Revenir à la rubrique : Océan Indien

Maurice : Les radios privées craignent pour leur survie et leur indépendance avec la refonte de l’IBA

Les radios privées de l'île sœur sont vent debout contre l'Independent Broadcasting Authority (IBA) Amendent Bill. Ce texte, approuvé la semaine dernière par l'Assemblée nationale avant une seconde lecture ce mardi, qui prévoit notamment l'abaissement de la durée de la licence d'émission de ces radios de 3 à 1 an, est perçu par ces dernières comme un nouveau coup dur porté à leur liberté d'expression et à leur pérennité.

Ecrit par SI – le lundi 29 novembre 2021 à 14H38

Outre l’abaissement de la durée de la licence, le gouvernement mauricien souhaite par ailleurs donner plus de pouvoir à l’IBA en accordant à l’institution le droit d’imposer des pénalités administratives aux radios qui sortiraient quelque peu du cahier des charges fixé par les autorités. Le but affiché : assurer que ces radios assurent un traitement « équitable » de l’information.

Présent vendredi dernier à l’Assemblée nationale pour s’expliquer sur les contours de ce projet de loi, Pravind Jugnauth avait assuré que ce dernier n’avait rien de liberticide mais que l’IBA devait être revisité pour s’adapter [« à un nouvel environnement »]urlblank:https://www.lexpress.mu/article/401947/projet-loi-pravind-jugnauth-justifie-toilettage-liba-act .

Dans une lettre ouverte adressée au Premier ministre Pravind Jugnauth et parue la semaine dernière [dans le Club Médiapart et Zinfos-Moris]urlblank:https://www.zinfos-moris.com/Jean-Luc-Mootoosamy-Rangez-la-guillotine-M-le-Premier-ministre-_a26489.html , notre confrère Jean-Luc Mootoosamy faisait déjà part de ses craintes sur ce toilettage de l’IBA qui va « durcir les conditions de diffusion des radios privées » mais aussi « faire tomber le secret des sources » des journalistes. Extrait :
 

« Votre texte introduisant le concept de radio à durée déterminée les réduira au silence, à court terme. Vous faites passer le permis d’opération de trois ans à une année et doublez le coût du renouvellement.  Qui va pouvoir se maintenir sur le long terme dans un contexte aussi incertain, à moins de vous plaire. Et s’il n’y avait que cela… Vous voulez introduire l’impensable : faire tomber le secret des sources, base du journalisme, via des juges. Cet amendement qui entend proposer un ‘code d’éthique’ empêcherait les journalistes d’exercer un devoir élémentaire que dicte la Déclaration des devoirs et des droits des journalistes, charte de Munich de 1971, qui demande de ‘garder le secret professionnel et ne pas divulguer la source des informations obtenues confidentiellement’. M. Jugnauth, vous nous demandez de renier nos engagements ! »

« Les amendements à cette loi vont créer une situation où les radios vont se retrouver dans une situation économique très précaire. De plus, la confidentialité d’information et des sources pourraient être compromises alors même que la priorité pour de nombreux citoyens du monde entier est de pouvoir se renseigner correctement, notamment avec la pandémie mondiale de covid », explique Jean-Luc Mootoosamy.

Il ajoute : « Il faut le dire, et je pense que tous les professionnels des médias le disent ici, il y a du bon et du mauvais dans les radios, comme partout. Mais les cas particuliers devraient être traités de manière particulière et ne pas les emmener sur le général. Et cette loi va toucher toutes les radios ».
 

Comme rappelé par Jean-Luc Mootoosamy, les médias (presse écrite et radios) font partie « des rares espaces d’indépendance » de l’île Maurice. Notamment les libres antennes des radios vues par la population comme de véritables soupapes de décompression pour parler de leur quotidien ou d’évènements médiatiques [comme le naufrage du Wakashio]urlblank:https://www.zinfos974.com/Pierrot-Dupuy-Naufrage-du-Wakashio-Les-hypotheses-les-plus-folles-circulent-certaines-dignes-d-un-roman-d-espionnage_a158584.html ou la pandémie de coronavirus.

Jean-Luc Mootoosamy plaide par ailleurs pour une meilleure formation des personnes animant sur certaines de ces radios, « capables d’entendre ceux qui appellent afin de ne pas faire de la libre antenne un déversoir ». « Le gouvernement ne supporte pas cette parole libre et beaucoup de gouvernements qui se sont succédé ont tenté ou tentent encore d’avoir un certain contrôle sur les gens qui s’expriment. Comme ces espaces sont trop indépendants aux yeux des autorités et que nous sommes également entrés dans une sorte de crispation avec la covid et le Wakashio, cela me fait dire que les gouvernements successifs sont particulièrement méfiants des radios privées », conclut Jean-Luc Mootoosamy.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Mayotte : L’épidémie de choléra s’étend à un nouveau quartier

L’épidémie de choléra qui sévit actuellement à Mayotte continue de susciter l’inquiétude, notamment après la confirmation hier d’un cas dans un nouveau quartier de l’île, portant le total à 67 personnes infectées.
Parmi les victimes figure une fillette de trois ans décédée la semaine dernière.

Comores : Azali remercie Macron pour l’aide de la France dans la lutte contre le choléra

Dans un communiqué, la présidence de l’Union des Comores résume la teneur d’un entretien téléphonique entre les présidents Azali Assoumani et Emmanuel Macron. Selon la version officielle, nulle allusion n’aurait été faite à l’opération Wuambushu 2, qui vise les ressortissants comoriens en situation irrégulière à Mayotte. Ce serait l’immigration en provenance de l’Afrique des Grands lacs et ses conséquences, en premier lieu l’épidémie de choléra, qui seraient au centre des préoccupations d’Emmanuel Macron.

Après la mer Rouge, deux autres câbles internet en panne dans le canal du Mozambique

Plusieurs pays est-africains sont affectés par une rupture totale des câbles internet sous-marins EASSy et Seacom, probablement localisée entre le Mozambique et l’Afrique du Sud et causant d’importants dysfonctionnement sur le trafic. Les perturbations pour les usagers sont d’autant plus inquiétantes que trois autres câbles, sectionnés en février dernier en mer Rouge, n’ont toujours pas été réparés.

Choléra : Plus de cent décès aux Comores

La maladie continue de faire des ravages dans l’archipel. Le dernier bilan des autorités fait état de 109 décès en trois mois. Plus de 5000 cas ont été recensés, avec Anjouan comme épicentre.

Les rêves de pétrole de Mayotte et de La Réunion risquent de partir en fumée

Le président du Mozambique Filipe Nyusi a révélé aujourd’hui que la ville de Macomia, dans la province ce Cabo Delgado, était attaquée par l’État islamique.
De quoi remettre en question le démarrage des travaux du complexe pétrolier destiné à l’extraction du GNL (gaz naturel liquéfié) que comptait exploiter Total à quelque 200km de la ville attaquée.
Un projet à 20 milliards de dollars.
Mayotte, et dans une moindre mesure La Réunion, comptaient profiter de cette manne en devenant une base arrière de Total.