Revenir à la rubrique : Politique

[Pierrot Dupuy] Comme au poker, Emmanuel Macron fait tapis

Tout observateur politique vous dira que la présidentielle est la reine des élections. C’est d’elle que découlent toutes les autres et c’est en fonction d’elle que se bâtissent toutes les stratégies électorales. Partant de ce principe, Emmanuel Macron a pris le risque hier soir de dissoudre l’Assemblée nationale après la lourde défaite de la liste de son parti aux élections européennes. Sa candidate, Valérie Hayer, n’a recueilli que 14,56% des suffrages, loin derrière Jordan Bardella (RN) avec ses 31,47%. Raphaël Glucksmann (PS) n’est pas très loin avec 13,8%, puis vient Manon Aubry (LFI) 9,87%, François-Xavier Bellamy (Les Républicains) 7,24%, Marie Toussaint (Les Verts) 5,47% et Marion Maréchal (Reconquête) 5,46%. Les autres candidats, dont celui du PCF, ne dépassent pas la barre fatidique des 5% et n'auront donc pas de représentants à Bruxelles.

Ecrit par Pierrot Dupuy – le lundi 10 juin 2024 à 16H33

L’exercice le plus difficile quand on écrit un article est de trouver un titre. Je n’aurai pas ce dilemme cette fois. Avant même de commencer, une dizaine s’offraient à moi : « Le coup de poker d’Emmanuel Macron », « La guerre éclair d’Emmanuel Macron », « Emmanuel Macron tend un piège au RN » ou encore « Emmanuel Macron joue à la roulette russe avec un pistolet chargé de 5 balles »…

J’aimais bien ce dernier car il faisait référence en filigrane au soutien affiché de Marine Le Pen au président Vladimir Poutine. J’ai cependant préféré « Emmanuel Macron fait tapis » car il correspond mieux à mon avis à l’état d’esprit qui a poussé le président de la République à décider la dissolution de l’Assemblée nationale. Ça passe ou ça casse. Si je gagne, je multiplie mes gains par dix, si je perds, je perds tout. Le problème, c’est que c’est avec la démocratie qu’il joue. S’il perd, et il y a de fortes chances que ce soit le cas, c’est nous qui perdons. C’est la France qui perd.

De fortes chances de voir le RN gagner le 7 juillet prochain

Le pari est aussi simple qu’audacieux. Le président de la République est trop intelligent pour ne pas savoir qu’il y a de fortes chances que le RN l’emporte le 7 juillet prochain. Ce n’est pas en trois semaines de campagne qu’il peut espérer renverser la dynamique très forte qui a poussé le Rassemblement national à plus de 30%.

Il fait donc le pari -osé- d’accepter de voir le RN gagner les élections et d’avoir à nommer Jordan Bardella Premier ministre. En se disant que confronté aux dures lois du pouvoir, le RN va démontrer que son programme ne tient pas la route, que l’économie s’effondrera et que Marine Le Pen va arriver en miettes dans trois ans aux présidentielles.

Le contre-exemple de Giorgia Meloni en Italie

C’est possible mais loin d’être sûr. Il suffit de regarder l’exemple italien où la patronne du parti d’extrême droite Giorgia Meloni a obtenu 28,9 % des voix hier, soit plus que son score des législatives de 2022 !

Ajoutez à cela un autre risque qu’on ne peut écarter : la particularité du scrutin législatif uninominal à deux tours qui avantage fortement les candidats soutenus par le parti le plus fort. Dans ce contexte, il est tout à fait possible de voir le RN emporter la majorité absolue à l’Assemblée, ce qui lui permettrait de dérouler son programme comme bon lui semble.

Ce ne serait pas grave si on ignorait que ce programme est une catastrophe.

Loin de l’esprit des Lumières et de la France pays des Droits de l’Homme

D’abord au niveau des principes. Je ne me résoudrai jamais à voir la France dirigée par des racistes et des pro-Poutine. Nous serions alors bien loin de l’esprit des Lumières et de la France pays des Droits de l’Homme.

