Revenir à la rubrique : Société

Éruption au Piton de La Fournaise : Le front de la coulée encore bien loin de la RN2

Pas d'évolution majeure concernant l'éruption qui a débuté le 23 décembre au Piton de La Fournaise. Dans son dernier bulletin, l'Observatoire volcanologique du Piton de La Fournaise (OVPF) indique que le régime de fontaines de lave au sein du cône est faible,. Par ailleurs, le front de la coulée ne se déplace que très lentement et se trouve toujours à plus de 7 km de la RN2.

Ecrit par NP – le samedi 25 décembre 2021 à 11H00

L’éruption débutée le 22/12/2021 aux alentours de 3h30 heure locale se poursuit. Sur les dernières 24h l’amplitude du trémor éruptif (indicateur d’une émission de lave en surface) montre des fluctuations. Ces fluctuations peuvent être liées soit :

– au cône en cours d’édification qui subit des phases de construction et de démantèlement, influant ainsi la vitesse des débits de lave au niveau de l’évent ;

– soit à des libérations ponctuelles de poches de gaz piégées dans les conduits d’alimentation qui peuvent être libérées soudainement entrainant une augmentation du trémor avec une certaine périodicité.

L’amplitude du trémor se situe ce matin à environ 20% de son amplitude initiale.

Depuis le 23/12/2021 soir, à la faveur de la fermeture du cône éruptif une activité en tunnels de lave s’est mise en place au pied du cône. Ces tunnels s’étendent sur une longueur d’une centaine de mètre avant que la coulée ne ressorte en un chenal unique plus en aval.

Une mission de terrain réalisée hier après-midi par une équipe de l’OVPF-IPGP a permis de procéder à de nouveaux échantillonnages de la coulée de lave (Figure 4) et de réaliser des images thermiques sur site.

Les observations sur site montrent que le régime de fontaines de lave au sein du cône, bien que toujours actif, est faible et les fontaines de lave ne dépassent la hauteur du cône (<15 m) que de manière intermittente.

Sur les dernières 24h :

– Un seul séisme superficiel, et de magnitude faible (<0.5), a été enregistré à l’aplomb du sommet.

– Les déformations de surface montrent une légère déflation au niveau de la zone sommitale, liée à la vidange du réservoir de magma localisée sous le sommet (à environ 2-2,5 km de profondeur) alimentant le site éruptif.

– Les estimations de débit de lave, établies par méthode satellite avec la plateforme HOTVOLC (OPGC – université Clermont Auvergne), sont comprises entre 2 et 12 m3/ sec, avec une moyenne à 5 m3/sec.

– Le front de la coulée, en graton, actuellement sur une zone relativement plate, ne se déplace que très lentement, entre le 23 et le 24 décembre le front avait progressé de moins de 100 m et se situait aux alentours de 7,6 km de la route nationale 2.

Niveau d’alerte : Alerte 2-1 (éruption dans l’Enclos)

 

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Loin de la légende de Libertalia, enquête sur un « repaire de forbans » à Madagascar

Entre les années 1690 et 1720, l’île de Sainte-Marie a abrité un comptoir pirate pour la négoce des butins volés, mais aussi pour la traite des esclaves. Les recherches menées par l’archéologue Jean Soulat et son équipe internationale tendent à faire ressurgir du passé les contours d’un campement de forbans dans la baie d’Ambodifotatra. Une base pirate organisée autour d’un site de carénage, d’une canalisation d’eau douce et d’un fortin dédié à la protection des lieux.

L’incorrigible MIKL

Le spécialiste du zouk à La Réunion, MIKL, a dévoilé son nouveau projet « Collé ». Le clip, déjà visionné plus de 150.000 fois en trois semaines, met en relation une histoire d’amour avec ses hauts et ses bas.