Revenir à la rubrique : Politique

Nathalie Bassire met en doute la faisabilité du Parc du Volcan

La députée estime que la commune du Tampon se met « hors la loi » concernant le projet de Parc du Volcan.

Ecrit par GD – le dimanche 13 novembre 2022 à 18H10

Le communiqué :

Les projets « pharaoniques », très coûteux sur les plans économique et écologique, portés par la majorité municipale du Tampon sont-ils juridiquement faisables ? 

En effet, la loi NOTRe (nouvelle organisation territoriale de la République) du 7 août 2015 prévoit le transfert de la compétence tourisme à l’échelon intercommunal, depuis le 1er janvier 2017 ; ce transfert de compétences inclut la création et l’aménagement de zones d’activités notamment touristiques. 

Or, dans une réponse ministérielle publiée au Journal Officiel du Sénat le 02/02/2017, le Ministre de l’Aménagement du Territoire, de la Ruralité et des Collectivités Territoriales indique que « afin d’apprécier si un espace touristique constitue une zone d’activités touristiques, il paraît possible de se fonder notamment sur plusieurs critères tels que la continuité et la cohérence géographique de la zone, l’importance de la fréquentation touristique, le volume des services et des équipements existants, l’identification de sites spécifiques, ainsi que la volonté d’aménager et de développer une offre touristique coordonnée ». 

La question mérite donc pleinement d’être posée s’agissant notamment du projet mégalomane de Parc du Volcan sur le site de Bourg Murat, de l’aménagement du site exceptionnel du Belvédère de Bois Court à La Plaine des Cafres, ou encore de l’extension du Parc des Palmiers au Dassy ! 

Au nom des principes de spécialité et d’exclusivité, la Commune du Tampon avait-elle le droit de dépenser des sommes astronomiques de plusieurs millions d’euros d’argent public en études pour ces projets « pharaoniques », et peut-elle engager des dizaines de millions d’euros de nos impôts en travaux lourds sur ces espaces touristiques ? La municipalité du Tampon ne serait-elle pas « hors la loi » ? 

Et si c’est la CASUD qui est légalement compétente pour ces Zones d’Activités Touristiques, comment l’intercommunalité pourrait-elle supporter ces investissements démesurés, dispendieux et écocides ? 

Nathalie BASSIRE
Députée de La Réunion 

Thèmes :
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Sainte-Marie fait un grand pas sur la résorption de son déficit

Le second conseil municipal de l’année à Sainte-Marie s’est déroulé ce vendredi et a été principalement marqué par les discussions autour des orientations budgétaires. Avec des marges de manœuvres financières quasi retrouvées, le maire de Sainte-Marie, Richard Nirlo, annonce que la commune pourra enfin relancer de nombreux chantiers à l’arrêt, comme l’école de Beauséjour, dont la livraison est attendue pour 2025.

Une délégation de sénateurs en visite pour deux missions d’étude à La Réunion

Quatre sénateurs multiplient cette semaine les visites de terrain et les rencontres avec les représentants des institutions et collectivités dans le cadre de deux études portant sur l’« Adaptation des moyens d’action de l’État dans les Outremer » et la « coopération et l’intégration régionales des Outremer ». Des propositions de loi sont attendues avant la fin de l’année.

La complexe campagne des Européennes

C’est l’heure de la rentrée politique. Les partis lancent à reculons, à demi-mot ou en misouk leur campagne pour une élection qui a la particularité de ne vraiment pas passionner les Réunionnais.

Social Share Buttons and Icons powered by Ultimatelysocial