Et la situation risque d’être tout aussi grave au niveau économique. C’est facile de faire des promesses quand on est dans l’opposition, c’est plus difficile de le mettre en musique une fois au pouvoir.

Le pire serait que Marine Le Pen se mette à vouloir vraiment l’appliquer, comme par exemple celle de ramener l’âge de la retraite à 60 ans, ce qui coûterait des dizaines et des dizaines de milliards à l’Etat, ou d’expulser tous les immigrés, ce qui mettrait à terre l’économie en privant de main d’œuvre des dizaines de milliers d’entreprises.

En politique, toute décision entraine son lot de conséquences, directes et indirectes et c’est pourquoi les gouvernants pèsent toute nouvelle mesure à l’aune du principe avantages/coûts. En général, les promesses radicales, qui peuvent sembler attrayantes sur le papier et plaire aux électeurs dans le cadre d’une campagne populiste, se révèlent être des catastrophes si d’aventure on se décidait à réellement les appliquer.

Resterait à Marine Le Pen à faire comme sa consœur d’extrême droite italienne Giorgia Meloni qui fait dans la pratique l’exact contraire de ce qu’elle avait promis en 2022.

Elle avait promis moins d’Europe, allant même jusqu’à envisager d’en sortir, alors qu’aujourd’hui elle est totalement rentrée dans les rangs pour obtenir les crédits de Bruxelles. Ou encore d’expulser tous les migrants, ce qu’elle s’est bien gardée de faire pour les raisons économiques que nous avons évoquées. Ce qui ne l’empêche pas de continuer à taper sur l’Europe et les migrants dans ses discours. Et le pire est que ça semble marcher puisqu’elle a amélioré son score hier.

Première conséquence : la hausse des taux d’intérêt pour financer la dette

On le voit, le pari d’Emmanuel Macron est très risqué. Et on commence déjà à en payer les conséquences. Les taux d’intérêt auxquels la France emprunte sur les marchés internationaux pour financer sa dette ont brutalement augmenté ce matin, après l’annonce de la dissolution. Et on peut penser que ce n’est qu’un avant-goût de ce qui nous attend si le RN l’emporte dans trois semaines.

Nous nous plaignions de notre sort hier. J’ai bien peur que les jours les plus sombres ne soient devant nous. Un gouffre vient soudainement de s’ouvrir sous nos pieds et nul ne connait sa profondeur et dans quel état nous en sortirons…

Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
38 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

2ème circonscription : Jean-Yves Morel fait le plein de soutiens

Jean-Yves Morel, qui est candidat dans la 2ème circonscription (Le Port 1 et 2, La Possession, St-Paul ,2 et 3), poursuit sa campagne en vue de l’élection législative des dimanches 30 juin et 7 juillet. Hier soir, il tenait meeting à l’Étang St-Paul devant quelques 400 sympathisants.

Législatives : Candidat dans la 6e, Mario Lechat souhaite la suppression de l’octroi de mer et du droit du sol

Mario Lechat se lance dans la course aux Législatives. Candidat dans la 6e circonscription sous l’étiquette divers-droite, mais bénéficiant du soutien du sénateur de la majorité présidentielle Stéphane Fouassin et de la municipalité sainte-marienne, le vice-président de la Cinor compte bien tirer son épingle du jeu avec sa suppléante, Angélique Moutoussamy. Il souhaite notamment la suppression de l’octroi de mer et du droit du sol.

Jean-Luc Mélenchon propose Younous Omarjee comme Premier ministre

Le fondateur de La France Insoumise fait le tour des plateaux durant cette dernière semaine de campagne des élections législatives. Le Nouveau Front populaire envisage d’obtenir la majorité à l’Assemblée nationale et donc de prendre la tête du gouvernement. Et si c’est le cas, Jean-Luc Mélenchon a plusieurs noms en tête, comme le député européen réunionnais, Younous Omarjee.