Revenir à la rubrique : Politique

Lutte Ouvrière ne donne aucune consigne de vote

Lutte Ouvrière n'appelle pas au barrage républicain contre le Rassemblement national au second tour des élections législatives.

Ecrit par N.P. – le lundi 01 juillet 2024 à 06H02

Communiqué

Après le 1er tour des législatives du 30 juin 2024

Lutte ouvrière remercie toutes celles et tous ceux qui ont voté pour ses candidats au premier tour de ces législatives. Ils ont ainsi exprimé leur rejet des candidats du Rassemblement national comme de ceux du camp macroniste ainsi que leur défiance vis-à-vis de ceux de la gauche.

Au deuxième tour, ils n’auront plus le choix qu’entre des politiciens qui sont les adversaires ouverts ou hypocrites des travailleurs, à part des exceptions individuelles.

Il n’est pas question pour les électeurs de Lutte ouvrière de voter pour le camp macroniste qui a piétiné le monde ouvrier. Et il n’est évidemment pas question qu’ils votent pour des candidats du Rassemblement national. Parce que le RN est un parti antiouvrier et parce qu’au pouvoir, il attaquera nos frères de classe, les travailleurs immigrés faisant ainsi reculer l’ensemble du monde du travail.

Le RN, comme tous les partis en compétition pour gouverner, est respectueux de l’ordre capitaliste et fondamentalement dévoué à la grande bourgeoisie qui détient le monopole des usines, des banques et des chaines de distribution. Il véhicule les idées les plus réactionnaires : le racisme, la xénophobie, l’oppression des femmes.

Le plus grave est que ces nouveaux postulants au rôle de « sauveurs suprêmes » divisent les travailleurs, les dressent les uns contre les autres en fonction de leurs origines, et les affaiblissent, à un moment où le monde du travail a encore plus besoin de son unité dans les combats à venir contre ses ennemis mortels, le grand patronat, les maîtres des grandes entreprises et de la finance.

En l’absence de candidats se revendiquant des intérêts matériels et politiques de la classe ouvrière, Lutte ouvrière ne donne pas de consigne de vote et ses électeurs sont donc libres de voter pour un candidat de la gauche ou de s’abstenir.

Si certains considèrent utile de voter pour un candidat du Nouveau Front populaire, qu’ils le fassent sans en être gênés, d’autant qu’ils ont exprimé au premier tour leur rejet de politiciens qui, en décevant les espoirs et en trahissant leurs propres promesses, ont tant fait jusqu’ici pour rapprocher le Rassemblement national du pouvoir gouvernemental.

Ceux qui n’ont pas envie de donner un quitus aux candidats de la gauche, y compris à des ex-ministres et ex-présidents, peuvent se passer d’aller voter et exprimer de cette façon leur défiance vis-à-vis de l’ensemble de la caste politique de la bourgeoisie et des institutions de l’État.

Pour les travailleurs, ce qui comptera pour l’avenir, au-delà de la composition du Parlement et du gouvernement et au-delà de ce qu’auront voté les uns ou les autres, c’est la capacité de la classe ouvrière à reprendre son combat en s’unissant, non seulement contre les marionnettes politiques, mais aussi contre la grande bourgeoisie qui tire les ficelles.

Lutte ouvrière

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Huguette Bello, Première ministre : Manifestation devant le siège du PS à Ivry

Le conseil national du Parti socialiste se tient actuellement à Ivry où les dirigeants doivent étudier la candidature d’Huguette Bello au poste de Première ministre proposée par le PCF et soutenue par la LFI. Le PS a son propre candidat, Olivier Faure. Plusieurs sections du Nouveau Front populaire se mobilisent devant les grilles du siège socialiste ce samedi après-midi pour militer en faveur d’un consensus autour du nom de la présidente de la Région Réunion.

Pierrot Dupuy : « Pourquoi la désignation d’Huguette Bello comme Première ministre est peu probable »

Suite à l’annonce de la candidature d’Huguette Bello au poste de Première ministre par le Parti communiste français, la sphère médiatique nationale s’est rapidement emballée autour de la présidente de la Région Réunion. Pierrot Dupuy explique pourquoi cette candidature a peu de chances d’aboutir, tant en raison des enjeux de la Gauche au niveau national que des dynamiques locales.

Huguette Bello : Combats politiques et événements médiatiques

La présidente de la Région Réunion est pressentie pour devenir Première ministre. Cette proposition formulée par le Parti communiste français prend devient de plus en plus sérieuse grâce au soutien de Jean-Luc Mélenchon, fondateur de La France Insoumise et l’accord d’Europe Ecologie-Les Verts. Le Parti socialiste doit se prononcer aujourd’hui sur le sujet. Devenir la cheffe du gouvernement couronnerait la carrière politique très riche d’Huguette Bello, figure emblématique de la gauche à La Réunion.