Revenir à la rubrique : Politique

Nathalie Bassire met en doute la faisabilité du Parc du Volcan

La députée estime que la commune du Tampon se met « hors la loi » concernant le projet de Parc du Volcan.

Ecrit par GD – le dimanche 13 novembre 2022 à 18H10

Le communiqué :

Les projets « pharaoniques », très coûteux sur les plans économique et écologique, portés par la majorité municipale du Tampon sont-ils juridiquement faisables ? 

En effet, la loi NOTRe (nouvelle organisation territoriale de la République) du 7 août 2015 prévoit le transfert de la compétence tourisme à l’échelon intercommunal, depuis le 1er janvier 2017 ; ce transfert de compétences inclut la création et l’aménagement de zones d’activités notamment touristiques. 

Or, dans une réponse ministérielle publiée au Journal Officiel du Sénat le 02/02/2017, le Ministre de l’Aménagement du Territoire, de la Ruralité et des Collectivités Territoriales indique que « afin d’apprécier si un espace touristique constitue une zone d’activités touristiques, il paraît possible de se fonder notamment sur plusieurs critères tels que la continuité et la cohérence géographique de la zone, l’importance de la fréquentation touristique, le volume des services et des équipements existants, l’identification de sites spécifiques, ainsi que la volonté d’aménager et de développer une offre touristique coordonnée ». 

La question mérite donc pleinement d’être posée s’agissant notamment du projet mégalomane de Parc du Volcan sur le site de Bourg Murat, de l’aménagement du site exceptionnel du Belvédère de Bois Court à La Plaine des Cafres, ou encore de l’extension du Parc des Palmiers au Dassy ! 

Au nom des principes de spécialité et d’exclusivité, la Commune du Tampon avait-elle le droit de dépenser des sommes astronomiques de plusieurs millions d’euros d’argent public en études pour ces projets « pharaoniques », et peut-elle engager des dizaines de millions d’euros de nos impôts en travaux lourds sur ces espaces touristiques ? La municipalité du Tampon ne serait-elle pas « hors la loi » ? 

Et si c’est la CASUD qui est légalement compétente pour ces Zones d’Activités Touristiques, comment l’intercommunalité pourrait-elle supporter ces investissements démesurés, dispendieux et écocides ? 

Nathalie BASSIRE
Députée de La Réunion 

Thèmes :
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Saint-André renouvelle ses ambitions « pour une ville moderne et dynamique »

Joé Bédier présente ce jeudi les orientations budgétaires de la ville lors du conseil municipal. L’occasion de mettre en lumière les priorités et les projets pour l’année à venir. Des OB qui s’inscrivent « en parfaite cohérence » avec les engagements politiques « pris depuis 2020 », lance le maire de Saint-André. « Grâce à une gestion financière saine, la commune peut poursuivre son plan pluriannuel d’investissement (PPI) avec un focus particulier mis en 2024 sur l’éducation, la culture, et la proximité », poursuit l’édile saint-andréen.

Thierry Robert condamné en appel pour diffamation

Thierry Robert a été condamné en appel pour diffamation sur les réseaux sociaux. Il écope d’une peine moins lourde qu’en première instance, 2.500 euros d’amende et un euro symbolique de dédommagement à verser à Bruno Domen.

Édouard Philippe : « L’école est la priorité numéro 1 »

Pour sa deuxième journée sur l’île, Édouard Philippe s’est rendu dans le Sud pour y rencontrer les maires du Tampon et de Saint-Pierre. Dans la capitale du Sud, l’ex-Premier ministre a pu découvrir le projet Cayenne mené par l’ADAPEI et sa mission envers les jeunes porteurs de handicap.

Edouard Philippe affûte sa droite et sa gauche pour 2027

Le combat politique pour 2027 s’ouvre déjà sans le dire. L’ancien Premier ministre Edouard Philippe poursuit son tour de France des régions en tant que président de son parti Horizons. Depuis ce mardi, il part à la rencontre des élus et acteurs socio-économiques réunionnais pour se faire un aperçu des réalités locales, lui qui n’avait pas eu l’occasion d’effectuer un déplacement lorsqu’il était locataire de Matignon. Ce mercredi matin à Montgaillard Saint-Denis et aux côtés de l’adjointe Brigitte Adame et du coach Didier Wullschleger, le maire du Havre a enfilé les gants de boxe au moment de découvrir le travail mené en faveur des jeunes de l’association EPA (Ecoute-moi, Protège-moi, Aide-Moi). Sur des images de Pierre Marchal de l’agence Anakaopress.

Social Share Buttons and Icons powered by Ultimatelysocial