non loin de la caserne des pompiers.
L’intervention est toujours en cours dans cette maison abandonnée, l’ancien dortoir des filles du foyer Marie Poittevin.

RN2 de Saint-André : Accident dans le secteur de Petit Bazar

Sur la RN2 à Saint André, suite à un accident qui s’est produit dans le secteur de Petit Bazar, la route a été fermée à la circulation en milieu de matinée dans le sens Nord/Est avec une déviation par la bretelle de sortie de l’échangeur, et la RN2002. Un sur-accident est ensuite survenu. La route a finalement pu être rouverte à la circulation en fin de matinée.